Categories

7 au hasard 10 octobre 2013 : Arrêtée pour une demande d’augmentation - 22 juillet : Les sources réunionnaises du « Bateau ivre » (2) - 20 septembre 2014 : Emmeline, âme libre au paradis - 13 décembre 2015 : Rituel pour le temps présent : à la Reine, au Roi et au Guetteur - 19 septembre 2014 : La guerre Cilaos, pareil inn guerre de cent-an - 11 janvier : De rumba Tambah à Mam’zelle Paula... - 4 novembre 2013 : Les 7 vertus du Flamboyant - 21 septembre 2014 : Plaine des Palmistes, terre d’avenir - 27 avril 2013 : "We support Perle and Fagnomba" - 1er mars 2014 : Ukraine, année zéro ? -

Accueil > Le Blog de GGL > Quand Hamon fait du Sarkozy

Sur le blog de GGL

Quand Hamon fait du Sarkozy

3 avril 2017
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

L’imagination n’est décidément pas aux commandes de la campagne du candidat PS, qui reprend tel quel un slogan-phare de Nicolas Sarkozy.


Prélude à une étrange défaite...


C’est à l’orée du pouvoir suprême que César succomba, criblé par les coups de poignard — vingt-trois, nous dit Suétone — portés par un groupe de sénateurs conjurés.

Benoît Hamon avait, lui, à peine plongé le gros orteil dans le Rubicon qu’il était lardé de part en part par ses camarades et frères d’armes : voilà ce que l’on gagne à frayer avec des sicaires.

À voir la drôle de campagne menée par le vainqueur de la primaire, prélude à l’étrange défaite annoncée d’un PS qui maîtrisait tous les rouages du pouvoir il y a cinq ans encore, on finit par se demander si les plus mauvais coups ne viennent pas de l’intérieur, du dernier carré qui mène encore la bataille sous la bannière socialiste. À tout le moins, on peut penser que Benoît Hamon est fort mal conseillé.

On ne sait qui a récemment soufflé à l’oreille du candidat socialiste de cogner à sa gauche et de mettre sur le même plan Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ; mal inspirée, la manoeuvre s’est soldée par un décrochage dans les sondages…


Une formule-choc martelée par...


Nouveau signe d’égarement de la campagne socialiste : de récents « visuels » largement partagés sur l’Internet annoncent que Benoît Hamon sera le « Président du pouvoir d’achat »...

Bigre.

« Je veux être le Président du pouvoir d’achat » : chacun reconnaît la formule-choc martelée par… Nicolas Sarkozy tout au long de sa campagne victorieuse de 2007.

Formule d’ailleurs renvoyée pendant cinq ans par la gauche à la tête de l’avant-dernier locataire de l’Élysée et que l’on a peine à croire oubliée des communicants professionnels qui, j’imagine, animent la campagne PS... comme on a peine à la croire oubliée de Benoît Hamon lui-même.

Je-m’en-foutisme, pari sur l’oubli collectif, improvisation ? Décidément, l’imagination n’est pas aux commandes rue de Solférino…

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter