Categories

7 au hasard 28 août : Le rêve de Martin Luther King : émerger des vallées obscures - 26 août 2015 : Parc national : massages autorisés ! - 30 janvier 2014 : La Réunion au pied du mur ! - 12 septembre 2013 : Deux routes comme vous ne les verrez plus ! - 13 mai 2016 : Le rhinocéros de Sumatra en voie de... conservation - 16 février 2016 : Va-t-on f... la paix aux ramasseurs de capucins-carême ? - 16 février 2015 : Championne : Johanne Defay l’a fait... malgré le sexisme - 7 janvier 2016 : Ysabeau l’Indienne : courtisée à Paris, tuée à Bourbon - 18 juillet 2013 : Roule pou nout toute, sinonsa laisse anou roulé - 23 octobre 2014 : Interdit bann bourrique ! -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > 7 écrit ici > « Viens on change ! »

Kronik koté la boutik

« Viens on change ! »

2 mai 2013
Romér, parla SinBenoi...
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

C’est alors que je les ai vus : sur le trottoir délaissé, trois jeunes kafs à la démarche chaloupée...


Ma main emportée par ses éclats de rire me fit traverser indemne la rue au travers des phares. Sur l’autre trottoir, elle lâcha ma main. Les klaxons hésitaient à rejoindre les phares qui s’éloignaient. Lorsqu’ils disparurent, ma respiration me revint avec la ville autour de nous.

C’est alors que je les ai vus : sur le trottoir délaissé, trois jeunes kafs à la démarche chaloupée.

Les observait-elle du coin de l’oeil ? Je ne vis que son sourire venir à moi et réussir cette fois encore sans effort à me priver de mémoire.

(Ou fé nerv amoin Romér ! Nawar sa in ot foi, tamèr !)

Elle plissa du nez au-dessus de sa pinacolada pour me signifier qu’elle m’avait surpris dans mes pensées. Je m’acquittais de ma faute, le sourire vers ma dodo.

— Ils t’ont pas fait peur ces jeunes zoreys tout à l’heure là ? Je les ai trouvés un peu inquiétants...

(Romér spès la taye !)

— ... Tu veux dire les... de quels zoreys tu parles ?

(Li la vi banna mém... Romér ou fé shié amoin !)
— Talèr la, avant d’arriver ici, tu les as pas vus ? Rien de grave, des jeunes frimeurs, mais je ne sais pas, chez certaines personnes cela peut créer un sentiment d’insécurité...

Son éclat de rire ne m’emportait plus.

— Ooh, le pti créole a peur des zoreys..?
— Non. Pourquoi tu t’es empressée de changer de trottoir ?
— Pour la même raison que toi. Ils m’inquiétaient.
— Il n’y avait pas de jeunes zoreys. Qu’est-ce qui t’inquiétait chez ces jeunes ?

Elle ne souriait plus. Ses doigts ne semblaient ne plus trouver d’intérêt à lisser les perles d’eau de son verre à cocktail.

— Qu’est ce que t’as ? C’est quoi là ?

(Mi espèr ou lé kontan Romér la merd !)
— Rien vraiment. Juste je me demandais pourquoi ces jeunes t’ont fait peur au point que tu aies ressenti le besoin de ne pas les croiser. Juste pour comprendre. Ils me semblaient pas agressifs.
— ...
— Tu t’es faite agresser par le passé et ..
— Non, non. Ecoute, cela n’a rien à voir avec du racisme ou quoi. Je veux pas que tu crois ça. C’est... je sais pas. On m’a raconté tellement de choses. J’ai des amies qui ont eu tellement de problèmes. Tu sais les Réunionnais sont très jaloux et peuvent être violents avec les femmes, ça fait peur tu sais.
— Je suis Réunionnais.
— C’est pas pareil. Toi tu es.. tu as de l’esprit. Tu es le premier Réunionnais que je rencontre comme ça. J’en suis vraiment contente. J’aimerais que tu m’apprennes plus ton île. Enfin ta culture.
— A partir de quel de taux de mélanine on a de l’esprit ?
— Arrête...
— Mon île, ma culture, Ce sont aussi ces gens que tu trouves inquiétants. Ce qui t’inquiète, n’est-ce pas qu’ils sont d’une autre culture que toi ? Ce qui te rassures avec moi, c’est que tu peux te cacher à toi-même que je ne suis pas de ta culture. Que pourrais-tu dès lors être capable d’apprendre de nous ?

Le serveur repartait avec sa carte des menus. Je la raccompagnais jusqu’à sa voiture espérant que nous croiserions un groupe de jeune kafs et qu’elle déciderait de surmonter ses craintes.

Mais sa mini l’emportait déjà.

(Bon, Romér foutèr d’merd, alon trap in rom la boutik astèr.)

La "boutique chinois". Illustration de Térésa Small, extraite du livre "Pipit, marmay Le Port, carnet d’enfance" de Patrice Treuthardt.

Romèr, parla SinBenoi

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter