Categories

7 au hasard 25 juin 2015 : Hermès : luxe et sadisme - 26 octobre 2013 : Séga-maloya : la « symphonie sauvage » - 25 juillet 2016 : La ballerine était en noir - 15 mars : Jules Hermann et les visions de la montagne - 13 octobre 2015 : Indemnités des élus : on peut toujours rêver... - 4 décembre 2015 : À droite, la surprise Victoria ? - 1er avril 2013 : Elle renonce à son royaume... par amour - 11 janvier 2015 : Méandres géopolitiques, ou : comment peut-on être Charlie ? - 21 avril : Joseph Tafiki, l’oeuvre de sa vie pour Saint-Expédit (4) - 17 janvier 2016 : Vol MH370 : les recherches révèlent une mystérieuse épave -

Accueil > Le monde > Victoire du pro-chagossien, Jeremy Corbyn à la tête du Labour (...)

Royaume Uni

Victoire du pro-chagossien, Jeremy Corbyn à la tête du Labour !

12 septembre 2015
Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Jeremy Corbyn, opposé aux politiques d’austérité et connu pour son soutien à la cause chagossienne, vient d’être confortablement élu avec 59,5% des suffrages à la tête du « Labour » et devient donc le leader de l’opposition au gouvernement conservateur de David Cameron.

Voici plusieurs semaines que la cote de Jeremy Corbyn montait sur la toile. Réélu sans discontinuité à la Chambre des Communes depuis 1983, le candidat-surprise à la direction du parti travailliste en incarnait une aile gauche, réputée définitivement enterrée par Tony Blair et le « New Labour » au tournant de la décennie 1990.

Les sondages avaient eux aussi annoncé la couleur mais n’avaient pas pour autant anticipé l’ampleur du mouvement de sympathie pro-Corbyn puisqu’il n’accordaient à l’outsider « que » 53% des votes à venir .

La popularité de Jeremy Corbyn a donc atteint aujourd’hui un pic décisif : c’est avec 59,5% des suffrages qu’il a été confortablement élu dès le premier tour à l’occasion d’un congrès exceptionnel du « Labour », principal parti d’opposition en Grande Bretagne.

La victoire de celui que l’on qualifiait de « député travailliste rebelle », inamovible opposant aux politiques de rigueur des ères Thatcher, Blair et Cameron, ouvre une perspective politique impensable il y a encore quelques mois dans une Grande-Bretagne considérée comme la terre d’élection du consensus néo-libéral.

Outre qu’elle sonne probablement le glas du « New Labour » de Tony Blair, cette prise de contrôle du premier parti d’opposition de la 6ème puissance mondiale par la gauche « anti-austéritaire » marque une avancée sans précédent pour une radicalité qui n’avait jusqu’ici véritablement émergé, qu’en Grèce et en Espagne — avec les contradictions que l’on sait.

« Ma victoire a montré que notre mouvement est passionné, démocratique, divers, uni et absolument déterminé à atteindre une société meilleure et décente, ouverte à tous », a déclaré Jeremy Corbyn à peine élu, fustigeant les inégalités, l’injustice, la pauvreté, et portant un message d’espoir et d’optimisme.

Militant anti-Apartheid et opposant au nucléaire, membre d’Amnesty International, impliqué dans la question du réchauffement climatique et contre le TAFTA [1], végétarien et partisan de la cause animale, Jeremy Corbyn s’est aussi illustré en faveur combat mené par le peuple chagossien, réclamant en 2012 au secrétaire d’Etat du « Foreign and Commonealth Office » (FCO) du Royaume-Uni l’inscription des Chagos à la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Il a par ailleurs dénoncé la création d’une « Marine Protected Area » (MPA) [2], dans l’archipel et s’est rendu à de nombreuses reprises à l’île Maurice pour rencontrer la communauté chagossienne et constater de visu ses conditions de vie. Il a de plus multiplié les interventions et déclarations publiques pour faire valoir les droits de ce peuple foulés aux pieds depuis un demi-siècle par Londres et Washington.

Jeremy Corbyn est donc devenu au fil du temps une figure emblématique de la cause chagossienne, endossant même la présidence du « Chagos Island All Party Parliamentary Group » (CIAPPG).

Né le 26 mai 1949 dans le Wiltshire, il est député depuis 1983. Son élection historique à la tête du Labour lui confère désormais une grande influence et donnera, n’en doutons pas, plus de visibilité encore à la cause chagossienne.

Geoffroy Géraud Legros et Nathalie Valentine Legros

Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros

Chroniques réunionnaises à quatre mains, avec Geoffroy Géraud Legros et Nathalie Valentine Legros.

Notes

[1partenariat transatlantique de commerce et d’investissement

[2Aire maritime protégée, parc marin

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter