Categories

7 au hasard 15 juillet 2016 : Les amants maudits traqués dans la ravine - 15 mars 2016 : Les âmes de la Cité des Arts - 12 avril 2017 : « Chez Marcel », la dernière séance derrière la porte en fer... - 26 février 2016 : Caroupaye a peut-être plus raison qu’il ne pense... - 10 septembre 2016 : Attention, ce film est un chef d’œuvre - 26 juillet 2013 : Samuel Mouen, ou la dictature de la compassion - 2 décembre 2015 : Culture : « On ne savait pas, on était chez Jawad ! » - 14 juillet 2013 : « Je ne me comportais pas comme une prisonnière » - 2 décembre 2017 : Massavana, la révolte des esclaves en mer - 28 septembre 2015 : Relooking extrême : des poupées à visage humain -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Quelle culture ? Quelles subventions ?

Tribune Libre de Guy Martin

Quelle culture ? Quelles subventions ?

30 juin 2015
Guy Martin
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Quelle culture ? Une question qui en amène une autre : quelles subventions ? La culture, à nouveau, subit la crise ! Ou la crise sert-elle de prétexte à des réductions de budgets culturels ?

La saison 2014/2015 du Teat Champ Fleuri s’est terminée en apothéose avec le spectacle clownesque et poétique du « Slava’s Snow Show ». Pendant trois jours, le théâtre a affiché complet. Le public, de toutes origines, était au rendez-vous. Les spectateurs, jeunes ou adultes venus avec leur cœur d’enfant se sont laissé emporter par la magie et la démesure de cette troupe déjantée menée par Polunin Slava.

Une succession de « tableaux » a entrainé les spectateurs dans toute la gamme des émotions, avec des moments où toute la salle était impliquée dans l’action scénique, mieux qu’avec la 3D ! C’était le cas au final, lorsqu’une tempête de vent, d’éclairs et de neige a déferlé sur tout le public.

Un public, pas du tout refroidi pour autant, qui manifestait sa joie, debout, par ses applaudissements. Dans le même temps, venus de l’arrière scène d’immenses ballons colorés volaient dans toute la salle entrainant les spectateurs dans un délirant partage enfantin et joyeux.

Une chaude ambiance qui se ressentait encore à l’extérieur quand le public presqu’à regret quittait le théâtre.

Le froid est arrivé ensuite, quand l’exaltation de la magie du spectacle est retombée et qu’on a pris connaissance, plein d’attentes, de l’avant programme de la nouvelle saison.

La Féérie tout d’un coup n’est plus au rendez-vous !

La culture, à nouveau, subit la crise ! Ou la crise sert de prétexte à des réductions de budgets culturels.

C’est en premier « Total Dance » qui en fait les frais. Grand absent du mois de novembre 2015 de la nouvelle saison. Un festival qui a pourtant attiré plus de 18.000 spectateurs l’année dernière. Un festival qui venait même d’obtenir le label « festival européen » 2015/2016.

Depuis plusieurs années, c’était l’occasion de voir des troupes de renommée internationale. Des danseurs de toutes nationalités, y compris réunionnaise bien-sûr. Un choix éclectique, avec des valeurs sûres et des propositions plus audacieuses qui n’ont jamais manqué d’intérêt. Un public qui d’année en année, de part la volonté du théâtre, s’est diversifié et rajeuni.

Tout cela, cette année n’aura pas lieu.

Et après, à qui le tour ? Au Festival de Jazz, au Toto Total Festival… et au-delà aux conservatoires ? Mais là, je crains que ça ait déjà commencé. C’est tout de suite qu’il faut s’en inquiéter.

Penser qu’on peut faire l’impasse sur la Culture, une culture générale, ouverte sur le monde serait une très, très grosse erreur.

Il est important que tous ceux qui ont les moyens de s’exprimer, le dise. C’est le premier rempart, avec une véritable éducation laïque, contre tous les extrémismes.

Guy Martin

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter