Categories

7 au hasard 9 mars 2013 : Une île portée disparue au Sud de La Réunion - 24 mai 2014 : Kisa va koz pou la Terre ? Azot mèm ! - 13 août 2015 : L’humanité vit à crédit dès aujourd’hui - 30 avril 2013 : Perle et les Fagnomba LIBRES ! - 2 avril : Vidéo : au nom de Talon Bishop et de tous les autres - 13 janvier 2016 : Guidi-Guidi en deuil : Roger Clency est mort - 18 août 2014 : Monsieur le Président... alerte sur les dangers de la Nouvelle Route du Littoral ! - 25 novembre 2013 : Le fantôme de Baudelaire... dans une photo ? - 1er avril 2016 : L’élection régionale bientôt « cassée » ? - 10 septembre 2016 : Attention, ce film est un chef d’œuvre -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Steve, victime d’une politique

Tribune Libre de Jean-Hugues Savigny

Steve, victime d’une politique

10 février 2014
Jean-Hugues Savigny
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

"Steve est mon élève en cours de mathématiques depuis près de deux ans maintenant, confie Jean-Hugues Savigny. Je peux donc affirmer en connaissance de cause qu’il s’agit d’un garçon élégant, assidu et studieux. Un adolescent qui s’était déjà trouvé." Un adolescent qui devra maintenant se reconstruire. Surmonter sa mutilation. Une mutilation d’Etat !

Photo IPR.

Le samedi 1er février 2014 restera un grand jour pour les pétroliers et les gérants de stations, gogos manipulés, alors regroupés à la SRPP du Port pour faire leur spectacle. Comme souvent dans de pareilles situations des échauffourées éclatent la nuit entre forces de l’ordre et jeunes. Feux de poubelles, de pneus, cassages de vitrines puis alors échanges de jets de galets et de grenades lacrymogènes ... avec d’autant moins de retenue dans cette Cité à forte identité créole que le face-à-face se fait souvent en présence « de renforts extérieurs ».

Et puis, des dégâts matériels et hélas des victimes aussi. De part et d’autres. Et même des victimes collatérales. Steve, 16 ans, en est une. Il a eu le tort d’être à l’extérieur sur la trajectoire d’un projectile policier. Il faut dire que pour les jeunes de son âge, ils n’ont connu des forces de l’ordre que des agents obligés à la culture du chiffre (par les retours du fameux état 4001), une police militarisée par des unités spécialisées, déshumanisées... par les scènes de déploiements de CRS escortés par la BAC pour des opérations qui n’ont rien à voir avec le maintien de l’ordre, par les robots cops, les ninjas à la détente facile, etc.

Les plus anciens pourront nous le dire. Existe-t-il encore aujourd’hui des forces de sécurité de proximité dans les quartiers, qui circulent à pied (îlotage) plutôt qu’en voiture et discutent avec les habitants ? La réponse est non. Le sentiment général qu’éprouve la population envers sa police est l’intention répressive.

Steve est mon élève en cours de mathématiques depuis près de deux ans maintenant. Je peux donc affirmer en connaissance de cause qu’il s’agit d’un garçon élégant, assidu et studieux. Un adolescent qui s’était déjà trouvé. Un kaf la soie, comme on dit ici, encore plus posé en 1ère qu’en seconde. Je ne peux donc pas l’imaginer en train de caillasser des fonctionnaires. Hier soir, à ma grande stupeur, j’ai appris par une collègue qu’il avait perdu un œil. Par une présumée balle perdue d’un flashball. Je suis tout simplement effondré. Parce qu’au fond, Steve est victime d’une politique. Une politique sécuritaire !

En effet, qu’est-ce qui a bien pu changer à l’intérieur, sous la gauche dit-on, depuis 2012 ? Fondamentalement, rien. Rien, parce que le ministre Manuel Valls a tout simplement choisi de mettre ses pas dans ceux de Sarkozy. Étrangement, lui-aussi est très proche d’Alain Bauer, ancien conseiller de N. Sarkozy et intellectuel organique du complexe politico-sécuritaire.

Sans doute, Valls rêve-t-il en son for intérieur d’un destin présidentiel en suivant la même voie que Sarkozy. Son idéologie, leur commune obsession reposent sur les fameux 3i « Insécurité, Identité et Immigration ».

Député, Valls n’hésitait déjà pas à voter dans le même sens que les députés de droite (émeutes de 2005). Maire d’Evry, il sur-dote sa ville de caméras de surveillance et équipe sa police municipale, dont les effectifs ont explosé, d’armes de 4ème catégorie à telle point qu’elle n’a rien à envier à celle de Nice.

En réalité, cette politique doit cesser. Nous pourrions développer ce qui serait une politique de sécurité de gauche. Nous nous contenterons de renvoyer nos lecteurs au livre de François Delapierre – « Délinquance : les coupables sont à l’intérieur » – aux éditions Bruno Leprince. Mais, philosophiquement, quand on se déclare de gauche, on n’accepte jamais la condamnation d’innocents. Rappelons-nous l’affaire Dreyfus. La France coupée en deux.

D’un côté, les dreyfusards qui affirment l’impératif respect du droit, de la justice et de la vérité en toute circonstance. C’est en réalité la France de 1789-93 qui est y défendue, la France des Droits de l’homme et de l’universalisme républicain. Ils ont pour nom Jaurès, Clémenceau, Anatole France, Zola... A droite, en revanche, on accepte mal d’innocenter un coupable. On aura alors tendance à sur-réagir. C’est ce qui hélas se passe aujourd’hui trop souvent dans notre police. Et, trop souvent encore à La Réunion. Dans d’étranges circonstances puisque de fait, cette affaire fait penser à celle de Théo Hilarion survenue il y a vingt ans.

Steve va devoir maintenant se reconstruire. Surmonter sa mutilation. Une mutilation d’Etat. Si nous avons entendu le Préfet, représentant de l’Etat, nous informer de l’état de santé du gendarme blessé ce soir-là, nous ne pouvons hélas pas en dire autant au sujet de Steve. Et ce n’est pas la venue de l’IGPN (la police des polices) dans l’île qui nous convaincra de l’impartialité de l’enquête interne. La bataille de l’opinion est donc nécessaire pour que Steve soit considéré de bout en bout avec les égards qui s’imposent dans la recherche des responsabilités.

Nous serons en tout cas, copains de classe, enseignants et Portois à ses côtés dès son retour. Courage à toi, nous t’embrassons.

Jean-Hugues Savigny
Militant du Parti de Gauche

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter