Categories

7 au hasard 26 janvier 2015 : Grèce : Victoire de Syriza, un exemple à suivre - 17 décembre 2016 : Andy Razaf, jazzman au destin cabossé (8) - 10 mai 2013 : Danio Ricquebourg : « A qui profite cette provocation ? » - 11 mai 2014 : Palais oublié... digne des mille et une nuits - 1er mars 2014 : Ukraine, année zéro ? - 3 septembre 2014 : Nouvelle route du Littoral : la piste sud-africaine - 16 mars 2015 : « Camarades, affinez votre analyse » sur l’incinérateur - 11 avril 2016 : Le dernier voyage de « Koung Koung » - 11 janvier : De rumba Tambah à Mam’zelle Paula... - 15 septembre 2014 : Du sang neuf avec JPM -

Accueil > Le Blog de GGL > Sinimalé vend une carrière à la Région

Vox populi ? Connais pas...

Sinimalé vend une carrière à la Région

9 juin 2015
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

La population s’oppose massivement au creusement d’une carrière à Bois-Blanc ? Qu’à cela ne tienne : le maire de Saint-Paul en vendra une à la Région...

Google maps

Force est de reconnaître que le Président de Région ne manque pas d’aplomb — ou en tout cas, que quelques minutes lui suffisent à refaire le plein de « toupet ».

En témoigne son dernier passage sur le plateau de télévision de Réunion Première, face à Emmanuelle Haggai et Yves Mont-Rouge, lors de la désormais traditionnelle émission politique du dimanche soir. Les premiers plans donnaient à voir un Didier Robert presque hagard. L’oeil bas, le regard terne, un sourire en berne en lieu et place de la « tranche-papaye » habituelle. Son figir té maffe.

« Dégrènement » bien compréhensible au regard de l’actualité qui dominait le week-end : 4500 personnes descendues dans le chemin (la plus grande manifestation réunionnaise depuis les cortèges du COSPAR en 2009) pour refuser un chantier indispensable au grand ouvrage de sa mandature... Il y avait de quoi fatiguer le « coco » du locataire de la Pyramide inversée.

De quoi fatiguer son coco, mais de aussi de quoi faire monter un brin de kap-kap dans son pied d’cou.

Politique d’abord, l’ex-maire du Tampon n’a sans doute pas manqué de voir la préfiguration d’un possible « tout sauf Didier » dans l’aréopage qui réunissait ce jour-là le centriste Thierry Robert, la PLR Huguette Bello, des dirigeants écologistes et des dirigeants communistes, ainsi que des hommes politiques de droite, opposés à la carrière pour des raisons aussi diverses que convergentes.

Une configuration que connaît bien Didier Robert, qui avait en 2010 su faire convoler les lapins et les carpes dans une coalition anti-Vergès.

Bois-Blanc sentirait-il le sapin ? Le Président de Région pense certainement ne pas en être là, et garde quelques cartes dans sa manche. C’est sans doute l’assurance d’avoir encore de bons tours dans son sac, alliée au plaisir de s’entendre parler, qui lui ont permis de retrouver un certain punch face aux caméras. Digressant sur les questions relatives à l’importation de roches, distribuant les bons et les mauvais points à ses adversaires, égarant ses interlocuteurs dans un quasi-meeting politique, Didier Robert s’est bien gardé ce soir-là de dévoiler ses atouts.

C’en est un, et de taille, qui devrait être abattu au conseil municipal de Saint)Paul, ce 10 juin.

Lors de ce Conseil municipal, Joseph Sinimalé a demandé aux élus de ratifier un achat de terrain de plus de 7 hectares situé à Bellevue, déclaré d’utilité publique par l’État. But : fournir les matériaux nécessaires à la Nouvelle route du Littoral et céder immédiatement ladite parcelle à la Région.

Visiblement, le temps presse.

L’édile Saint-Paulois, fraîchement revenu du Congrès des Républicains où il fut plus encore égal à lui-même qu’à l’accoutumée, a obtenu que « ses » élus valident simultanément l’acquisition du terrain et sa revente à la Région Réunion, qui court derrière les roches « comme mimite derrière grappe saucisses ».

Deux jours après le happening de Bois-Blanc, c’est un véritable pied-de-nez que l’UMP adresse aux défenseurs de l’environnement et à une opinion de plus en plus sensibilisée aux questions environnementales.

Geoffroy Géraud Legros

By Jackson Pollock, 1952

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter