Categories

7 au hasard 1er février 2014 : Contre le terrorisme des pétroliers (2) - 10 mai 2013 : Danio Ricquebourg : « A qui profite cette provocation ? » - 1er janvier 2013 : Le roitelet de l’au-delà - 1er septembre 2013 : Chili : la rue contre la « loi Monsanto » - 28 juillet 2013 : Science : le Dodo bientôt ressuscité ? - 23 avril 2014 : Torture et prison secrète à Diego Garcia ? - 27 février 2016 : Si tu savais ce qu’ils pensent des filles des îles... - 17 octobre 2015 : Sors la pelle, Amina : on va aménager le territoire ! - 28 juillet 2013 : Israël cible les Bédouins - 26 mars 2016 : Valet de carreau, prête-moi ton fusil... -

Accueil > 7 au menu > 7 à voir > Zistoir ferblan maron... Kriké la sosyété anparmi !

Téat sou piédboi, théâtre sous les arbres

Zistoir ferblan maron... Kriké la sosyété anparmi !

22 mai 2015
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Anny Grondin, Jean-Bernard Ifanohiza èk Sully Andoche té rèv fé in zistwar ansanm. Bin alala. Si i ral azot, ral zot kor ziska téat sou piédboi (Théâtre Sous les Arbres) lo Por 23, 29, 30 mai. Si i di azot, di lé zot.

Jean-Bernard Ifanohiza, Anny Grondin èk Sully Andoche.

Dé boug (zésklav) in fanm (rozété) i vyin saroy dolo, zot i kroiz dann bor basin. Lé troi i anprofit pou zoué lo rakontèr, donn paké dann moukataz, fé ri la bèk, anbèk dann in rèv lé pa pou zot, agèt lo monn zot i viv, èk in mélanz dépitasyon ansanm léspoir…

Pou zot, sové an vré la pa posib, mé sap inn ti ninstan par la parol, wi. Sa la pa in maronaz bandé, parèy sak la mark nout listoir ansanm désèrtin landroi nout péyi (Ansin, Dimitil, Simandèf…). Non va, zis inn ti dékalaz an misouk, inn ti zéklèr la libèrté, i èd tyinbo dobout.

Kisa plis myé, apark nout troi rakontèr zistoir Anny Grondin, Jean-Bernard Ifanohiza et Sully Andoche pou is anlèr nout kozé kréol, in kozé kapab détak bann sinn i anmar anou tou lé zour !

Si zot la émé « Les amants maudits traqués dans la ravine », zistoir Jacques Vol ek Jeanne Lépinay, alors, alé voir « Ferblan maron »...

L’esclave Jacques Vol, traqué par les chasseurs, a plongé du haut de la falaise... Une histoire d’amour qui finit mal. Depuis, une ravine porte son nom : "Ravine à Jacques".

Deux hommes (esclaves) et une femme (bannie) se retrouvent autour d’un bassin, pendant une corvée d’eau. Ces trois conteurs d’un moment, vont manier à souhait dérision et humour, voguant sur la vague du rêve inaccessible en portant un regard teinté à la fois de résignation et d’espoir sur leur société…

A défaut d’une fuite spectaculaire, les voilà amenés à s’évader par la parole. Il ne s’agit pas ici de la grande histoire du marronnage aujourd’hui gravée dans nos consciences et souvent dans nos lieux mythiques (Anchaing, Dimitile ou Cimendef...). Juste une escapade, une parenthèse de liberté, fugace mais salvatrice.

Qui de mieux que nos trois rakontèr zistoir Anny Grondin, Jean-Bernard Ifanohiza et Sully Andoche, pour porter fièrement cette parole créole, celle qui nous libère de nos chaines du quotidien ?

Si vous avez aimé « Les amants maudits traqués dans la ravine », l’histoire de Jacques Vol et de Jeanne Lépinay, alors, allez voir « Ferblan maron »...

"Homme près d’un bassin sur un fond de montagnes", by Martial Potémont.

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter