Categories

7 au hasard 16 juillet 2014 : Les trois couleurs de la haine - 2 janvier 2014 : Cyclone et profits de bouts de chandelle - 6 février 2014 : Deux requins près du rivage à l’Étang-Salé - 9 mars 2015 : Elections : « Une citoyenneté sans visage ? » - 6 septembre 2013 : Réunionnais un peuple. Akoz pa ? - 24 mai : Tragédie chagossienne : le Vatican condamne - 27 février 2013 : « Quartier français » au karé KTédral - 12 mars 2016 : Histoire du jardin créole : c’est un jardin extraordinaire - 5 mars 2013 : « Mettre fin aux sanctions contre Cuba » - 11 août 2013 : Cette maison n’existe plus ! -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Requins : « des drumlines pour sécuriser »

Tribune Libre d’Alexis Payet

Requins : « des drumlines pour sécuriser »

8 septembre 2016
Alexis Payet
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Requins... Le bilan est sans appel : toutes les attaques se sont produites en l’absence de drumlines appâtées.

À La Réunion, il y a toujours des attaques de requins, car il n’y a toujours pas de drumlines pour protéger la population. Les faits le prouvent.

De 2011 à 2013, 13 attaques, 4 mortelles, dont 2 à Boucan Canot : pas encore de drumlines.

2014, 1 attaque à Saint Leu. Installation de 3 drumlines en baie de Saint-Paul (à près de 40 km du lieu de l’attaque). Le rayon de détection d’un appât n’est que de quelques centaines de mètres, d’après le « Kwazulu Natal Shark Board » en Afrique du Sud, qui fait référence en la matière.

Drumlines

2015, 4 attaques, dont 2 mortelles : la dernière attaque (23/07/2015) a accéléré le déploiement des drumlines sur la plupart des communes touchées par les attaques de requins. Ne protégeant pas les spots où ont eu lieu les dernières attaques, les drumlines sont désormais installées sur les communes de Saint-Paul, Trois-Bassins, Saint-Leu, Étang-Salé et Saint-Pierre.

En 2016, la plage de Boucan Canot a été le siège d’une nouvelle attaque. C’était pourtant le dernier endroit où l’on pouvait craindre une nouvelle tragédie. En effet, protégé par un filet fermé, le spot présentait un risque peu probable d’incursion d’un requin, même avec 2 petits trous (représentant à peine 0,4% du linéaire de filet).

Circonstance aggravante, malgré les observations répétées de grands requins dangereux sur la zone ouest, le Comité Scientifique de la Réserve Marine a refusé l’installation de drumlines pour sécuriser les abords du filet au 2ème trimestre 2016.

Photos : Seven News, Australie.

Le bilan est sans appel ; toutes les attaques se sont produites en l’absence de drumlines appâtées. En effet, elles ne sont appâtées que de nuit et en semaine, or les activités nautiques ont lieu en journée et majoritairement le week-end. De plus, le Comité des Pêches vérifie que les appâts non consommés sur les drumlines ne servent pas à « nourrir » des requins, ce qui aurait pour conséquence de les fixer sur les zones appâtées.

Entre un appât et un homme, lequel ressemble le plus à une proie habituelle de requin tigre ou requin bouledogue ? Lequel des deux le requin a-t-il donc le plus de chance de mordre ?

Alexis Payet

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter