Categories

7 au hasard 23 novembre 2015 : Quand Didier Robert moucate une colistière... - 5 avril 2017 : Où sa i sorte « bluetooth » ? - 14 mai 2017 : Causerie autour du steak créole (et recettes !) - 10 mai 2015 : Quand la Région Réunion trafique la traduction (Vidéo) - 23 mai 2016 : Hervé Imare : la rosée... lé tombé - 1er mai 2017 : « Bourbon aux Bourbonniens ! » - 28 octobre 2014 : Oncle Jo déserte la Varangue... - 20 décembre 2015 : Gayar fèt kaf ! - 13 mars 2016 : Terre-Rouge : la balance et le chabouk - 18 mars 2017 : Faut-il brûler le 19 mars 1946 ? -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Retour au pays : la réparation d’une injustice économique

Tribune Libre d’Erick Murin

Retour au pays : la réparation d’une injustice économique

8 octobre 2015
Erick Murin
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le CRAN Réunion se félicite des avancées concernant le CIMM (centres d’intérêts moraux et matériels) approuvé par l’Assemblée nationale. La prise en compte des centres d’intérêts moraux et matériels pour les fonctionnaires ultramarins permettra aux personnes qui le désirent de faire un retour au pays.

L’amendement porté par la députée réunionnaise Ericka Bareigts, et soutenu par l’ensemble des députés(es) des Outremer, n’est que la réparation d’une injustice économique, d’une injustice politique et d’une injustice humaine.

L’absence d’application du CIMM était une orchestration politique qui entretenait la détresse humaine et favorisait l’exil durable des pères et des mères de familles réunionnais. Car au XXI siècle, le CRAN déplore ce vieux réflexe de la puissance coloniale, vouloir recoloniser économiquement et culturellement des territoires d’Outremer. Les enjeux sociétaux et les rendez-vous économiques des territoires d’Outremer ne peuvent pas se réaliser sans la présence de ses forces vives. Et à La Réunion, notre jeunesse a le droit de voir évoluer une élite réunionnaise qui devient un exemple de réussite.

Dès son application, le CIMM permettra aux ultramarins et principalement aux Réunionnais qui sont exilés économiquement et qui le souhaitent, d’avoir une possibilité de mettre leurs compétences et leurs expériences au service de leur île. Bien entendu, les organisations syndicales et les différents « corps de vigilance » à La Réunion, ainsi que dans les territoires concernés, doivent rester observateurs sur le principe d’une application juste du CIMM, et que les ministères concernés fassent preuve de transparence et d’équité.

Le CRAN Réunion témoigne sa profonde reconnaissance aux organisations syndicales, aux différents acteurs associatifs, aux familles réunionnaises qui ont mené ce « combat » politique.

Erick Murin
Responsable du CRAN Réunion

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter