Categories

7 au hasard 11 mai : Les Chagossiens ont besoin de vous ! - 6 février 2016 : 6 février 1753 : Évariste, l’anti-esclavagiste - 28 janvier 2015 : « Enfin la forteresse néolibérale a craqué en Europe ! » - 10 janvier 2014 : « Sauve not pique-nique Bois-Ozoux-chemin-Volcan » - 10 avril 2013 : « Libérez Perle » - 4 mars 2014 : Pour Titan, Oskar, Chloé, Arthur, Julie, Gabriel... et le grand Pablo - 18 juillet 2014 : Crash : « deux chasseurs ukrainiens » derrière l’avion abattu ? - 6 septembre 2016 : Paul Vergès : deux photos rares retrouvées - 27 janvier 2016 : Hollywood : quand il y avait des hommes... - 3 avril 2016 : Les énigmes du ventre de la terre réunionnaise -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Qui se souvient du « Séga Casse-cou » de Madoré ?

Cascade et guitare

Qui se souvient du « Séga Casse-cou » de Madoré ?

10 octobre 2016
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Recherche paroles de « Séga Casse-cou », composé — improvisé — par Madoré sur le champ de La Redoute, à Saint-Denis, le jeudi 30 septembre 1971. Qui s’en souvient ?

Le motard et le chanteur. Photo : source JIR , 2 octobre 1971.

Un bon en arrière de 45 ans ! Le jeudi 30 septembre 1971. C’est ce que nous propose un fidèle lecteur de « 7 Lames la Mer » qui a farfouillé sa mémoire puis des archives pour retrouver un document très émouvant. Et il nous en fait profiter.

Il s’agit d’un article du JIR (Journal de l’île de La Réunion) daté du samedi 2 octobre 1971. Cet article rapporte des faits intervenus deux jours plus tôt. Titre : « Henri Madoré : “Séga Casse-cou” ».

Sur la photo, on reconnaît notre inimitable chanteur de rue avec sa célèbre guitare et ses éternelles lunettes noires, dressé fièrement à côté d’un motard chevauchant une Honda.

Le titre de l’article ne laisse aucun doute sur la scène : Madoré, comme à son habitude, est en train de chanter. Et même d’improviser un séga !

Pas n’importe quel séga : un « Séga Casse-cou » ! Car Jacques (ou Jack...) Thibault, le motard qui se trouve à côté de Madoré, n’est autre qu’un cascadeur — invité par la ville de Saint-Denis avec les « Cascadeurs de France » à l’occasion d’une semaine de fête.

Ce jeudi 30 septembre 1971, les « Cascadeurs de France » se retrouvent donc à la Redoute pour un ultime entraînement en vue du spectacle qu’ils donneront au Barachois (qui n’avait à l’époque pas le même configuration qu’aujourd’hui)...

Sur place, le photographe de presse, André Ho-Mouye, est prêt, lui aussi à fixer sur la pellicule le saut du cascadeur Scott Halledyce qui, à bord de sa Fiat 1500, va s’élancer d’un tremplin, survoler des carcasses de voitures et atterrir une trentaine de mètres plus loin. C’est le même saut périlleux que réalisera avec sa moto Honda 350 tout-terrain, le motard qui pose avec Madoré.

À lire aussi : « Madoré m’a dit... »

Ces cascadeurs ont-ils laissé leur empreinte dans la mémoire des Réunionnais ? C’est plutôt la prestation de Madoré dont se souvient notre fidèle lecteur, même si, avec le temps, les paroles du fameux « Séga Casse-cou » se sont effacées...

Il faut dire que ce jeudi 30 septembre 1971, Madoré est au top de sa forme si l’on en croit le journaliste : « C’est le grand retour de Madoré. Disques, émissions de radio et de télé, tours de chant dans les cabarets (Il a fait un malheur l’autre soir avec Luc Donat au « Tabou »). On le voit, on l’entend partout : Madoré a enfin franchi le seuil des boutiques »...

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter