Categories

7 au hasard 12 septembre 2015 : 1843 : bal blanc et danse « nègre » - 20 décembre 2015 : Gayar fèt kaf ! - 30 mai 2014 : Lisboa : sur les traces de l’île-qui-n’existe-pas - 10 mai 2015 : « L’identité métisse lave toujours plus blanc » - 4 avril 2015 : Attention aux rêves : ils sont trompeurs - 13 septembre 2013 : Le patrimoine culturel immatériel, un enjeu de développement - 11 novembre 2016 : Leonard Cohen a pris son dernier train - 1er juin 2013 : Le désir d’être exempt de désirs... - 14 décembre 2015 : Saint-Louis : ça l’affiche mal ! - 30 janvier 2015 : Auschwitz : l’ignoble affront fait à la mémoire -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > SDIS 974 : Un élan de générosité rempli d’humanisme

Madagascar, l’après-cyclone

SDIS 974 : Un élan de générosité rempli d’humanisme

10 mars 2017
Raymond Lauret
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Bravo au SDIS… Suite au passage du cyclone à Madagascar, le SDIS et ses responsables n’ont pas attendu que la COI se réunisse pour faire un bilan, voir ce qu’on peut faire.

Ce jeudi 9 Mars. Journal télévisé de 19 heures. J’entends et vois que toute une équipe de secouristes et personnel médical s’apprête à s’envoler pour la région de Madagascar où le cyclone Enawo a fait de terribles dégâts aux habitations et à l’environnement et a tué plusieurs personnes.

Je ne peux m’empêcher de comparer la spontanéité de cette mobilisation avec les tergiversations traditionnelles qui, dans le temps, ont souvent prévalu. Le SDIS et ses responsables n’ont pas attendu que la COI se réunisse pour faire un bilan, voir ce qu’on peut faire, réunir telle ou telle instance. Non, ça a été un élan du coeur. Un élan de générosité rempli d’humanisme.

Bravo au SDIS pour la leçon donnée à bien de nos instances administratives et politiques qui se doivent, pour respecter la réglementation, de prendre le temps de consulter, d’établir des procès-verbaux qui doivent être validés avant exécution…

L’élan du coeur de Réunionnais qui n’oublient pas qu’ils sont des privilégiés dans notre océan Indien, voilà ce que j’ai donc ressenti ce jeudi soir. Je voulais le dire, en toute simplicité….

Raymond Lauret

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter