Categories

7 au hasard 19 novembre 2013 : Énergie : profits record à La Réunion - 4 janvier 2016 : Le nazisme, une idée neuve ? - 17 juin 2016 : Les Africains de l’Inde jouent aussi du bobre - 29 septembre : 1929 : la plage où l’on ne craignait pas les requins - 5 mars 2016 : Route du littoral : risque de chutes de kaz ? - 14 octobre : Aude-Emmanuelle Hoareau, de l’autre côté de la vie - 3 janvier 2013 : Zordi na point de baleine - 18 janvier 2014 : Bleu... le magma de ce volcan ! - 9 juillet 2013 : Texas : derniers mots avant la mort - 27 septembre 2014 : Mickaël Dejean : prix du jury pour son bureau sans vis cachées -

Accueil > Le monde > Vers « les pires sécheresses depuis 2000 ans »

États-Unis

Vers « les pires sécheresses depuis 2000 ans »

5 septembre 2014
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Les probabilités d’une sécheresse sans précédent n’ont jamais été aussi fortes dans les États de l’Ouest des Etats-Unis, révèle une étude scientifique à paraître le mois prochain.

Rivière asséchée en Californie. Photo : National Oceanic and Atmospheric Administration

John Steinbeck, Lawrence Svobida, Frederick Manfred et Woodie Guthrie ont inscrit dans la mémoire collective le destin d’hommes et de femmes aux prises avec le « Dust Bowl », cette succession de sécheresses et de tempêtes de sable qui, du Dakota au Texas et du Colorado au Kansas, a jeté des dizaines de milliers de paysans pauvres sur les routes menant vers la Californie entre 1934 et le début des années 1940.

À en croire une étude réalisée par l’Université de Cornell, les sécheresses qui menacent l’Ouest des Etats-Unis pourraient bien inspirer des pages plus dramatiques encore que les « Raisins de la colère ».

À l’instar du « Dust Bowl », provoqué par l’agriculture intensive et l’épuisement consécutif des sols, l’éventualité d’une « hyper-sécheresse » (megadrought) est renforcée par les activités humaines.

Dakota du Sud : machines enterrées par une tempête de sable durant le Dust Bowl. (1936). Photo : Wiki Commons

« En accroissant l’effet de serre — et nous ne prenons pas le chemin inverse — nous augmentons les probabilités d’une hyper-sécheresse, la pire que l’on ait vue depuis 2000 ans » alerte Toby Ault, l’un des scientifiques à l’origine de l’étude, interviewé la semaine dernière par le Daily Mail.

Intitulée « Évaluation des risques de sécheresse persistante par les simulations de modèles climatiques et les paléo-données  », l’étude, qui paraîtra le mois prochain, combine l’usage de projections, de données historiques et de méthodes de prévision prenant en compte les effets actuels et futurs du réchauffement climatique.

Incendie de forêt consécutif à la sécheresse dans le Colorado. Photo : United States department of Agriculture

Elle conclut à l’augmentation de 50% des probabilités d’une sécheresse durant plus de 30 ans, et d’une hausse de 80% des risques d’une sécheresse excédant 10 années. La menace pèse particulièrement sur la Californie. En 2012, la sécheresse avait frappé pour la première fois 100% du territoire de cet État, dont la plus grande partie subit aujourd’hui une sécheresse d’ampleur qualifiée d’« extrême ».

Les États de la côte occidentale ne sont pas égaux devant ce fléau annoncé, précise l’étude : si les probabilités de très graves sécheresses explosent en Californie et en Arizona, elles pourraient baisser dans les États du Nord tels que l’État de Washington, l’Idaho et le Montana.

Les phénomènes envisagés par l’étude pourraient être comparables aux sécheresses sahéliennes ou au « Big Dry » qui a frappé l’Australie de 2003 à 2009.

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter