Categories

7 au hasard 25 mai 2015 : État Islamique : des documents déclassifiés pointent l’étonnante incurie de l’Administration Obama - 28 novembre 2013 : Incarcération, perquisition, saisie pour Peerally - 27 janvier 2016 : Hollywood : quand il y avait des hommes... - 22 janvier 2016 : « Vollard : on regrettera, un peu tard, d’avoir fait mourir ses créateurs » - 14 juillet 2014 : Nadine Gordimer : une flamme résistante s’éteint - 4 novembre 2016 : Toc toc toc... un ange frappe à la vitre (3) - 28 janvier 2016 : 1985 : salsa-maloya à la kermesse - 1er juillet 2015 : « Grèce : contre les prédateurs, avec le peuple » - 5 octobre 2013 : Le drapeau ou la gratelle - 14 avril 2013 : Des villageois face à un géant de l’industrie mondiale -

Accueil > Océan Indien > Un militant anti-drone kidnappé

Pakistan

Un militant anti-drone kidnappé

12 février 2014
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Conscience du mouvement anti-drones, le journaliste avait attaqué le Gouvernement des États-Unis en justice après la mort de son frère et de son fils.

Le frère et le fils de Karim Khan ont été tués dans une attaque de drone au mois de décembre 2009. Photo : Upstate Drone Action.

C’est le 5 février dernier, à quelques jours de son départ pour l’Europe, que Karim Khan, figure de l’activisme anti-drones au Pakistan, a été enlevé à son domicile de Rawalpindi (Pendjab). Entre 15 et 20 assaillants vêtus d’uniformes de la police ont pris d’assaut la maison du journaliste, rapporte à l’AFP son avocat, Shahzad Akbar. Le 31 décembre 2009, M. Khan avait perdu son frère, un enseignant, et son fils, un jeune bachelier, respectivement âgés de 35 et de 18 ans, lors d’une attaque américaine perpétrée par un drone contre le village de Machnikel, au Nord de la province du Waziristan. Un troisième homme, qui travaillait sur le chantier de reconstruction de la mosquée du village avait lui aussi trouvé la mort.

Photo : Leslie Pratt

Victimes civiles

Visant le célèbre chef Taliban Haji Omar Khan, l’intervention de l’avion télécommandé n’avait en réalité tué que des civils, contrevenant ainsi aux règles du droit international, qui prohibent de telles opérations à distance des champs de bataille, estime Shahzad Akbar, qui représente plusieurs victimes de drones. Assisté par l’ONG britannique « Reprieve », qui porte assistance aux victimes de drones, Karim Khan a engagé des procédures à l’encontre des autorités pakistanaises, qui n’ont selon lui pas réellement enquêté sur l’affaire. Il est aussi le premier citoyen pakistanais à poursuivre le Gouvernement des Etats-Unis d’Amérique pour un préjudice lié à l’utilisation de drones.

« Un témoin capital »

Parallèlement à cette action en justice, Shahzad Akbar avait l’année dernière co-signé, avec plusieurs activistes, une lettre ouverte visant directement le directeur de la CIA, John Brennan. « Karim Khan est un témoin capital des dangers du déploiement de drones auquel procède la CIA. Nous sommes très inquiets pour sa sécurité », déclare Clare Algar, dirigeante de « Reprieve », sur le site de l’ONG. Les autorités nient de leur côté toute implication dans la disparition du militant. Celui-ci aurait dû s’envoler le 9 février dernier pour une rencontre avec plusieurs parlementaires européens. Plus de 3000 personnes, dont environ 800 civils auraient été tuées par des drones au Pakistan depuis 2004.

7 Lames la Mer

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter