Categories

7 au hasard 24 décembre 2013 : Petit papa Béké, obli pa mon ti soulié ! - 24 mars 2016 : L’étrange destin de Zoreille - 15 décembre 2013 : De la justice « makro » au « tous pourris » : un nouveau pouvoir politique ? - 1er juillet 2016 : Port-Louis : cette vieille baraque a la baraka ! - 16 juin 2014 : Je t’ouvre ta carrière si tu me prends ma médiathèque ? - 28 janvier 2016 : 1985 : salsa-maloya à la kermesse - 3 avril 2015 : L’heure pou compte le mort... dann l’ilette perdu - 19 août 2015 : Olivier Bancoult : « les fils du sol des Chagos ne cèderont pas » - 6 août 2013 : Régler la précarité par la précarité ? - 11 avril : Le testament de Madoré -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Bois-Ozoux : c’est fini les pique-niques !

Parc National et chemin volcan

Bois-Ozoux : c’est fini les pique-niques !

6 janvier 2014
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

L’aire de pique nique du « Bois Ozoux-chemin Volcan » vient d’être rayée de la carte. Sans campagne de promotion... Entre Noël, le Jour de l’an et le cyclone Bejisa. Sans tambour ni trompette. Le Parc National des Hauts a publié, le 30 décembre 2013, une autorisation de « déséquipement » et de « renaturation » de cette aire de pique-nique pourtant très prisée des Réunionnais. Circulez !

Le pique-nique familial et dominical est solidement ancré dans la tradition populaire réunionnaise. Une tradition à laquelle le groupe Ousanousava a donné un lieu et un rythme, par l’indémodable séga : « Pic-nic chemin volcan ». Mais au Parc national des Hauts, on ne l’entend pas de cette oreille... Une autorisation vient d’être signée par la Direction du Parc pour le « déséquipement » et la « renaturation » d’une aire de pique-nique pourtant très prisée des Réunionnais : l’aire du « Bois Ozoux-chemin Volcan ».

Depuis plusieurs mois, aux prises avec une intense contestation, le Parc national de La Réunion tente de rassurer : non, les normes qu’il édicte ne remettent pas en cause le pique-nique dans les Hauts — véritable institution populaire. Force est pourtant de constater que les écrits produits par le Parc — et notamment sa charte —, pointent du doigt cette tradition « présenté comme une activité ayant un impact nocif sur l’environnement et qu’il convient de maitriser, notamment dans le cadre de son schéma de mise en valeur du Volcan », précise Antoine Fontaine, porte-parole du C.MAC [1]. Une « maîtrise » qui, selon le collectif, pourrait bien se traduire par la suppression progressive des aires de pique-nique... Faut-il croire à cette disparition programmée ?

Ce début d’année semble toutefois donner raison aux voix critiques... « Nous avions annoncé la disparition programmée de l’aire de pique nique du « Bois Ozoux » en 2013, l’une des plus charmantes du chemin Volcan, rappelle Antoine Fontaine. C’est là-bas que le C.MAC a organisé son dernier pique nique... »

S’il ne claironne pas ce démantèlement, le Parc national ne le dissimule pas non plus : on trouve, sur son site web, l’autorisation donnée par la direction, avec ses « considérant », ses articles, la description du déroulement du chantier et les prescriptions générales. Des prescriptions marquées, il faut bien le dire, au sceau de l’ambiguïté qui, depuis le départ, accompagne le discours et la pratique du Parc national.
Que doit-on penser, ainsi, de la formule suivante : « Une information discrète sera implantée sur le matériel laissé sur site, pendant la durée des travaux. Elle renseignera a minima le public sur l’objectif du chantier... ». Pourquoi l’information doit-elle être « discrète » et renseigner a minima ? S’agit-il d’éviter de dénaturer le paysage par des panneaux disgracieux... ou de limiter les récriminations des nombreux déjeuneurs sur l’herbe que reçoit ce site pittoresque ?

En tout état de cause, le Parc ne se vante pas de ces désinstallations, espérant sans doute que les schémas de mise en valeur à venir feront vite oublier à nos compatriotes leurs habitudes, décidément bien rustiques. On verra bien si cette stratégie séduit les Réunionnais et convainc les touristes... En attendant, c’est fini, les pique-niques !

Geoffroy Géraud Legros

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste, Co-fondateur - 7 Lames la Mer.

Notes

[1Collectif pour le maintien des activités au coeur de La Réunion

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter