Categories

7 au hasard 1er février 2014 : Contre le terrorisme des pétroliers (2) - 29 janvier 2013 : 29 janvier 1642 : Richelieu autorise la colonisation - 27 juin 2014 : Révolte des femmes marocaines : « nous ne sommes pas des lustres » - 3 août 2016 : Maracanã : les Indiens expulsés pour le sport et le show - 10 juin 2016 : Les travailleurs n’ont d’autre choix que la lutte - 25 juin : Chagos : l’ONU met la Grande Bretagne en minorité - 8 février 2013 : Aide alimentaire : solidarité ou charité bricolée ? - 16 mars 2015 : Pas les unes sans les autres ! - 13 avril 2013 : Assange à la reconquête du passé - 29 septembre 2013 : Hécatombe de dauphins... à cause d’un sonar ? -

Accueil > Le monde > Relooking extrême : des poupées à visage humain

No make-up

Relooking extrême : des poupées à visage humain

28 septembre 2015
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Une poupée sans maquillage aguicheur, sans lèvres outrageusement enflées comme si elle venait de se prendre un coup de poing dans la bouche ou une overdose d’un cocktail botox-collagène. Une poupée au visage normal. Naturel. Sonia Singh donne une âme aux poupées bimbo en faisant voler en éclats les diktats esthétiques que la société de consommation distille dans la tête des enfants. Une poupée avec un visage d’enfant !

La même poupée : à gauche avant, à droite après l’intervention de Sonia Singh.

Sonia Singh, 34 ans, artiste et scientifique de profession, vit à Hobart Town, en Tasmanie (Australie). Depuis le début de l’année 2015, elle est devenue mondialement connue grâce à une initiative originale : elle impose aux poupées un « relooking extrême »... à l’envers ! Les fameuses poupées « Bratz » et autres « Barbie » — archétypes de la bimbo superficielle aux mensurations extravagantes — ressortent de l’atelier de Sonia métamorphosées : elles ont enfin un visage humain ! Elles dévoilent leur âme.

Tout commence en 2014 par un évènement négatif : Sonia Singh, chercheur dans le domaine du développement durable et de la protection de la nature perd son emploi au CSIRO [1] suite aux coupes exercées par le gouvernement australien dans les subventions pour la recherche. Qu’à cela ne tienne : Sonia se reconvertit ! « J’ai toujours été une personne créative, à la recherche d’un projet inventif, confie Sonia Singh. C’est en voyant des stocks de poupées-mannequins dans les boutiques de brocante, que j’ai eu l’idée de les recycler en les transformant ». Les valeurs du recyclage, de la réutilisation, font partie de l’univers de Sonia.

« Mes sœurs et moi avons grandi en jouant avec des poupées de seconde main et des jouets faits maison, dans le magnifique environnement naturel de la Tasmanie », raconte Sonia. Alors, ces poupées délaissées qui s’entassent dans les magasins solidaires, les boutiques d’occasions et les vide-greniers, Sonia va leur donner une seconde vie. Et surtout, elle va leur donner une nouvelle apparence. Et la transformation sera radicale !

Armée d’un coton et d’une bouteille de dissolvant, Sonia frottent les petits visages en plastique jusqu’à en faire disparaître totalement les maquillages tapageurs imprimés industriellement. Les yeux surdimensionnés et fardés de manière excessive sont gommés. Les lèvres démesurées : gommées elle aussi. Voilà le visage à nu : juste une surface en plastique avec des formes. « No make-up » !

« J’ai décidé d’enlever le maquillage d’usine pour repeindre des visages plus vrais et « imparfaits », comme ceux des enfants de la Terre ! » C’est là qu’intervient le talent et la fibre « retour à la terre et au naturel » de Sonia. Le « relooking extrême » s’opère ici à l’inverse de la tendance popularisée par les émissions de « reality show » qui pullulent sur les écrans. Il ne s’agit pas de transformer « Madame Tout le monde » en diva de la mode mais bien de ramener les poupées bling bling et hypersexualisées, style « Bratz » et « Barbie », à une apparence humaine.

Minutieusement, Sonia dessine alors un nouveau visage d’enfant sur la poupée. Des yeux normaux, des tâches de rousseur, des lèvres bien proportionnées. Un visage équilibré. Sonia intervient aussi sur les cheveux : exit les coiffures extravagantes qui donnent à ces poupées des airs de stars hollywoodiennes. Les cheveux sont tressés ou coupés, domptés. Ils redeviennent à dimension humaine. Sonia refait aussi les pieds ou les mains avec des moules et répare les poupées abimées. La touche finale, elle la donne avec des habits qu’elle confectionne ou que sa mère tricote. Exit les styles vestimentaires tape à l’oeil, les bottes à talons compensés, les mini-jupes, les hauts en cuir, les vêtements provocants, les bijoux ostensibles...

Le résultat est étonnant. Les poupées se mettent alors à ressembler à des enfants ! Sonia commence à poster des photos de ses poupées via les réseaux sociaux. La page facebook connaît un succès retentissant : elle approche aujourd’hui les 500.000 followers. Les poupées de Sonia se répandent sur le net de manière virale et les commandes affluent. La presse internationale surfe la vague et Sonia crée alors la société « Tree Change Dolls™ ». Mais elle garde la tête sur les épaules malgré le succès phénoménal de ses poupées. Elle maintient son activité dans une dimension artisanale et familiale et n’hésite pas à livrer ses conseils pour ceux qui souhaiteraient « faire comme elle ». En un mois, elle « fabrique » en moyenne une vingtaine de poupées. Son idée fait des émules et d’autres se lancent dans le relooking de poupées.

Son succès fulgurant et l’originalité de son activité lui valent d’être distinguée au niveau international : ainsi vient-elle de remporter la finale des « Etsy Design Awards » parmi 52 autres créateurs du monde entier. Une partie des bénéfices générés par son activité est reversée chaque mois à différents organismes humanitaires, notamment à l’International Women’s Development Agency, un groupe qui oeuvre en faveur des droits des femmes en Asie et dans le Pacifique, ou encore au « Bonorong Wildlife Sanctuary » qui milite pour la protection de la vie sauvage en Australie.

L’engouement autour des poupées de Sonia va-t-il contraindre les industriels à changer leur approche et les représentations qu’ils véhiculent ? La tendance « no make-up » va-t-elle sonner la fin de la récréation pour les pourvoyeurs de glamour virtuel et de bling bling, pour les chirurgiens d’un esthétisme outrancier ? Une chose est certaine : la société Tree Change Dolls™ de Sonia Singh a démontré, en toute simplicité, que la nature a toujours loisir de reprendre ses droits.

7 Lames la Mer

Le tumblr de Sonia : Tree Change Dolls™
Le facebook de Sonia : Tree Change Dolls™
Le blog de Sonia : Tree Change Dolls™


7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter