Categories

7 au hasard 20 septembre 2015 : Il y a 140 ans... La Réunion en 14 photos - 26 octobre 2014 : Danyèl, nou lé pa fatigué ! - 16 janvier : Les lataniers dressés avec des bruits d’armure - 9 avril 2015 : Zalbatros : Baudelaire en Créolie et en Créole - 4 avril 2014 : « Ce Gouvernement n’est là que pour le spectacle » - 15 mars 2014 : Quand le « zèle » des médias fait le beurre du FN… - 30 décembre 2013 : « Parc national : fort avec les faibles, faible avec les forts » - 24 novembre 2013 : Espace Océan : que c’est laid... - 13 mars 2014 : Sondages : « Tout simplement de l’escroquerie » - 9 septembre 2014 : Étranges sculptures géantes et... vivantes -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Tourisme à La Réunion : la piste russe

Economie touristique

Tourisme à La Réunion : la piste russe

22 mars 2013
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

La Réunion ne bénéficie pas de l’essor croissant du tourisme russe dans l’Océan Indien. Par son caractère unique, la majesté de ses spectacles et l’amélioration de ses structures hôtelières, notre île pourrait parfaitement séduire une clientèle qui recherche de nouveaux horizons.

C’est le ministre cubain du tourisme, Manuel Carrera Cruz, qui a inauguré hier à Moscou le prestigieux MITT (Moscow International Travel & Tourism exhibition). Créé en 1994, le MITT s’est désormais affirmé comme l’une des plus grandes rencontres internationales consacrées aux arts et activités du voyage et du tourisme. Cette année, ce ne sont pas moins de 197 pays et régions qui viennent vanter les mérites de leurs destinations respectives, auprès d’un public russe dont l’attrait pour les voyages va croissant. Cuba est le partenaire officiel de l’événement, signe s’il en fallait, que les destinations ensoleillées recueillent les suffrages des consommateurs russes.

« Les Russes ont pris l’habitude de voyager, déclare une journaliste moscovite jointe par « 7 Lames la Mer ». L’évolution est flagrante : autrefois, seuls certains membres des classes sociales les plus hautes pouvaient se permettre de voyager. Désormais, voyager fait partie des habitudes de la classe moyenne, même de ceux qui n’ont pas de salaires mirobolants. Il est aujourd’hui courant, dans ces milieux, de s’envoler vers l’Extrême-Orient, et bien sûr vers l’Europe », poursuit notre interlocutrice.

Maurice et les Seychelles en pointe

Dans notre aire, les touristes russes sont très présents aux Seychelles et à l’île Maurice. Les plages paradisiaques des premières, alliées à de bonnes relations bilatérales instaurées entre Moscou et Victoria sous l’égide du président France-Albert René, et à une politique touristique bien affûtée, sont à l’origine du succès non démenti de l’archipel auprès de la clientèle russe. Du côté mauricien, les touristes russes constituent une clientèle-cible. Leur nombre est passé de 4000 en 2010, à 14.000 l’année dernière… Dans le même temps, crise oblige, le nombre des arrivants issus de France et d’Italie, qui constituent habituellement les gros contingents de visiteurs dans l’île-soeur, a connu un tassement significatif. Maurice et les Seychelles étaient présentes au MITT, ainsi que les Maldives, autre destination privilégiée de la clientèle russe. Pas de trace de La Réunion qui n’était pas non plus membre de la représentation française, elle-même fort réduite en comparaison des efforts réalisés par d’autres Etats et Régions d’Europe, dont l’Italie et l’Allemagne…

Cuba, partenaire du MITT 2013 : l’engouement russe pour les destinations ensoleillées n’est plus à démontrer...
Photo : MITT

Sortir des caricatures

Pourtant, la clientèle russe constitue une opportunité pour notre île. Les infrastructures hôtelières sont là, et l’amélioration de l’outil hôtelier met la destination Réunion à la hauteur des désirs d’une clientèle réputée exigeante. Le profil du touriste russe est lui aussi en pleine évolution : trop souvent caricaturé sous les traits d’oligarques bruyants et m’as-tu-vu, celui-ci provient désormais aussi du versant plus cultivé des classes moyennes hautes. La variété des spectacles, la démesure et l’ancrage naturel offerts par La Réunion constituent autant d’atouts propres à séduire une clientèle de plus en plus tentée par le recours aux forêts que par la blancheur des sables… Le visa demeure certes un obstacle, que les institutions réunionnaises pourraient s’attacher à lever… et qui est d’ailleurs loin d’être incontournable. Et pourquoi, pour commencer, pas une présence réunionnaise lors du MITT 2014 ?

Geoffroy Géraud Legros

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter