Categories

7 au hasard 27 août 2013 : Verbaliser les victimes ? - 15 mars 2015 : La galerie éphémère des âmes errantes - 16 janvier 2015 : Je suis debout - 3 mars 2016 : Puissant séisme au large de Sumatra, océan Indien - 28 mai : Bientôt sacrifiée ! - 11 novembre 2016 : Leonard Cohen a pris son dernier train - 3 août 2014 : USA : déportations expéditives d’enfants - 15 avril 2015 : « Lonbraz Kann » : une œuvre majeure - 13 juin : L’infini des « Mémoires d’outre-mer » - 12 août 2013 : Ceci n’est pas un navire de guerre -

Accueil > 7 au menu > 7 en photos > Téléphérique : « En cas d’arrêt, gardez votre sang froid » !

Manuel du passé pour le futur

Téléphérique : « En cas d’arrêt, gardez votre sang froid » !

6 janvier 2015
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Un téléphérique « tricable va-et-vient » reliait autrefois le rempart du cirque de Salazie au secteur de la « Mare à poules d’eau ». Il transportait essentiellement les troncs d’arbres arrachés à la forêt de Bélouve pour alimenter la scierie de l’ONF. Mais aussi parfois, quelques passagers. « 7 Lames la Mer » a retrouvé une vieille photo montrant le téléphérique en action. Alors, à quand un nouveau téléphérique ?

Le téléphérique de Bélouve, mis en service en 1953. Photo d’André Journaux, extraite de "Notre milieu", manuel scolaire de géographie à l’usage des cours élémentaires de La Réunion (1967).

« Attendez pour monter dans les cabines l’invitation du chef de station. N’ouvrez pas les portes pendant le voyage. Ne vous penchez pas au dehors et ne vous mettez pas debout. En cas d’arrêt, gardez votre sang froid et attendez, sauf avis contraire, la remise en marche de l’engin ».

Ces instructions sont encore visibles dans ce qui servait alors de « gare supérieure », appelée aussi « station haute ». Cette « gare supérieure » était située à proximité des maisons forestières de Bélouve à 1.513 m d’altitude. Quant à la « station basse », elle se trouvait à 710 m, à proximité immédiate de la route qui relie Saint-André à Hell-Bourg

Sur un autre panneau, les consignes sont tout aussi strictes... « Le nombre maximum de passagers autorisés est de deux par benne ou très exceptionnellement trois... La charge motrice doit être limitée à 1.000 kg en cas de descente ou de montée des voyageurs ».

« Pour vaincre l’obstacle majeur que constituait le rempart du cirque de Salazie vers les terres de la mare à poules d’eau, la construction d’un téléphérique permanent a été envisagée dès la fin 1950 », écrit Jean-Marc Miguet en 1957, alors directeur de l’ONF, dans la revue Revue « Forêt Française ». En un an, le téléphérique est construit et opérationnel. Réalisé en régie par l’ONF, il est baptisé du nom de Paul Charly, en souvenir du premier « Conservateur de l’ère départementale », vraisemblablement « mort en service en mai 1953 »

Aujourd’hui, pas moins de trois projets de téléphérique sont dans les tuyaux : Saint-Leu / Cilaos, Saint-Denis (Centre ville / La Montagne) et Salazie (Hell-Bourg / Plateau de Bélouve). Mais nous ne sommes plus en 1953 et nous risquons fort de devoir patienter plus d’un an avant de mettre le pied dans un téléphérique réunionnais ! Investissement moins coûteux qu’une route, moins polluant et particulièrement adapté au relief de notre île, le téléphérique n’a pourtant pas que des adeptes.

« 7 Lames la Mer » y voit plus d’avantages que d’inconvénients, n’en déplaise aux irréductibles détracteurs qui pointent déjà le nez.

7 Lames la Mer
Source : skipass.com

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter