Categories

7 au hasard 22 août 2015 : 1967 : « Disques des auditeurs »... avec les p’tits coeurs - 8 novembre 2013 : Ouf ! La Réunion n’est plus africaine... - 4 avril 2014 : « Nous avons assisté à la conquête du pouvoir pour le pouvoir » - 13 octobre 2014 : Bal Ma Nini : le premier « love-dating » réunionnais - 6 juillet 2014 : Respecter la vérité des lieux historiques - 16 février 2014 : Tampon : Didier Robert cherche-t-il la sortie ? - 6 février 2016 : 6 février 1753 : Évariste, l’anti-esclavagiste - 19 mai 2015 : Elections régionales : quel projet de société, par qui et pour qui ? - 18 mars 2014 : Kharkov veut aussi son referendum - 5 février 2015 : Bataille rangée autour du « gâteau » de la NRL ? -

Accueil > Lames de fond > Zistoir dedan / Zistoir déor > Titâne le géant ec Bougrenette inn ti-fille misère (1)

Zistoire dehors, vidéo

Titâne le géant ec Bougrenette inn ti-fille misère (1)

2 septembre 2015
Jean-Claude Legros, Nathalie Valentine Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Ala le Zistoire Titâne ec Bougrenette. Titâne, le géant pou-de-bon. De moune té i dit comme sa li té fort comme in zéléphant mais pou pas ramasse menteur, i vaut mieux dire li té doux comme in zagneau. Bougrenette té inn ti-fille, même plusse que sa, inn ti-fille misère ! Elle té misère à-cause elle lavé point l’argent, comme toute de monn misère, mais elle té misère surtout à-cause elle navé point de papa. Son manman té i travaille toute la journée la case de monn. Ala le zistoire le ti-guiguine Bougrenette ec le géant Titâne...

JPEG - 75.7 ko
Navé inn ti village té i appelle Port-sur-Mer, à-cause li té in port et li té au bord de la mer, la mer Méditerranée.

Navé inn fois inn mer té i appelle la Mer Méditerranée, à-cause té inn mer entouré de terre, comme in l’étang si zot i veut. Mais alors-là in l’étang grand grand même ! Et navé inn ti village té i appelle Port-sur-Mer, à-cause li té in port et li té au bord de la mer, la mer Méditerranée. Et dann village Port-sur-mer navé in bougue, té i appelle Titâne. Sa té pas son nom, mais toute de moune té i criye ali Titâne.

Monsieur Piquet, le maîte d’école Port-sur-Mer, té i dit comme sa :
— De moune i appelle ali Titâne à-cause li st’in géant. Dann live dann temps longtemps, bann géant té i appelle Titan.

JPEG - 37.7 ko
Toute de moune té i criye ali Titâne.

Té in peu vrai mais inn ti-guine seulement. Inn ti-guine à-cause Titâne té in géant pou-de-bon. Titâne té i mesure plus de deux mète et li té pèse plus de cent-cinquante kilo ! De moune Port-sur-Mer té i dit comme sa li té fort comme in zéléphant. Pou dit la vérité, li té fort comme in taureau, mais in bel taureau, in taureau de combat. De moune té i dit aussi li té doux comme in mouton, œ

Franche vérité, Titâne té devenu Titâne à-cause Bougrenette. Bougrenette té inn ti-fille : seulement là, ni sar ête obligé de dire de secret, à-cause navé de secret rente Titâne ec marmaille. Qualité de secret si-tant-tellement secret, personne té i connaît pas. Qualité de secret si-tant-tellement secret, que sak té i connaît, bin zot té i connaît pas sa té de secret.

JPEG - 27.7 ko
Bougrenette té inn ti-fille, même plusse que sa, inn ti-fille misère !

JPEG - 64.6 ko
Bougrenette té connaît la malice.

Donc Bougrenette té inn ti-fille, même plusse que sa, inn ti-fille misère ! Elle té misère à-cause elle lavé point l’argent, comme toute de monn misère, mais elle té misère surtout à-cause elle navé point de papa. Son manman té i travaille toute la journée la case de monn, alors le ti-fille té toujours dann zot patte. Comme sa-même de monn té i dit :
— Spèce tite bougresse, sorte dans mon patte tite bougresse !

Sa té in mot vilain ! Mais le ti-fille té i connaît pas encore bien causé, alors elle la fait in mot joli, elle la dit « bougrenette ». Et quand de monn té i demann aelle comment elle té i appelle, elle té réponn : « Bougrenette ».

JPEG - 32 ko
Bougrenette té grand camarade Titâne. Les deux té inséparabe : le ti-guiguine Bougrenette ec le géant Titâne !

Bougrenette té grand camarade Titâne. Les deux té inséparabe : le ti-guiguine Bougrenette ec le géant Titâne ! Elle té comme le poisson-pilote i guide bann requin. Sans Bougrenette, Titâne té complètement perdu. Le ti-guiguine poisson-pilote sa té i convient bien pou Bougrenette, mais le requin té i convient pas pou Titâne : le requin li lé grand, li lé fort, d’accord, mais li lé méchant. Alors que Titâne té le géant le plus gentil su la terre. De monn Port-sur-Mer té i dit comme sa :
— Oté, li lé si-tant-tellement bon, que lu lé bête !

Titâne té bien fait pou allé sanm Bougrenette. Toute manière personne té i veut pas de li. Dès que li té arrive inn place, bonna té i criye :
— Sorte aou terlà, bougre d’âne !

JPEG - 35.8 ko
In tas de zabitant de Port-sur-Mer té de pêcheur.

JPEG - 27.3 ko
Titâne té pêcheur li aussi. Li té vann in peu de poisson, et li té mange in bon peu.

A-cause sa-même Bougrenette té i appelle ali Titâne. Elle té veut dire petit-âne, té quand même plus joli que bougre d’âne ! En plus, l’âge qu’elle navé, personne té fine malparle su bann bourrique devant elle. Ah sa, Bougrenette té i connaît donne le nom,
elle té connaît la malice.

Monsieur Piquet, le maîte d’école, té i dit comme sa :
— De moune Port-sur-Mer i tire zot manger dans la mer !

Sa té pou dire in tas de zabitant de Port-sur-Mer té de pêcheur. Titâne té pêcheur li aussi. Li té vann in peu de poisson, et li té mange in bon peu. Li té in bon pêcheur, mais li té bizarre. Souvent-des-fois li té rente au port quand té le meilleur moment pou pêché. Na-de-fois li té rente au port, li té même pencore mouille toute son ligne ! Bann pêcheur té i comprend pas son manière.

JPEG - 43.1 ko
Alors Titâne té i ressanm in pied-de-bois, in pied-de-bois merveilleux té i criye, té i gazouille, té i chante !

Ala comment le zaffaire té i se-passe pou-vraiment. Par-le-faite Titâne té i rente toujours même heure : en hiver té i fait nuite, en été navé encore gros soleil ! Tant-pis pou bann poisson ! Quand Titâne té i anmarre son canote su le quai, la cloche l’école té i sonne : l’école té fini. Alors marmaille l’école Port-sur-Mer té i prend l’élan pou monte en-l’air su Titâne, n’importe quel manière : in peu comme zoiseau bien rangé, en orde, in peu par côté comme bann pivert, d’ote té i balance su son bras comme zirondelle su fil téléphone. Et navé même té tête en bas comme chauve-souris, non mais zot i magine in peu !

Alors Titâne té i ressanm in pied-de-bois, in pied-de-bois merveilleux té i criye, té i gazouille, té i chante ! In pied-de-bois noré té bon pou fait inn capitale zoiseau ! Et le pied-de-bois té i marche, Titâne té i charroye son chargement de marmaille l’école jusqu’à le café de la Marine. Et na-de-fois li té court ! Ah oui, quand Titâne té i rente au port avant même li té commence pêché, té à-cause li lavé soulève in panier pou trape inn ligne et kosa li lavé trouvé ? Bougrenette ! Elle lavé cachette dann panier pou suive ali en mer. Vitement vitement Titâne té i fait demi-tour, direction Port-sur-Mer. Le géant lavé tellement peur pou le ti Bougrenette, li té criye même pas après elle.

JPEG - 57.8 ko
Ah oui, quand Titâne té i rente au port avant même li té commence pêché, té à-cause li lavé soulève in panier pou trape inn ligne et kosa li lavé trouvé ? Bougrenette !

JPEG - 53.2 ko
Franche vérité, Titâne té devenu Titâne à-cause Bougrenette.

Souvent-des-fois, le soir, navé de zaffaire secret rente Titâne ec le bann marmaille, qualité de secret té tellement secret, té même pas su le boute la langue ! Tin, in-soir té Toussaint la ni i rale Titâne :
— Ô Titâne, allons in coup la case sanm moin, vient dit bonjour mon papa.

Titâne té i connaît pas kosa té i sar arrive ali, surtout que le papa de Toussaint té in dur-à-cuire. Té in douanier, li té appelle Furacci. Le marmaille la rale Titâne de force : dès qu’inn ti menotte té dans sa grosse patte, Titâne té i perde toute sa force.
— Ah, mais sa sé Titâne, sa ! la dit le douanier.
— Bien le bonjour, monsieur Furacci, la dit Titâne.

JPEG - 19.5 ko
Dès qu’inn ti menotte té dans sa grosse patte, Titâne té i perde toute sa force.

Le douanier Furacci té pas trop méchant, sauf quand li té en colère, mais té i dure pas. Té jusse in coup de hue ! in coup de bang ! té i criye, té i tape, et té fini. Pendant que Titâne ec son papa t’après dit bonjour, Toussaint té fine prépare son carnet de note. Li la donne le carnet de note son papa. Quand le douanier la lire le bann note dann carnet, son figure la prend toute qualité la couleur. Li la commence crié :

Deux en récitation ! (mais li té guette in coup Titâne, té i suffit pou calme ali), bof récitation, sa lé pas important, sa. Zéro en dictée ! (li té guette in coup Titâne, li té calmé), bof ! bof ! coméla toute de moune i fait de faute. Non, la pas possibe ! Kosa lé marqué, là ? Elève dissipé, bavard ! (li té guette Titâne, li té baisse le ton). Lé vrai, marmaille-là sa lé plein de vie, sa. I faut zot i bouge in peu. Monsieur Piquet i devrait comprann.

Le douanier la signe le carnet, Toussaint la range vitement dans son sac. Le père Furacci la pu dit rien. Toussaint la cause ti-doucement dann zoreille Titâne :
— Lé bon, Titâne, ou peut allé, asteure.

JPEG - 42.5 ko
Titâne ec Bougrenette.

Titâne la senti inn affaire lavé se-passé, mais li té connaît pas kosa : toute manière li té peut pas connaîte, à-cause justement ce bann secret navé rente li-même ec marmaille, secret tellement secret, même in douanier té i oit pas passé.

Titâne té i aime bien le café de la Marine. Li té prend plaisir guette de monn autour de li, de monn li té connaît, mais surtout de monn li té connaît pas, de monn té i resse pas Port-sur-Mer. En été navé in tas de monn té i débarque et zot té i sorte loin. Bann client té content de nir au café de la Marine : Titâne té là, gabier-costaud mais gentil. Bonna té i fait Titâne toute qualité la malice : sa té gaillard, sa, joué ec in géant comme si li té in ours en peluche ! Inn té i dit ali comme sa :
— Hé, pousse aou in peu, bonhomme ! Ou prend toute la place !

Inn ote té i torde son nez :
— Aspère aou bonhomme, té jusse pou oir si i fait la musique.

JPEG - 49.2 ko
Dès que navé inn princesse té i vient deboute au comptoir, navé toujours in Bayard, o-sinon in d’Artagnan, pou crié : "Princesse, pas besoin ou la peur le vilain bébète, moin lé là pou protège aou !"

Titâne té content quand de moune té content : té i coûte pas li rien ! Ou la fini oir inn montagne i prend la colère à-cause in camion la crase son doigt-de-pied ?

Bann jeunes-gens Port-sur-Mer té i fait le vaillant : grâce Titâne zot té sauve bann fille le roi ! Dès que navé inn princesse té i vient deboute au comptoir, navé toujours in Bayard, o-sinon in d’Artagnan, pou crié :
— Princesse, pas besoin ou la peur le vilain bébète, moin lé là pou protège aou !

Fin de 1er boute. A suive...
A découvrir : « Pas besoin ou la peur Titâne, le vilain bébète... (2) », 2ème boute.

Texte d’origine et illustrations : Jean Pierre Chabrol
Avec l’aimable autorisation d’Elsa Chabrol
Traduction en créole réunionnais (Zistoire en France) : Jean-Claude Legros

Cette version créole de « Titâne et Bougrenette » a été radiodiffusée sur « Radio Arc en Ciel » (radioarcenciel.re), dans l’émission : « Navé un foi »...
De passage à La Réunion en décembre 1986, Jean-Pierre Chabrol, invité par le CRAC [1], a présenté son spectacle « Mais l’espérance est violente ». Un « one man show » époustouflant qui nous a fait voyager des Cévennes à l’Afrique, de Marseille à la mer d’Irlande, de la tendresse à la tristesse. La rencontre avec le père de « Titâne et Bougrenette », livre nimbé de la lumière du « vert paradis des amours enfantines », n’a pas manqué de provoquer alors chez moi une certaine émotion teintée de nostalgie. Le « raconteur d’histoires », comme il se définissait lui-même, était tel que je l’avais imaginé lorsque j’écoutais sa voix chantante et forte : fascinant, chaleureux, émouvant, entier, maniant tour à tour la tendresse, l’humour, la passion, la révolte.

Un monument... familier ! Né en 1925, Jean-Pierre Chabrol est un créateur engagé. Créateur d’histoires, façonneur de mots, homme de l’écrit, de la parole. Homme de parole. Il travaille au journal « L’Humanité » (dessinateur, journaliste, chef de rédaction) et fréquente Louis Aragon, Georges Brassens, Léo Ferré, Jacques Brel, Jean Ferrat, Pierre Mac Orlan, Catherine Sauvage... Il publie de nombreux romans dont certains sont adaptés au théâtre, au cinéma, à la télé. Son oeuvre est à la fois ancrée dans la terre des Cévennes et universelle. Il meurt le 1er décembre 2001 et reste à tout jamais dans mon coeur le fabuleux créateur de « Titâne et Bougrenette »...

Jean-Pierre Chabrol : « une nénette en uniforme m’a soulevé l’essuie-glace »
« Que ce soit dans mes romans, à la radio, à la télévision ou sur scène, je raconte des histoires, confie Jean-Pierre Chabrol en décembre 1986. Par exemple, un type normal dira : “Hier, j’ai attrapé une contredanse” ; le conteur, lui, dira : “Hier, une nénette en uniforme m’a soulevé l’essuie-glace”. C’est une façon de dire, de voir les choses, de donner du charme aux évènements quotidiens. C’est ça un conteur ».

Jean-Pierre Chabrol : « Bougrenette, c’était ma fille, Elsa »
« Bougrenette, c’était ma fille. C’est pour elle que j’ai écrit. Elle s’appelle Elsa. Maintenant, elle est grande et fait du cinéma. Quand elle était petite, je lui disais “Viens ici bougresse !” Alors quand on lui demandait “Comment t’appelles-tu ?”, elle répondait “Bougrenette” parce qu’elle ne savait pas encore bien prononcer. L’histoire est partie comme ça ».

PNG - 1.8 Mo
Titâne, vu par Gabriel Blanc, 10 ans.

Jean-Pierre Chabrol : « quand je vis quelque chose, il y a du fantastique »
« Tout est vécu, mais il y a aussi une part d’imagination. En fait, même quand je vis quelque chose, il y a du fantastique. Par exemple, en ce moment, vous me posez des questions. C’est une rencontre, c’est déjà une histoire. À partir de là, je peux imaginer : “Que fait-elle quand elle rentre chez elle ? Est-elle venue en voiture ?”… Je reprends la devise de Pierre Mac Orlan : “le fantastique au quotidien”. Quand je raconte une histoire, il y a toujours quelque chose de vrai dedans, mais je rajoute une autre dimension. Un exemple concret me revient : quand ma mère disait à mon père « C’est de ta faute », mon père répondait “Oui, et Jésus Christ, si on l’a mis en croix, c’est de ma faute aussi”. Quand je reprends cette réplique sur scène, je la dis sur un autre ton en ouvrant les bras. »

Jean-Pierre Chabrol : des histoires universelles...
« Mes histoires sont universelles. L’homme naît, il est enfant, il est adolescent, il fait l’apprentissage de l’amour, il fait des enfants, il travaille, il vieillit, il souffre, il est nostalgique... Il meurt. Il n’y a rien d’autre que ça ».

Nathalie Valentine Legros

Nathalie Valentine Legros

Journaliste, Écrivain.
Twitter, Google+.

Notes

[1Centre réunionnais d’action culturelle

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter