Categories

7 au hasard 1er novembre 2014 : Mort de Rémi Fraisse : sommes-nous des chiens ? - 7 novembre 2013 : Jean-Paul Virapoullé et Davila Verdun se restaurent... - 24 mai 2015 : « Toute la vie du Sud-Ouest en danger ? » - 22 janvier 2015 : Thierry Robert hors d’affaire - 2 décembre 2014 : Thierry Robert : « Mi té veut brise la chaîne, la élimine amoin avant ! » - 27 juin 2014 : « Inosan », le film de Jameel Peeraly comme un poing levé - 5 janvier 2014 : Le filtre de Cameron : censure sur Internet ? - 8 mai 2014 : Jack Bauer va-t-il atterrir à Diego Garcia ? - 5 décembre 2013 : Didier Robert, grand communicateur - 6 mai 2015 : Saint-Gilles : vidanges d’eaux sales en pleine Réserve marine -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > « St-Denis ne se résume pas au Barachois et son marché de nuit (...)

Tribune Libre d’Audrey de Fondaumière

« St-Denis ne se résume pas au Barachois et son marché de nuit »

21 septembre 2015
Audrey de Fondaumière
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Quand le chaudron manifeste pour un projet concret... c’est le GIPN qu’on envoie. Quand des pères et mères de familles, des jeunes manifestent pour faire aboutir une proposition concrète au chaudron… C’est le GIPN qu’on envoie.

Depuis 7h30 ce lundi 21 septembre 2015, la RN2 au Chaudron est bloquée par des manifestants, pères et mères de famille, des jeunes, des habitants du quartier. Ils veulent rencontrer le 1er édile de Saint-Denis, non pas pour un chantage au petit contrat, ni en représaille aux promesses électorales non tenues. Non.

Ils proposent un projet concret et cohérent : au lieu de fermer le zoo et d’euthanasier les animaux, réhabilitons-le, créons ainsi un chantier d’insertion et ouvrons une ferme pédagogique, pourvoyeuse d’activités, d’instruction, de rencontres, d’animation, de liens.

Bref un lieu de vie de quartier qui profiterait aux habitants, aux scolaires comme à tous ceux qui voudraient y passer et profiter d’un des derniers écrins encore non bétonné de ce côté.

Cette proposition pleine de bon sens émane bien de la population, des habitants de quartiers désertés par les élus. À croire que ces mêmes élus adorent jouer avec le feu et entretenir une image négative et fausse de ces quartiers comme pour mieux les asphyxier, les dégouter de la politique et pouvoir ensuite encore distribuer des promesses pour se faire élire.

Saint-Denis ne se résume pas au Barachois et son marché de nuit, ou à l’Aquaparc. Le Chaudron, la Jamaïque, Prima, Ste Clotilde en font aussi partie. Clairement ils sont oubliés, plus de célébration du 20 désamb, plus de braderie, pas de vaste plan d’aménagement du littoral avec plage artificielle et cinéma… Non tout se passe au centre ville et au Barachois.

Pourtant, ces quartiers regorgent d’énergie et de bon sens. Au lieu de pousser les habitants à bout, à force de les délaisser ou de boucher leurs yeux avec des promesses de contrats précaires, et de leur envoyer les pelotons d’intervention de la police, peut-être qu’il suffirait tout simplement de donner un vrai poids aux conseillers de secteurs. Au lieu de les museler, laissez-les essayer de réaliser ce que chaque jour la population avec qui ils sont en contact leur demande. Peut-être que les associations présentes sur le terrain pourraient être entendues quand bien même elles n’auraient pas la carte de votre parti rose défraichie.

Les buvettes ne suffisent pas à passer le temps. Quelle incohérence entre des parlementaires qui veulent mettre des étiquettes « attention danger » sur les bouteilles d’alcool mais ne sont même pas capables dans leur secteur de susciter une autre forme d’animation… Ah mais c’est vrai, de leur propre aveu à la télé : ils n’habitent plus ces quartiers remplis de logements sociaux…

Envoyer le GIPN n’est pas la solution, méfiez-vous de cette énième humiliation. « Lorsque les représentants violent les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. » En 1793, Robespierre s’exprimait ainsi pour présenter la nouvelle Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Attention à ce que le peuple qui vous fait vivre suive votre exemple et vous coupe… les vivres.

Audrey de Fondaumière
LPA Saint-Denis

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter