Categories

7 au hasard 26 octobre 2014 : Danyèl, nou lé pa fatigué ! - 16 mai 2013 : « Nous voulons dire notre combat à Julian Assange » - 8 avril 2014 : 15 smileys africains créés à Maurice - 22 septembre 2016 : Mystérieux essai nucléaire dans l’Océan Indien - 26 avril 2015 : Tourisme : temps de Serveaux disponible... - 22 décembre 2014 : Le bal des Noirs annonçait-il la créolité ? - 8 octobre 2015 : Le séga débarque à Londres - 21 janvier 2014 : Un demi milliard de dollars d’héroïne saisi - 6 février 2015 : « Le développement, pas la dynastie » - 1er novembre 2013 : Beatbox : Votez « Kist » ! -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Retour vers le futur... en téléphérique

Aménagement et temps perdu

Retour vers le futur... en téléphérique

14 octobre 2015
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Si la Delorean de Doc pouvait nous ramener en 1988, on verrait qu’à 30 ans de distance, La Réunion est toujours hantée par les mêmes questions et les mêmes travers. Outre la route du Littoral, feuilleton sans fin depuis les premières heures de notre histoire, on retrouve de loin en loin un autre sujet de préoccupation légitime : désenclaver les hauts. Et pourquoi pas un téléphérique ? Question qui refait surface à chaque frémissement électoral...

"Retour vers le futur", de Robert Zemeckis, avec la Delorean volante de Doc...

Disons-le tout de suite : le téléphérique, on est pour ! Cela fait au moins un bon siècle et demi, sinon plus, que La Réunion pourrait en être équipée. En 1875, il y a 140 ans, on parlait même d’installer un funiculaire entre Sait-Denis et le Brûlé : un trajet de dix minutes environ pour 3.400 mètres. Mais non, pas de funiculaire : étudié, financé, déclaré d’utilité publique, oublié, relancé puis enterré au début du siècle dernier, sur fond de perpétuelles polémiques !

Les archives, ça a du bon ! Non seulement ça rafraîchit la mémoire, mais surtout, cela met en évidence les éternels recommencements, les tergiversations, les absences de décisions, les études et contre-études qui jalonnent l’histoire de ce pays. Exemple...

Téléphérique urbain en Bolivie.

En 1988, la presse locale annonçait que des projets de téléphériques avaient fait l’objet d’une étude en 1985 ! Il y a trente ans exactement. Plusieurs sites étaient alors visés : Saint-Denis/Colorado, Cilaos et le Piton des Neiges, Maïdo et Mafate, etc.

Mais une fois de plus, cette étude ne servira pas à grand chose et terminera dans le tiroir sans fond où l’on range les études qui ne servent pas à grand chose.

Commandée par le conseil général à l’INERNM [1], cette étude ne donnera lieu à aucun début de commencement de quoi que ce soit nulle part jamais : pas de chantier. Rien. Nada. In tiork. Aux oubliettes.

Le téléphérique de Playmobil.

Heureusement pour le Piton des Neiges ? Heureusement pour Mafate ? Certainement.

En revanche, pour faire le trajet Saint-Denis-La Montagne (14 lacets), on aurait certainement gagné du temps si... Mais il est vrai qu’avec des « si » on mettrait n’importe quelle ville en bouteille. En attendant, ce sont les embouteillages qui dictent la loi sur ce tronçon routier, à certaines heures et pendant certains épisodes.

Mais qu’importe, avec l’effet municipales-départementales-régionales-présidentielle 2014/2017, on assiste à une recrudescence de projets de téléphériques. Au moins trois projets sont dans l’air : Saint-Leu / Cilaos, Saint-Denis (Centre ville / La Montagne) et Salazie (Hell-Bourg / Plateau de Bélouve).

Le téléphérique de Bélouve, mis en service en 1953. Photo d’André Journaux, extraite de "Notre milieu", manuel scolaire de géographie à l’usage des cours élémentaires de La Réunion (1967).

Pour rappel, le téléphérique de Bélouve a été construit au début des années 1950, par l’ONF, en un an seulement ! Prouesse et volonté.

Mais ce qui était possible au milieu du 20ème siècle semble curieusement plus compliqué en ce début de 21ème siècle qui voient les bureaux d’études et autres programmistes dicter la cadence et nous risquons fort de devoir patienter bien plus d’un an avant de mettre le pied dans un téléphérique réunionnais ! Pourtant, le téléphérique est un investissement moins coûteux et moins polluant qu’une route, et particulièrement adapté au relief de notre île.

7 Lames la Mer

"Le Cinquième Élément" de Luc Besson et le « tramway du ciel »...

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1Institut national d’études rurales montagnardes

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter