Categories

7 au hasard 22 novembre 2016 : La « Petite fille du Bon Dieu » au cimetière de Saint-Denis (2) - 7 août 2012 : L’œil, l’étoile et la mémoire - 5 août 2014 : Le chef de « Pravyi Sektor » a-t-il été tué ? - 21 décembre 2014 : Ou sa ou sava mon fra - 16 août 2013 : Anne Sinclair, l’épitaphe en forme de procès - 1er février 2014 : Contre le terrorisme des pétroliers (2) - 7 octobre 2013 : Euthanasier les enfants et les déments ? Formidable ! - 13 mai 2013 : Le péi qui danse - 11 octobre 2015 : Le mystère Adèle Ferrand, identification d’une artiste réunionnaise - 30 janvier 2015 : Auschwitz : l’ignoble affront fait à la mémoire -

Accueil > La Réunion > Economie et société > « Succession » de Sudel Fuma : le recrutement extérieur suspendu

Université

« Succession » de Sudel Fuma : le recrutement extérieur suspendu

4 juillet 2016
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le tribunal relève des « doutes sérieux » sur la légalité de la procédure.

Soutenu par un collectif d’historiens et par le CREFOM, Albert Jauze, candidat réunionnais au poste de maître de conférences ouvert au recrutement par l’Université de La Réunion à la suite du décès de Sudel Fuma, contestait le classement arrêté par l’Université de La Réunion.

Le 26 mai dernier, celle-ci avait placé une enseignante de l’Université de Nantes en pôle position. La décision avait provoqué un certain émoi au sein de la communauté savante : les universitaires pointaient que le candidat local était aussi le mieux qualifié et faisaient état de nombreuses irrégularités, toutes défavorables à ce dernier, intervenues au cours de la procédure de sélection.

L’argument a porté : suivant les conclusions de l’avocat du requérant, le juge administratif relève que le déroulement des auditions « est de nature à jeter un doute sérieux sur la légalité de la procédure de recrutement qui a été suivie ».

En conséquence, le Tribunal, qui statuait en référé, a « suspendu » la délibération du 26 mai dernier. Une décision qualifiée d’« importante » par une source proche du dossier : « ce n’est pas la première fois que les universitaires font état d’anomalies dans les recrutements. Mais jusqu’à présent, personne n’avait osé affronter l’administratif ».

Le propos vise l’intransigeance de Mohamed Rochdi, qui avait mis tout son poids dans la balance en faveur de la candidature nantaise… et essuie un camouflet à quelques jours de l’issue d’un mandat controversé.

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter