Categories

7 au hasard 12 avril : « Chez Marcel », la dernière séance derrière la porte en fer... - 14 septembre : Les aventures de Baudelaire au paradis - 4 mai 2014 : Insoutenables images de l’attaque d’Odessa - 29 septembre 2013 : Hécatombe de dauphins... à cause d’un sonar ? - 21 août 2014 : L’air le plus pur de l’univers était à Bourbon en 1683 - 22 mars 2014 : Une attaque contre l’Iran inscrite au budget militaire - 12 mai 2012 : Solidarité avec les travailleurs portugais ! - 28 août : Le rêve de Martin Luther King : émerger des vallées obscures - 25 juillet 2014 : Soeuf Elbadawi : « Est-il normal de devenir clandestin en sa propre terre ? » - 7 juillet 2015 : Chantiers d’espoir : « pas d’autres alternatives possible ! » -

Accueil > Océan Indien > Un Mauricien échappe miraculeusement à l’attentat en Côte d’Ivoire

Témoignage

Un Mauricien échappe miraculeusement à l’attentat en Côte d’Ivoire

14 mars 2016
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

« Alors que j’étais encore sur la route en direction de l’hôtel, j’ai reçu un SMS : « Shooting here. Stay away ». C’était un message d’un ami américain qui se trouvait dans l’hôtel. Je n’ai plus de nouvelles de lui »...

Percy Yip Tong, au MASA 2016 (Marché des Arts et du Spectacle Africain), en Côte d’Ivoire.

Quand nous prenons contact avec Percy Yip Tong, une fois sur deux il se trouve à l’autre bout de la planète. Producteur et artiste engagé, ce « Mauricien sans frontières » est un jour en Allemagne, le lendemain à La Rochelle, à Londres, à Bangkok, en Ouzbékistan...

Le 5 mars dernier, il atterrissait en Côte d’Ivoire : « Après 23 heures de voyage depuis l’île Maurice (via Dubai et le Ghana), me voici enfin à Abidjan, le pays de Didier Drogba, de Tiken Jah Fakoly et d’Alpha Blondy, raconte Percy Yip Tong. Je suis là pour représenter l’océan Indien et “Lil Moris” au MASA : Marché des Arts et du Spectacle Africain. En une semaine, plus de 300 concerts et spectacles de musique, danse, théâtre et contes “Made in Afrika” ! »

Percy Yip Tong

Une semaine plus tard, la Côte d’Ivoire est plongée dans l’horreur : ce dimanche 13 mars, à la mi-journée, des assaillants armés de Kalachnikov attaquent la station balnéaire de Grand-Bassam [1], située à une quarantaine de kilomètres de la capitale. La plage et trois hôtels sont ciblés ; les terroristes tirent au hasard et déciment leurs victimes à bout portant. Les premiers bilans font état de 16 morts. Rapidement, l’attentat est revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).

Percy Yip Tong était encore en Côte d’Ivoire au moment de l’assaut terroriste : « Alors que l’attaque était en cours, je me dirigeais vers l’hôtel à Grand-Bassam, raconte Percy. Invité par un ami mauricien rencontré ici à Abidjan, j’étais encore sur la route en direction de l’hôtel lorsque j’ai reçu un SMS sur mon téléphone, un SMS d’un ami américain qui se trouvait dans l’hôtel. Le SMS disait : « Shooting here. Stay away » (Fusillade ici. Ne viens pas.). Depuis, je n’ai pas réussi à avoir des nouvelles de cet ami qui m’a sauvé la vie. Que lui est-il arrivé ? »

Une amie de Percy Yip Tong, Henrike Grohs, directrice allemande de l’Institut Goethe à Abidjan, a été tuée d’une balle dans le dos.

Ce lundi 14 mars, comme prévu, Percy Yip Tong quitte la Côte d’Ivoire pour le Ghana. Un taxi-brousse l’amène vers la frontière. « Heureux » d’être sain et sauf mais toujours dans un état de choc, il lit les nombreux messages de soutien qui lui parviennent : « Stay safe Percy ! »... « To bizin bien vigilan brother »... « Fais bien attention à toi »... « Take care my friend »... « Courage »... « Mo kontan ki to korek »...

Il repense alors à cette amie abattue par les terroristes d’une balle dans le dos : Henrike Grohs, directrice allemande de l’Institut Goethe à Abidjan. « RIP Henrike »...

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1Classé au Patrimoine mondial de l’Unesco pour ses vestiges coloniaux

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter