Categories

7 au hasard 18 mai 2013 : « On ne les laissera pas licencier » - 28 août : Le rêve de Martin Luther King : émerger des vallées obscures - 4 décembre 2015 : Huguette Bello porte plainte pour « usurpation numérique » - 19 septembre 2015 : Pas besoin ou la peur Titâne, le vilain bébète... (2) - 9 février 2014 : Saint-Denis : vers une candidature Tamaya ? - 16 décembre 2015 : Mi domann mon somin galizé partou - 18 novembre 2013 : La Réunion de plus en plus... petite ! - 10 juillet 2015 : A spaceport for Reunion Island ? - 22 octobre 2012 : Grand raid : retrouver le sens commun - 11 avril 2013 : Nouveau braquage au Port -

Accueil > Le Blog de GGL > ’Sont mous, les gars de la (réserve) marine…

Pollution

’Sont mous, les gars de la (réserve) marine…

15 mars 2014
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Poissons crevés : la Réserve est sacrée, mais les analyses peuvent attendre.


Des dizaines de poissons morts à la surface du lagon de l’Ermitage ce matin : l’information n’est pas passée inaperçue dans ce contexte de crise requin, où la pollution des eaux est fortement questionnée. Pire : le dommage environnemental a été constaté dans la Réserve marine, dont on a assez dit le caractère quasi-sacré — le terme de sanctuaire n’est-il pas sur les lèvres des promoteurs du dispositif qui couvre une part conséquente de la Côte Ouest ?

Principe de précaution oblige, la mairie a fait hisser le drapeau rouge et interdit la baignade. Zéro communication, en revanche, du côté de la Réserve marine, dont les statuts énoncent pourtant que « Le GIP-RNMR [1] doit être présent au niveau médiatique de façon ponctuelle pour donner un avis sur des phénomènes exceptionnels ».

Mieux : les prélèvements nécessaires (trape in pé dolo ?!) n’ayant pu être effectués aujourd’hui, informe le site Zinfos974, auront lieu demain. Car c’est bien connu, l’eau des lagons est « aussi immobile qu’un océan peint » selon la formule de Coleridge ; les courants y sont inexistants. Les poissons peuvent être morts du fait des conditions climatiques particulières. Mais il se peut, aussi, qu’ils se soient retrouvés ventre en l’air empoisonnés par un toxique... Et pourtant, on attend 24 heures avant de procéder au moindre prélèvement... Ils sont un peu mous, tout de même, les gars de la (réserve) marine…

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

Notes

[1GIP : Groupe d’intérêt public - Réserve nationale marine de La Réunion

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter