Categories

7 au hasard 22 avril 2015 : La Réunion n’est pas à vendre - 11 août 2016 : Chagos : un nouveau cri dans le silence - 3 février : 3 février 1969 : le jour des héros - 12 juin 2016 : Sous le choc, le séga fait des petits - 25 mai 2017 : Hand spinner : cruelle règle du jeu pour la créatrice - 15 décembre 2014 : La Réunion dessinée par les tweets - 23 février 2014 : Mais où est donc Michel Tamaya ? - 22 juin : Wilhiam Zitte : le dernier marronnage - 16 février 2016 : Va-t-on f... la paix aux ramasseurs de capucins-carême ? - 16 décembre 2015 : Mi domann mon somin galizé partou -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Réunionnais, ayez toujours un plan B

Québec/La Réunion

Réunionnais, ayez toujours un plan B

22 juillet 2018
Louisa Lafable
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Cette anecdote se déroule à Montréal (Québec). Un « itinérant » portant un t-shirt « 974 La Réunion » faisait la quête dans le métro... SVP, osez demander de l’aide à votre famille qui vous aime pour rentrer sur nout tizil/granzil, la tête haute.


Pour quelques pièces ou sous noirs


En sortant d’un métro ce soir, je découvre étonnée, un itinérant [1] quêtant quelques pièces, ou sous noirs [2], en bloquant la porte d’un métro, afin de nous permettre de sortir sans avoir à affronter les appels d’air ici et là.

Je le salue et dialogue un instant avec lui.
— Bonjour. Ah, tu portes un t-shirt « 974 La Réunion ». Mais c’est chez moi. C’est super !
— Vraiment, je ne le savais même pas. C’est beau votre pays !

Le quêteux.

Le continent de « tous les possibles »...


Je le remercie et pars attendre l’autobus, respectant sa réserve, ou apparente timidité ou besoin de silence tout simplement.

Quelques minutes passent, je me retourne vers la fameuse porte de sortie du métro et le quêteux [3] avait disparu, envolé comme par magie. Étrange et triste constat...

Était-ce un Réunionnais/Européen qui aurait eu honte d’avoir immigré sur le continent de « tous les possibles » et de s’y être buté à « l’Impossible » ?

Montréal.

Rentrer sur nout tizil/granzil, la tête haute


Avait-il fini de « faire sa quête » de menues monnaies et compris le piège de la grande illusion ?

Aux Réunionnais/Européens visionnaires, solidaires, ayez toujours un plan B, sortie de secours... SVP, osez demander de l’aide à votre famille qui vous aime pour rentrer sur nout tizil/granzil, la tête haute.

Moralité : mieux vaut vivre dignement (chez nous), sous le soleil, que de « survivre » chez les autres, dans le mépris et dans la honte.

Louisa Lafable

Avait-il compris le piège de la grande illusion ?

Notes

[1En français du Québec, le mot « itinérant » désigne une personne vivant dans la rue, errant, se promenant sans but précis.

[2Un sou noir représente un cent du dollar canadien.

[3En français du Québec : personne qui quête pour survivre.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter