Categories

7 au hasard 7 mai : Mario Serviable : mes habits de 1968 - 21 octobre 2015 : NRL : « manque d’anticipation flagrant de la Région et de l’État » - 7 mai 2015 : Carte Réuni’Pass : de la com’, vite ! - 5 octobre 2016 : Requin : la famille de Talon Bishop attaque l’Étang-Salé en justice - 9 mai 2015 : Nouvelle route du littoral : ingérence politique de la Commission européenne - 22 février : Seggae : Berger Agathe, mort sur le bitume, après Kaya... - 5 juillet 2015 : Grèce : ils sont vivants… et nous ? - 28 septembre 2013 : Hommage à Gandhi à Ravine Blanche - 11 octobre 2015 : Droite réunionnaise : la disgrâce, la division… la déroute ? - 22 mars 2015 : Un séga qui venait du froid... -

Accueil > Le monde > « Reefa » tué pour une lettre

Étas-Unis

« Reefa » tué pour une lettre

14 août 2013
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Un skateboardeur de 18 ans battu à mort et "tasé" par la police de Miami Beach pour une lettre écrite sur un mur.

Israël Hernandez, alias "Reefa", 18 ans, "tasé" et mort sous les coups portés par la police de Miami Beach.

« Reefa » : c’est le surnom qu’avait adopté Israël Hernandez, skateur. Tagueur, ce Colombien récemment naturalisé inscrivait son « blase » sur des immeubles abandonnés de la ville. C’est devant l’un d’entre eux — un restaurent McDonald’s désaffecté — alors qu’il venait de tracer la première lettre de son pseudonyme, qu’il a été surpris le 6 août dernier par une demi-douzaine policiers de Miami Beach.

Selon des témoins, les policiers ont frappé la tête du jeune homme contre le mur, avant de lui infliger des chocs de « taser » — un pistolet à impulsion électrique qui délivre des décharges de plusieurs dizaines de milliers de volts et est réputé « non létal ».

Un simple "R" sur un mur !

Personne ne devrait mourir pour une lettre

Le rapport de police ne permet toujours pas de déterminer ce qui a poussé les policiers à utiliser le taser contre un adolescent maîtrisé et sans armes. Plusieurs témoins assurent en revanche avoir vu les policiers rire et échanger plaisanteries, encouragements et félicitations auprès du corps sans vie du jeune homme.

« Personne ne devrait mourir pour une lettre », déclare un collectif de citoyens qui, par voie de pétition, exige que le Département de police prenne « toutes les mesures pour que cela n’arrive plus jamais ».

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter