Categories

7 au hasard 23 avril 2014 : L’homme qui a vu l’ours - 21 juillet 2015 : « Service Maloya » : les toubibs à côté de la plaque - 11 août 2016 : Russie : la poutre dans l’œil d’Hillary - 14 février 2014 : « Nous n’avons pas besoin des capitalistes destructeurs » - 27 novembre 2015 : Coopération : quand nos impôts font la foire à Mada... - 1er octobre 2013 : La longue marche du maloya - 25 janvier 2015 : La Grèce hors des chemins de l’austérité - 24 octobre 2013 : Jusqu’ici, tout va bien... - 12 juin 2014 : « Fridom, c’est un mètre de Nouvelle Route du Littoral » - 12 octobre 2013 : 500 milliards de criquets affament 4 millions de Malgaches -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Universtérité : coupes sombres pour un avenir sans Lumières ?

Tribune Libre du Parti de Gauche

Universtérité : coupes sombres pour un avenir sans Lumières ?

16 octobre 2015
Parti de Gauche de La Réunion
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

A La Réunion comme ailleurs, l’Universtérité tue l’avenir ! Les gouvernements successifs n’ont eu de cesse d’enterrer l’Université française.

La Recherche, domaine fondamentalement vital pour une société qui doit faire face à des situations nouvelles (réchauffement climatique, raréfaction des ressources alimentaires, nécessité de sortir des énergies carbonées...), a subi de profondes mutations qui n’ont eu pour résultat que de diminuer les « fonds propres » (alloués à des instituts pour des recherches de long terme) et augmenter les financements « sur projet » à l’attribution totalement opaque. Ce court-termisme, véritable illustration de l’esprit libéral des petits boutiquiers qui nous gouvernent, est un frein à l’innovation et à la création française.

L’Enseignement Supérieur doit subir cette année encore le désinvestissement croissant de l’Etat : alors que le nombre d’étudiant-e-s croît de façon extraordinaire cette année, les crédits alloués aux Universités stagnent. Ainsi, le budget par étudiant et par an ne cesse de diminuer alors qu’il était déjà insuffisant en 2014. Ainsi, les étudiants se retrouvent à étudier dans conditions dégradées qui ne peuvent conduire à la réussite : salles de cours surchargées, diminution du nombre d’heures de TD (cours en "petits" groupes), précarisation de l’emploi,...

À l’Université de La Réunion, cette nouvelle année est marquée par la fermeture de filières, notamment en Lettres et Sciences Humaines ainsi qu’à la Faculté de Sciences et Technologies.

On peut noter cette année la disparition, entre autres du Master Professionnel Tourisme (qui nous fera croire que le tourisme est une activité économique négligeable pour notre ile ?), Master Espagnol, Master Anthropologie, de la Licence de Biochimie, de la Licence de SVT.

En Fac de Sciences et Technologies, les réductions budgétaires drastiques ont mené à la suppression de 700 heures de cours pour les Licences (passant de 2.200h/an à seulement 1.500h/an). Concrètement, cette mesure a entrainé la suppression totale des Travaux Pratiques en première année.

Il est temps que cesse cette funeste politique d’austérité qui tue l’avenir des jeunes Réunionnais-es et de notre île.

Le Parti de Gauche de La Réunion

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter