Categories

7 au hasard 27 février 2013 : Outremer : en finir avec les produits trop sucrés - 3 décembre 2013 : Pas de liberté pour Nitin - 17 décembre 2015 : Expédite Laope-Cerneaux : « ce que je dois à Clotilde et à Maxime » - 15 avril 2017 : Ratsitatane, un prince malgache exécuté à l’île Maurice - 23 octobre 2015 : Facebook, ou la charité mal ordonnée - 23 novembre 2016 : Révoltes à Bourbon : de la gueule du canon à l’île de l’horizon - 14 octobre 2014 : Culture réunionnaise : prisonniers de l’éphémère ? - 7 avril 2014 : L’austérité de plus en plus pressante - 31 mars : 1919 : à cause créole l’arrête mange cochon ? - 6 août 2013 : Dans la lumière des phares, la fille était là... -

Accueil > Le monde > Une attaque contre l’Iran inscrite au budget militaire

Israël

Une attaque contre l’Iran inscrite au budget militaire

22 mars 2014
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

L’intransigeance du gouvernement de M. Netanyahu permet au budget des forces armées israéliennes de demeurer stable, au plus grand profit du complexe militaro-industriel.

De 10 à 12 millions de shekels (environ 3 milliards de dollars) sont inscrits au budget des forces de défense israéliennes au titre des coûts qu’occasionnerait une éventuelle attaque unilatérale contre l’Iran, révélait cette semaine le quotidien Haaretz. Une ligne adoptée à la demande expresse du Premier ministre Benjamin Netanyahu et du ministre de la défense. Explications avancées par de hauts gradés lors d’un audit à la Knesset aux députés. Ces derniers ont noté la contradiction de cette inscription avec les évolutions diplomatiques contemporaines, marquées par les négociations engagées par six grandes puissances avec Téhéran. Négociations qui doivent aboutir à un accord de dénucléarisation.

Action unilatérale

Les directives de l’Exécutif recommandent à ces six grandes puissances de demeurer prêtes à une action unilatérale, «  quels que puissent être par ailleurs les progrès enregistrés sur la question nucléaire entre l’Occident et la République islamique » précise-t-on du côté des militaires. Le Gouvernement Netanyahu a d’ores et déjà rappelé qu’il ne serait pas lié par un quelconque traité entre l’Iran et les grandes puissances occidentales, rappelle Haaretz. « Mes amis, laisser l’Iran enrichir de l’uranium serait la porte ouverte » (à la création d’une bombe iranienne, NDLR), a déclaré le Premier ministre ce mois-ci lors de la conférence de l’AIPAC (lobby pro-israélien actif auprès du Congrès des Etats-Unis, NDLR). « Cela ne doit pas arriver, et nous nous assurerons que cela ne puisse se produire ».

Complexe militaro-industriel

Des propos auxquels a fait écho le ministre de la défense Moshe Ya’alon, qui a annoncé ce mois-ci être lui aussi favorable à une frappe dite préventive contre l’Iran. L’ouverture de cette ligne permet au budget des forces de défense israéliennes de demeurer identique à celui de l’année dernière, notent plusieurs observateurs, qui y voient une faveur accordée au complexe-militaro industriel en contournant le Parlement.

7 Lames la Mer

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste, Co-fondateur - 7 Lames la Mer.

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter