Categories

7 au hasard 13 mars : Quand les Chagos étaient présentées comme une destination touristique - 31 janvier 2014 : « Vous aimez l’argent ? Nous avons les mêmes valeurs ! » - 16 juillet 2013 : La mer et la mort - 13 février 2013 : Que célébrons-nous ? - 2 décembre 2013 : L’ancêtre du surf est parmi nous (2) - 8 octobre 2012 : Grandes surfaces : vole dans le tas ! - 20 décembre 2015 : Liberté métisse, bière dodo et Johnnie Platinum - 13 juin : Océan Indien : les pirates débarquent avec Ubisoft - 27 mai 2013 : Star Wars, vers l’infini et au-delà ! - 17 mars 2016 : Zulu : Diego Garcia... combien de larmes encore ? -

Accueil > Le monde > Amazonie, à qui est ton nom ?

Mondialisation

Amazonie, à qui est ton nom ?

1er mai 2013
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Privatisation du nom ? Appuyés par plusieurs puissances amazoniennes, le Pérou et le Brésil souhaitent empêcher que le nom de domaine « .amazon » devienne la propriété exclusive du géant américain du commerce en ligne.

Organisme peu connu du grand public, l’ICANN (pour International Corporation for Assigned Names and Numbers), qui régule l’accès à l’ensemble des noms de domaines, a été saisi d’une requête conjointe par le Pérou et le Brésil. Objet du litige : l’enregistrement du nom de domaine « .amazon » par la firme « amazon.eu », filiale d’ « amazon.com ».

« La région de l’Amazone constitue une part importante des territoires du Brésil, du Pérou, du Suriname, de la Guyana, de l’Équateur et de la Bolivie  », notent les deux grands États sud-américains, qui craignent qu’ « accorder à une société privée les droits exclusifs sur le nom de premier niveau générique pourrait entraver son utilisation à des fins d’intérêt public, en relation à la prise de conscience et à la protection du biome amazonien ».

L’Amazonie, vue du ciel.

Soutien argentin

Autre grief : le terme « Amazon » renvoie à l’appellation anglaise du Traité de coopération amazonien (Amazon Cooperation Treaty), dont les plaignants soulignent l’activité continue via un secrétariat permanent.

La démarche du Pérou et du Brésil est activement soutenue la Bolivie, l’Equateur, et la Guyana. A ces soutiens s’ajoute celui de l’Argentine, elle-même confrontée à une tentative d’enregistrement du nom « .patagonia » par une marque de prêt-à-porter.

On ne connaît pas la position de la France qui, avec le département de Guyane française, est elle aussi une puissance amazonienne.

Geoffroy Géraud Legros

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter