Categories

7 au hasard 3 mars 2016 : Puissant séisme au large de Sumatra, océan Indien - 18 janvier 2015 : Tendance : « Disque » fait bouger les lignes ! - 16 août 2013 : Anne Sinclair, l’épitaphe en forme de procès - 29 janvier : Amrita Sher-Gil, l’étrange vie de la Frida Kahlo indienne - 26 avril 2015 : Le big « Kaang » de Labelle et Hlasko : musique ! - 24 août 2012 : 2013 : je vous salue Marie - 8 avril 2017 : Le charme perdu du dernier repas créole... - 28 octobre 2013 : L’affreux volcan et l’Etang de Gaule... - 19 février 2016 : L’énigme des deux frères Payet : Hector, Alix et Raymond - 14 mai 2015 : Il se souvient de ses yeux, son sourire, sa souffrance... -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Y en a marre !

Tribune Libre de Guy Julliard

Y en a marre !

29 mars 2018
Guy Julliard
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Il est désormais quasiment impossible de parler de politiques de prévention ; et tous les propos tenus sur les milieux populaires fragilisés, sont négatifs. Y en a marre !

Par Susan Spjut

La politique sécuritaire à la française a échoué


Il y en a marre de la pensée unique sécuritaire, véhiculée chaque jour par les médias ; il ne se passe pas une journée sans que tel ou tel politique se livre à la surenchère dès qu’un attentat terroriste est commis sur notre sol. Ce comportement pour exister politiquement est inacceptable et dénonce le peu d’idées de ceux qui ont été au pouvoir et de ceux qui ambitionnent d’y accéder.

La politique sécuritaire à la française développée à la fin des années 90, soit depuis plus de 20 ans, a échoué et échoue tous les jours.

Peu à peu, ces discours tenus par les hauts fonctionnaires et quelques politiques, ont irrigué une pensée unique au regard du traitement des délinquants puis récemment des terroristes.

Tous les propos tenus sur les milieux populaires fragilisés sont négatifs. (Oeuvre d’Andrea Krook).

Inadmissible de faire la chasse aux chômeurs


Il est désormais quasiment impossible de parler de politiques de prévention et tous les propos tenus sur les milieux populaires fragilisés, sont négatifs.

C’est inadmissible de faire la chasse aux chômeurs quand on sait le coût exorbitant de la fraude fiscale.

C’est inadmissible de condamner et culpabiliser les associations et les personnes qui viennent en aide aux réfugiés, sur le plan humain.

C’est inadmissible de demander de « tirer » sur les militants d’une association qui ne fait que son devoir en dénonçant les failles de notre politique nucléaire.

Oeuvres de David Alfaro Siquieros.

Les ressources sont parmi les populations elles-mêmes


Y en a marre de ces discours et de ces pratiques qui sont annoncés comme des évidences. En face, les rares acteurs qui osent s’opposer se font traiter de « doux rêveurs » au mieux et de « criminels » au pire.

Nous sommes pourtant nombreux à penser que les ressources sont parmi les populations elles-mêmes et que des politiques publiques dignes de ce nom, pourraient changer les choses.

Nous sommes nombreux à penser cela mais aussi à y contribuer au quotidien, pourtant on ne nous entend pas. Comment faire ? Créer un mouvement national ? Faire une manif d’ampleur ? Je ne sais pas, mais il est temps de se réveiller collectivement.

Guy Julliard


En 1967, « Les enfants terribles » éditent un 45 tours intitulé « Quand on en aura marre ». Voici les paroles de cette chanson mythique et annonciatrice de Mai 68, écrite par Alain Féral [1942/2013]. Des paroles qui résonnent aujourd’hui toujours avec autant de force.

7LLM


Quand on en aura marre
On en aura marre, on en aura marre...

Ma sœur, ma mie
Mais d’où viennent ces voix
Qui grondent dans la nuit
Roulant comme des pas ?

Mon ami, mon frère
Vois ces enfants qui crient

On en aura marre, on en aura marre...

Le monde est ma famille
J’ai tant besoin de toi

Quand on en aura marre de bouffer des pavés
Y aura plus qu’à s’ coucher
S’ coucher,

S’ coucher, s’ coucher, s’ coucher

Ma sœur, ma mie
Mais d’où pendent ces mains
Immenses dans la nuit
Au bout d’un corps de rien ?

Mon ami, mon frère
Vois ces enfants qui marchent

On en aura marre, on en aura marre...

Plus est grande ma faim
Plus s’allongent mes mains

Quand on en aura marre de bouffer des pavés
Y aura plus qu’à s’ coucher
S’ coucher

S’ coucher, s’ coucher, s’ coucher

On en aura marre, on en aura marre...

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter