Categories

7 au hasard 25 février 2014 : Cet inconnu nommé Waro... - 10 janvier 2014 : North Sentinel island : personne ne sortira vivant d’ici ! - 20 juin 2015 : « Notre camarade, François Delapierre, sera toujours à nos côtés » - 31 décembre 2014 : Quand Béjart « rencontrait » le maloya... - 4 mai : Colonialisme : le bad buzz de Big Uncle - 6 janvier 2017 : L’étrange histoire d’une chanson qui a changé le monde - 14 décembre 2014 : Les derniers jours d’une « boutique chinois » - 19 mars 2017 : Jean-Pierre Marchau : « Non, le surf n’est pas mort à La Réunion ! » - 12 février 2015 : Sur-rémunération : « une prime coloniale, pas un moteur économique » - 9 juillet 2015 : MargoZ : trésor de longévité ? -

Accueil > Océan Indien > « Zones mortes » dans l’océan Indien

Environnement

« Zones mortes » dans l’océan Indien

2 août 2013
Geoffroy Géraud Legros & Nathalie Valentine Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

199 zones mortes maritimes ont été répertoriées sur la planète dont une demi douzaine dans l’océan Indien. Le périmètre des Mascareignes est directement concerné (voir carte). A l’intérieur de ces zones mortes, aucun organisme vivant (poissons, mollusques, crustacés, coraux, etc.) ne résiste, faute d’oxygène. Ce phénomène — plus connu depuis les années 70 —, est la conséquence directe de l’impact des activités humaines sur l’écosystème marin. Sans mesures urgentes, l’industrie de la pêche sera mise à mal et "certaines plages deviendront des zones toxiques dénuées de vie et interdites aux baigneurs", alerte Greenpeace !

« 7 Lames la Mer » vous parlait récemment d’un 8ème continent — constitué de déchets flottants — réparti dans tous les océans, (Lire à ce sujet : « Un 8ème continent... trash ! »). Un autre phénomène inquiétant atteint lui aussi l’ensemble des bassins océaniques : les zones mortes.

Mutation génétique des poissons

« Le ruissellement des engrais utilisés pour l’agriculture industrielle est en train d’étouffer les lacs, les rivières et les océans de la Terre, indique un rapport de l’association Greenpeace. L’azote et le phosphore engendrent des explosions de proliférations d’algues qui désoxygènent l’eau. Cela crée des zones mortes dans tous les océans et sur tous les continents de la planète ».

La carte des "zones mortes". Du bleu au rouge, les points permettent de localiser les "zones mortes" et indiquent l’importance et la persistance du phénomène. Un point rouge pour les Mascareignes !

Aucune forme de vie ne résiste à cet environnement. Des scientifiques ont par ailleurs constaté des mutations génétiques sur certains poissons (femelles développant des organes masculins et inversement) évoluant dans des eaux pauvres en hoxygène.

Une zone morte de 22.000 km²

L’océan Indien n’échappe pas au phénomène puisque, selon le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), une nouvelle zone morte a été identifiée dans la région de l’Inde en 2006. 199 zones mortes sont actuellement répertoriées par le PNUE contre 149 en 2004, ce qui montre l’évolution du phénomène.

Golfe du Mexique et sa "zone morte" due aux pesticides charriés par le Mississippi.... Photo : NASA/Alamy

Les zones mortes se renforcent dans les périodes chaudes et pluvieuses, à cause d’une accumulation excessive de polluants provenant des engrais agricoles lessivés et charroyés par le ruissellement des pluies abondantes. Des scientifiques américains et la NOAA (Agence Océanique et Atmosphérique Américaine), affirment que cette année, la « dead zone » du Golfe du Mexique pourrait dépasser le précédent record de 2002 et s’étendre sur plus de 22.000 km².

Il est plus que temps de réagir avant que la Terre ne devienne « planète morte ».

Geoffroy Géraud Legros & Nathalie Valentine Legros

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter