Categories

7 au hasard 25 janvier 2016 : Pitons réunionnais : « comme les ruines d’un ancien temple » ? - 15 septembre 2013 : Allende, nous continuons à t’entendre ! - 19 octobre 2014 : « Aucune cantine ne pourra être tenue par un noir » - 20 juin 2015 : « Notre camarade, François Delapierre, sera toujours à nos côtés » - 14 juillet 2014 : Nadine Gordimer : une flamme résistante s’éteint - 17 novembre 2013 : Osons la gratuité totale - 14 octobre 2013 : Reconnaissez-vous cette femme ? - 27 octobre 2013 : Le business de l’immigration - 11 juillet 2015 : Rare : une photo du 2ème phare de la Pointe des Galets - 26 août 2014 : Beau temps à Ouessant pour La Réunion -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > 7 écrit ici > « Vous n’aurez pas ma haine, il faut s’aimer à tort et à travers (...)

Histoires d’amour

« Vous n’aurez pas ma haine, il faut s’aimer à tort et à travers »

20 juillet 2016
Marcel Lenormand
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

En ces temps de bruit et de fureur, je souhaite partager avec les lecteurs de « 7 Lames la Mer » deux textes qui me tiennent à cœur, et qui se répondent à 40 ans de distance : l’un de Julos Beaucarne, chanteur poète, écrit dans la nuit du 2 au 3 février 1975, après l’assassinat de sa femme par un malfrat ; l’autre publié sur Facebook par Antoine Leiris, journaliste à Radio France Bleu, le 17 novembre 2015, quatre jours après la mort de sa compagne, Hélène Muyal, âgée de 35 ans, tuée dans le massacre du Bataclan, à Paris, le vendredi 13 novembre 2015.
Marcel Lenormand

Amis bien aimés,

Ma loulou est partie pour le pays de l’envers du décor. Un homme lui a donné neuf coups de poignard dans sa peau douce. C’est la société qui est malade. Il nous faut la remettre d’aplomb et d’équerre, par l’amour, et l’amitié, et la persuasion.

C’est l’histoire de mon petit amour à moi, arrêté sur le seuil de ses 33 ans. Ne perdons pas courage, ni vous ni moi, je vais continuer ma vie et mes voyages avec ce poids à porter en plus et mes 2 chéris qui lui ressemblent.

Sans vous commander, je vous demande d’aimer plus que jamais ceux qui vous sont proches. Le monde est une triste boutique, les cœurs purs doivent se mettre ensemble pour l’embellir, il faut reboiser l’âme humaine. Je resterai sur le pont, je resterai un jardinier, je cultiverai mes plantes de langage. À travers mes dires, vous retrouverez ma bien-aimée ; il n’est de vrai que l’amitié et l’amour. Je suis maintenant très loin au fond du panier des tristesses. On doit manger chacun, dit-on, un sac de charbon pour aller en paradis. Ah ! Comme j’aimerais qu’il y ait un paradis, comme ce serait doux les retrouvailles.

En attendant, à vous autres, mes amis de l’ici-bas, face à ce qui m’arrive, je prends la liberté, moi qui ne suis qu’un histrion, qu’un batteur de planches, qu’un comédien qui fait du rêve avec du vent, je prends la liberté de vous écrire pour vous dire ce à quoi je pense aujourd’hui : je pense de toutes mes forces qu’il faut s’aimer à tort et à travers.

Julos Beaucarne
Écrit dans la nuit du 2 au 3 février 1975, après l’assassinat de sa femme.

"Le paradis", Marc Chagall

Vendredi soir vous avez volé la vie d’un être d’exception, l’amour de ma vie, la mère de mon fils mais vous n’aurez pas ma haine. Je ne sais pas qui vous êtes et je ne veux pas le savoir, vous êtes des âmes mortes. Si ce Dieu pour lequel vous tuez aveuglément nous a fait à son image, chaque balle dans le corps de ma femme aura été une blessure dans son coeur.

Alors non je ne vous ferai pas ce cadeau de vous haïr. Vous l’avez bien cherché pourtant mais répondre à la haine par la colère ce serait céder à la même ignorance qui a fait de vous ce que vous êtes. Vous voulez que j’ai peur, que je regarde mes concitoyens avec un oeil méfiant, que je sacrifie ma liberté pour la sécurité. Perdu. Même joueur joue encore.

Je l’ai vue ce matin. Enfin, après des nuits et des jours d’attente. Elle était aussi belle que lorsqu’elle est partie ce vendredi soir, aussi belle que lorsque j’en suis tombé éperdument amoureux il y a plus de 12 ans. Bien sûr je suis dévasté par le chagrin, je vous concède cette petite victoire, mais elle sera de courte durée.

Je sais qu’elle nous accompagnera chaque jour et que nous nous retrouverons dans ce paradis des âmes libres auquel vous n’aurez jamais accès.

Nous sommes deux, mon fils et moi, mais nous sommes plus forts que toutes les armées du monde. Je n’ai d’ailleurs pas plus de temps à vous consacrer, je dois rejoindre Melvil qui se réveille de sa sieste. Il a 17 mois à peine, il va manger son goûter comme tous les jours, puis nous allons jouer comme tous les jours et toute sa vie ce petit garçon vous fera l’affront d’être heureux et libre. Car non, vous n’aurez pas sa haine non plus.

Antoine Leiris
16 novembre 2015

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter