Categories

7 au hasard 2 janvier 2014 : Cyclone et profits de bouts de chandelle - 11 décembre 2013 : « Contre lanprofitasion » - 20 avril 2015 : Kanyar exquis ! - 8 janvier 2020 : Quand Béjart « rêvait » en maloya... - 20 février 2014 : Ne mourez pas pour des patrons - 30 septembre 2017 : « Faut pas rêver » filme le mystérieux visage dans la montagne - 11 février 2017 : « François Fillon puni par là où il a péché ? » - 14 juillet 2016 : Elizabeth Warren, l’étincelle dans la prairie - 14 mars 2019 : Qui a tué Rico Carpaye ? - 17 avril 2014 : Quelle langue parle-t-on à La Réunion ? -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Bois-Blanc : bientôt 900 rotations de camions par jour ?

Tribune Libre de Perceval Gaillard

Bois-Blanc : bientôt 900 rotations de camions par jour ?

4 août 2017
Perceval Gaillard
fontsizedown
fontsizeup
Version imprimable de cet article Version imprimable

La décision prise par le nouveau préfet d’autoriser l’ouverture de la carrière de Bois-Blanc est une véritable déclaration de guerre à l’encontre de la population réunionnaise.



Loin d’être une surprise en tant que tel, le timing de cette décision en dit cependant très long sur les objectifs et la stratégie adoptée par l’État dans cette affaire : en plein milieu des vacances et le lendemain de la date du dépassement global. Un passage en force anti-démocratique pour autoriser un massacre écologique. La 5ème République dans toute sa splendeur.

Motivée, selon les termes même de son communiqué, par « un important besoin en enrochement pour les travaux de la NRL » et par « les importantes oppositions aux importations », la Préfecture a donc fait le choix de mettre en danger la santé et la sécurité de dizaines de milliers de Réunionnais.es au profit des multinationales et des transporteurs.



Ce projet est dangereux à plusieurs titres :

Au niveau hydrologique, cette carrière représente un danger majeur pour la Réserve Marine et la nappe phréatique de Saint-Leu/Les Avirons, stratégique pour l’approvisionnement en eau de la partie Sud-Ouest de l’île.

La déforestation impliquée par ce projet aura un impact fort sur la faune et la flore d’un milieu protégé selon l’avis de l’autorité environnementale.

Les poussières émises à proximité des habitations font peser un risque très important sur la santé publique des populations concernées par cette carrière (Saint-Leu, Étang Salé, Les Avirons).

Les explosifs (mines et unités de fabrication) utilisés dans ce chantier représenteront une gêne, voire un danger supplémentaire, pour les citoyen.ne.s vivant à proximité.

Les rotations de camions, environ 900 par jour ou 12.000 par mois pendant cinq ans, vont empoisonner la vie des riverain.e.s et amplifier l’étranglement de Saint-Paul, sans parler des risques d’accidents.

Le passage au tout-viaduc permettrait encore d’éviter un tel désastre écologique et sanitaire. Nous n’avons pas à subir l’inconséquence de la Région qui n’a pas assuré l’approvisionnement en roches avant de choisir l’option digue.

Il est impératif que chaque Réunionnais prenne conscience des enjeux en termes de santé publique, d’intérêt général et de protection de notre écosystème. Nous ne pouvons sacrifier l’avenir de notre île sur l’autel du profit et de la démesure.

Face à cette connivence entre les multinationales et l’État, seule une 6ème République dans laquelle serait constitutionnalisée la Règle Verte pourrait empêcher de telles forfaitures.

Perceval Gaillard
Pour La Réunion insoumise

(Les photos qui illustrent cet article sont extraites du film « Duel », de Steven Spielberg, 1971.)


A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter
(|non)]