Categories

7 au hasard 5 novembre 2013 : Les 7 ruines de la honte - 21 mars 2013 : La prime COSPAR prolongée - 5 octobre 2016 : Requin : la famille de Talon Bishop attaque l’Étang-Salé en justice - 13 avril 2014 : Barachois et route en Corniche : vieilles photos inédites - 7 octobre 2015 : Nouvelle route du Littoral : le graphique qui accuse - 21 juillet 2015 : « Service Maloya » : les toubibs à côté de la plaque - 27 janvier 2013 : Simicoundza Simicourba - 19 janvier 2015 : Parc national : « Je-m’en-foutisme », ou « arrangements derrière la cuisine » ? - 2 avril 2014 : Gauche réunionnaise : le baiser ou la mort - 30 janvier 2015 : La Réunion prête pour la 3ème dimension ? -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Sur-rémunération : « une prime coloniale, pas un moteur économique (...)

Tribune Libre de Jean-Pascal Lauret, Le MOUV

Sur-rémunération : « une prime coloniale, pas un moteur économique »

12 février 2015
Jean-Pascal Lauret
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Pour le MOUV, la sur-rémunération des fonctionnaires, dont les taux ont été fixés en fonction des sensibilités des organismes publics (IEDOM : 2 salaires pour un employé ; ORTF, TDF : 1,7 salaire par employé...) n’est qu’une prime coloniale qui ne fait que tirer tous les prix vers le haut, prix élevés à La Réunion parce que les salaires des fonctionnaires sont élevés (terrains, locations, implantation de magasins plus chers) et qui prive aussi le secteur privé, indispensable au développement économique, des meilleurs talents et diplômés, attirés par les privilèges de la fonction publique.

La sur-rémunération ne peut pas être une prime de vie chère parce que la vie est moins chère pour un fonctionnaire ou assimilé : taux prêts bancaires, assurances, voyages... Elle ne peut pas être une prime de vie chère parce qu’elle est inexistante dans les quartiers les plus chers de France (exemple : 16ème arrondissement de Paris). Elle est aussi inexistante sur nos îles françaises métropolitaines.

Si la sur-rémunération était un moteur économique, comme certains veulent le faire croire, le gouvernement l’aurait généralisée à tous les fonctionnaires de la République. La sur-rémunération ne participe qu’au développement éphémère et fragile de La Réunion, basé uniquement sur une économie de consommation de produits importés de Métropole.

A noter que le niveau des prix des produits en Outremer suit le niveau de la sur-rémunération des fonctionnaires dans chacun des DOM TOM.

Pour le MOUV, il est aujourd’hui inconcevable de continuer à donner 2 salaires ou 1 salaire et demi à un salarié de la fonction publique, alors que la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, alors que plus de 120.000 chômeurs attendent à pôle emploi.

Les propositions du MOUV

  • Pour les nouvelles affectations...

Le MOUV propose la suppression de cette sur-rémunération pour tous les nouveaux postes et toutes les nouvelles affectations à La Réunion et que le nombre de nouveaux postes remplacés ou créés soit calculé sur le budget intégrant la sur-rémunération économisée.

Cette solution aurait 2 effets positifs :
— Elle augmenterait le nombre de postes dans les secteurs publics où les besoins sont plus importants.
— Elle rééquilibrerait le flux migratoire des fonctionnaires entre la Métropole et La Réunion.

  • Pour les fonctionnaires déjà en poste...

Le MOUV conscient que cette sur-rémunération ne peut être supprimée brutalement pour les fonctionnaires déjà en fonction, il propose une diminution progressive sur 17 ans. Chaque mois, 0,5% de cette sur-rémunération serait prélevé et reversé à un fond d’investissement pour le développement économique de La Réunion. (La partie sur-rémunération serait grignotée chaque mois à hauteur de 5 euros pour 1000 euros).

Ces solutions auraient aussi pour effet la baisse des prix des produits à La Réunion. Ces solutions ne peuvent aboutir que si tous les responsables syndicaux et politiques font preuve de courage, de responsabilité et de pédagogie en privilégiant l’intérêt général des Réunionnais et le développement économique durable de La Réunion et non des intérêts électoralistes ou personnels à court terme.

Jean-Pascal Lauret
Pour Le MOUV

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter