Categories

7 au hasard 26 septembre 2016 : Île Maurice : SOS pour Pomponette - 1er mars 2016 : Une prière réunionnaise pour Dorian - 17 septembre 2015 : Alain Peters... pou réchof lo ker - 25 février 2016 : L’écœurant lynchage de Corine Beaulieu - 20 août 2015 : Quand Doudou N’Diaye Rose faisait vibrer La Réunion - 24 mai 2016 : Bœuf d’enfer dans un train : 75 millions de vues - 17 février 2013 : Zoizo tann si bor loni - 23 avril 2014 : Torture et prison secrète à Diego Garcia ? - 9 novembre 2013 : L’océan Indien berceau du surf ? - 5 mai 2015 : La cantatrice, l’amant et le mari -

Accueil > Le monde > #UnfairAndLovely : Non au diktat des peaux blanches

Sois belle...

#UnfairAndLovely : Non au diktat des peaux blanches

22 mars 2016
Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Il y a quelques semaines, trois étudiantes américaines ont lancé une campagne via le Net pour en finir avec le diktat des peaux blanches. Le mouvement s’est répandu sur la planète, mettant à mal l’image d’une grande firme de cosmétique spécialisée dans le blanchiment de la peau. Un mot-clé : #UnfairAndLovely !

JPEG - 40.3 ko
Yanusha et Mirusha Yogarajah par Pax Jones.

« Sorte dans l’ardeur, mon zenfant ! » Traduction : « ne reste pas au soleil »... Dans bon nombre de familles réunionnaises, l’ardeur (le soleil) et son « effet bronzant » sur la peau étaient une obsession — et encore aujourd’hui. Il fallait donc à tout prix tenter de « sauver la blancheur » lorsque l’on avait « la “chance” d’être né avec une peau plutôt claire ». Des « peaux plutôt claires » mais qui avaient « un peu trop » tendance à « virer rapidement au brun dans l’ardeur », ce qui trahissait des « mésalliances certaines dans l’arbre généalogique ».

Vu : dans la famille Payet — mais aussi dans la famille Hoarau —, il y avait deux sœurs. La plus jeune avait des yeux bleus et une peau blanche comme du riz. L’ainée, yeux verts et un « teint naturellement hâlé », était persuadée d’être victime d’un sort lancé par une personne envieuse, un sort qui lui avait noirci la peau. Elle passa sa vie avec chapeau, foulards, bas, longues manches, ombrelle et poudre blanche sur le visage. À cette panoplie, elle ajoutait même parfois une paire de gants.

À la génération suivante, une des filles, « sortie » avec la peau « teintée », montait sur le toit dans l’arrière-cour, se badigeonnait d’huile de cari, et passait des heures à rôtir au soleil, en cachette de ses parents. Elle voulait être « bronzée » parce que c’était la mode. On ne parlait pas alors de cancer de la peau ; Brigitte Bardot — qui n’était pas encore la compagne de route de la famille Le Pen — chantait « Noir et Blanc » (1961), une chanson qui disait ni plus ni moins : « Pauvre de moi / J’ai pas eu de veine / J’aurais mieux fait d’ faire le contraire / Avoir un corps noir comme l’ébène / Et posséder âme sereine »...

JPEG - 31.4 ko
Pub pour la fameuse crème blanchissante "Fair & Lovely", au Sri lanka. Produit "garanti 1ère crème équitable au monde, testée en dermatologie", affirme le fabricant sur son site.

C’était l’époque où Nino Ferrer hurlait dans un micro : « Je voudrais être Noir » (1966) : « je crois que c’est la couleur de ma peau qui ne va pas », amalgamant le complexe d’infériorité du Blanc et le cliché raciste selon lequel seul un Noir peut chanter le blues parce qu’il a le « rythme dans la peau ». Cette chanson de Nino Ferrer, dans un registre caricatural ( volontaire ? ), postule, avec un brin de d’ironie, que pour « aimer bien », il faut donc se confondre avec l’objet aimé, quitte à s’oublier et à se renier... Une singulière empathie, qui confine à la haine de soi...

« Je suis blanc de peau / Quand on veut chanter l’espoir / Quel manque de pot ! ». C’est en 1967 que Claude Nougaro compose cette belle chanson teintée d’humour... noir et dédiée à Louis Armstrong. La conclusion selon laquelle « Noir et Blanc sont ressemblants / Comme deux gouttes d’eau » confirme le caractère engagé de la chanson.

En 1966/67, Nino Ferrer et Claude Nougaro — avec leurs chansons « Je voudrais être Noir » et « Armstrong » — jouent bien évidemment dans le répertoire de la provocation. Ils revendiquent par là-même une posture avant-gardiste et anti-raciste mais dans le registre de naïveté, de grandiloquence et de bons sentiments qui caractérise l’époque.

En 1969, Serge Gainsbourg se moque de ce soupir de l’homme blanc et signe un « Black and White » corrosif. Cinq ans auparavant, son inimitable « Couleur café » montrait une danseuse tahitienne en bikini (Patricia Grangier).

JPEG - 45.6 ko
Yanusha Yogarajah par Pax Jones.

Mais la prime à la peau claire perdure et l’injonction au blanchiment des épidermes est omniprésente dans l’espace public occidental ; elle y cohabite bizarrement avec la posture multiculturaliste et la figure imposée de la « nation arc-en-ciel ».

Pour la femme noire, le mot d’ordre demeure : « Sois blanche et tais-toi ! ». En Afrique, en Inde, en Asie du Sud-Est, aux USA... partout sur la planète, le même leitmotiv : « Sois blanche et tais-toi »...

Trois étudiantes de l’université du Texas — un des états les plus racistes des USA — partent en guerre contre les cosmétiques éclaircissants, dont les effets sont catastrophiques. Pax Jones [1], afro-américaine, et deux soeurs, Mirusha et Yanusha Yogarajah, originaires du Sri Lanka. En décembre 2015, Pax a réalisé une série de portraits de Mirusha et Yanusha. Accompagnées d’une démarche militante, ces photos, destinées à démontrer la beauté des femmes noires, se sont répandues sur le Net.

JPEG - 37.1 ko
Yanusha Yogarajah par Pax Jones.

C’est avec le hashtag #unfairandlovely — pied de nez à la crème blanchissante « Fair and Lovely » [2], si recherchée en Inde qu’elle dépasse Coca-Cola en chiffres de vente — que les trois étudiantes parviennent à populariser leur mouvement dont l’objectif est d’atteindre toutes les personnes à la peau foncée confrontées aux diktats des canons de la beauté eurocentrique ou ancrés dans la culture hindoue.

Les trois étudiantes américaines demandent aux femmes noires des quatre coins du monde de témoigner en postant leurs photos sur Twitter, Instagram et Facebook, accompagnées du dièse #unfairandlovely. Les ravages provoqués par les crèmes blanchissantes sur la santé et la psychologie des utilisatrices sont en général irréversibles ; à tel point qu’en Inde, le Conseil des normes publicitaires a récemment décidé d’interdire les « publicités discriminatoires suggérant que la peau claire serait plus désirable ».

Yanusha Yogarajah, une des deux sœurs, étudiante en sociologie, évoque elle-même le temps où elle utilisait de l’eau de Javel pour tenter de blanchir ses mains afin de « les rendre plus acceptables ».

Nathalie Valentine Legros et Geoffroy Géraud Legros


Bardot Brigitte - Noir et blanc by Salut-les-copains

Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros

Chroniques réunionnaises à quatre mains, avec Geoffroy Géraud Legros et Nathalie Valentine Legros.

Notes

[1Voir son site : avec les photos : « The Pax Jones Experience »

[2« Fair and Lovely » : crème la plus vendue au monde pour le blanchiment de la peau, commercialisée par « Hindustan Unilever » en Inde, en Indonésie, en Thaïlande, au Sri Lanka, au Pakistan et dans d’autres parties de l’Asie...

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter