Categories

7 au hasard 5 mai 2014 : Saint-Paul : nouvelles attaques contre la culture ? - 14 mars 2013 : Je suis entrée dans la vie active les pieds nus - 16 août 2015 : À la recherche du Saint-Denis perdu - 31 mai 2014 : ONF-Parc National : petits arrangements entre amis - 13 mars 2014 : Sondages : « Tout simplement de l’escroquerie » - 13 août 2013 : L’ancêtre endormie dans la montagne... - 29 mai 2015 : Carrière de Bois Blanc : « déclaration de guerre à la population » ! - 13 septembre 2015 : Médiathèque Cimendef : un symbole de résistance - 24 février 2017 : Je ne suis pas une île, je suis un continent - 19 septembre 2013 : Le savon d’Alep ne coule pas ! -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Quand Béjart « rencontrait » le maloya...

Danse

Quand Béjart « rencontrait » le maloya...

31 décembre 2014
Nathalie Valentine Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

C’est bien le pas de base du maloya qui scande toute la chorégraphie du ballet de Maurice Béjart, « Le Boléro », sur la célèbre musique de Maurice Ravel. Quoi qu’en disent les puristes et bien avant la reconnaissance du maloya par l’UNESCO. Jugez-en par vous-mêmes avec Maïa Plissetskaïa, danseuse étoile classique, qui pour la circonstance, a raccroché ses pointes et interprète le maloya-boléro pieds nus, au milieu d’un cercle, autre code que l’on retrouve dans le maloya. Goutanou !

Maïa Plissetskaïa dans le Boléro

Maurice Béjart a créé « Le Boléro » le 10 janvier 1961, avec la danseuse étoile yougoslave, Duska Sifnios. Le chorégraphe avant-gardiste a dressé une table ronde sur laquelle évolue sa danseuse et autour de laquelle dansent des hommes.

En 1977, la Russe, Maïa Plissetskaïa, considérée comme l’une des plus grandes ballerines et surnommée la « Diva de la danse », reprend « Le Boléro ». Elle incarne la danse et son charisme transcende le puissant crescendo de la musique de Ravel.

Diana Vishneva interprète "Le boléro"

En 1979, Béjart remplace la femme par un homme au milieu du rond : Jorge Donn [1]. Ce ballet, l’un des plus célèbres de Béjart, sera interprété par nombre de danseuses et danseurs : Sylvie Guillem, Diana Vishneva, Elisabeth Ros, Octavio Stanley, Nicolas Le Riche, Luciana Savignano, etc.

Mais ce qui frappe dès les premiers instants, alors que la chorégraphie dépouillée et sensuelle démarre presque dans le silence et l’obscurité, ce qui frappe, c’est le pas de base qui va accompagner tout le ballet (environ 15 minutes). Ce pas de base, simple, entêtant, n’est autre que le pas de base du maloya ! Et ce pas constant s’accompagne par moment d’un déhanchement familier aux Réunionnais. Jugez-en par vous-mêmes avec cette sublime interprétation de Maïa Plissetskaïa (voir vidéo ci-dessous).

« Bhakti » de Maurice Béjart

En 1968, Maurice Béjart crée le ballet « Bhakti » en Avignon, sur une musique traditionnelle indienne. Interprété notamment par Maina Gielgud, ce ballet contemporain offre une chorégraphie qui emprunte à la danse indienne. Et par moment, sur ses pointes, la danseuse rouge se déhanche... comme sur un maloya.

Nathalie Valentine Legros

Le pas de base du maloya accompagne toute la chorégraphie conçue par Maurice Béjart sur le célèbre "Boléro" de Maurice Ravel.

Maïa Plissetskaïa dans le Boléro

Maïa Plissetskaïa dans le Boléro

Maïa Plissetskaïa dans le Boléro

Maïa Plissetskaïa dans le Boléro

Nathalie Valentine Legros

Journaliste, Écrivain.
Twitter, Google+.

Notes

[1En 1981, « Le Boléro » de Béjart-Ravel marque la dernière séquence du film « Les Uns et les Autres » de Claude Lelouch.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter