Categories

7 au hasard 10 juin 2016 : Les travailleurs n’ont d’autre choix que la lutte - 15 octobre 2013 : Ti Bang : La musique ? Une thérapie pour le peuple ! - 14 août 2013 : « Reefa » tué pour une lettre - 24 mai 2016 : Bœuf d’enfer dans un train : 75 millions de vues - 12 novembre : Des robes de mariée pour rendre les promesses (3) - 14 mars : Qui a tué Rico Carpaye ? - 10 décembre 2015 : Régionales : tous les coups de pub sont permis... - 12 janvier 2016 : Une centaine de baleines échouées dans le Sud de l’Inde - 7 juin 2015 : « La rue s’organise au-delà des solutions classiques » - 21 novembre 2013 : Science-po : La Réunion à la traîne -

Accueil > Le monde > Des livres reliés en cuir humain

Harvard

Des livres reliés en cuir humain

3 avril 2014
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Un Traité de droit espagnol, un recueil de poèmes… des ouvrages reliés en peau humaine se cachent dans les plus vénérables rayonnages.

« Necronomicon », « De Vermis Mysteriis »… L’énumération d’ouvrages terrifiants jalonnent l’univers de l’écrivain Howard Phillips Lovecraft, qui pressentait qu’un monde de ténèbres s’étendait derrière les pimpantes demeures à pignon de la Nouvelle-Angleterre.

Peut-être les bibliothécaires de Harvard ont-ils eu une pensée frissonnante pour l’auteur de « L’affaire Charles Dexter ward » et son héros maléfique, l’alchimiste et érudit Joseph Curwen, en trouvant dans leurs rayonnages plusieurs ouvrages recouverts en peau humaine. Toujours est-il que ces découvertes, fort peu « Ivy League », n’ont guère été médiatisées, en-dehors d’un article paru il y a quelques années dans le « Harvard Crimson ».

L’un des ouvrages, un traité de Droit espagnol du XVIIe siècle est même relié avec le « cuir » d’un homme tué par écorchement, comme l’indique son auteur en page 794 : « la reliure de cet ouvrage est tout ce qui demeure de mon cher ami Jonas Wright, écorché vif par les Wavuma (une tribu zimbabwéenne, NDLR) le 4 Août 1632. Ce livre, qui appartenait au pauvre Jonas m’a été rendu par le chef M’semba, avec un peu de la peau de mon ami pour le relier ».

L’exemplaire parvenu jusqu’à nous ne possède sans doute plus sa couverture d’origine, selon les experts, qui analysent cette pratique, relativement courante jusqu’au XVIIe siècle, comme des hommages aux disparus, « à l’image de ces bijoux créés avec la chevelure des disparus au XIXe siècle », précise le conservateur David Ferris. D’autres ouvrages, dont une traduction en français des « Métamorphoses » d’Ovide datée de 1537 et un recueil de poèmes d’Arsène Houssaye, auquel Baudelaire a dédicacé certains poèmes du « Spleen de Paris », sont eux aussi reliés en peau humaine.

7 Lames la Mer

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste, Co-fondateur - 7 Lames la Mer.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter