Categories

7 au hasard 22 novembre 2013 : Licenciements à la SIB ? À vous de jouer, M. Montebourg… - 30 août 2016 : Le mirage de la soie réunionnaise - 24 octobre 2015 : NRL : rendez-vous à la prochaine coulée de boue ? - 17 février 2014 : Saint-Denis : Michel Tamaya jette l’éponge - 13 février : Les pionniers du désert ouvrent un(e) port(e) pour l’île - 7 novembre 2012 : L’œil, l’étoile et la mémoire - 2 avril 2013 : Deux arts pour l’île perdue... et retrouvée - 3 août 2014 : USA : déportations expéditives d’enfants - 26 avril 2016 : Stéphane Fouassin, Hercule des Salazes - 23 novembre 2016 : Révoltes à Bourbon : de la gueule du canon à l’île de l’horizon -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Prison Juliette Dodu : la mémoire des pierres ou le béton ?

Collectif pour la Mémoire de la Prison Juliette Dodu

Prison Juliette Dodu : la mémoire des pierres ou le béton ?

15 octobre 2014
Collectif pour la Mémoire de la Prison Juliette Dodu
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

« Aux assassins du patrimoine, je dis publiquement ma colère et celle de mes ancêtres bafoués par vos projets immobiliers »… C’est l’un des derniers cris de Sudel Fuma. Un mois avant de disparaître, il avait dénoncé avec force ce qu’il qualifiait de « crime culturel » et de « sacrilège » : la destruction programmée de la Prison Juliette Dodu. A l’occasion du passage dans notre île de Christiane Taubira, le Collectif pour la Mémoire de la Prison Juliette Dodu interpelle la Ministre de la Justice sur ce lieu de mémoire et sur la responsabilité du souvenir commun.

PNG - 571.1 ko
Vue sur une cellule de la prison Juliette Dodu. Photo IPR

Madame la Ministre de la Justice, en 2008, la plus vieille prison de France, surnommée « la honte de la République » a enfin fermé ses portes. Au cœur de la ville de Saint-Denis, la prison Juliette Dodu restera comme le témoin de pierres et de souffrances d’une partie oubliée de l’histoire réunionnaise. Mais dans quelques mois si rien n’est fait, ce lieu de mémoire sera détruit.

Regroupé au sein d’un collectif d’origines, d’identités et de générations différentes, nous avons décidé de nous mobiliser pour sauvegarder la mémoire de ces murs et de ces âmes emprisonnées qui y ont vécu. Par cette lettre, nous demandons votre soutien moral pour transformer ce lieu, propriété du ministère de la justice, en musée vivant de la mémoire des prisonniers de l’île, qu’ils aient été esclaves, engagés, hommes ou femmes libres.

PNG - 634 ko
Photo IPR

Le poète martiniquais Edouard Glissant disait « Chacun de nous a besoin de la mémoire de l’autre, parce qu’il n’y va pas d’une vertu de compassion ou de charité, mais d’une lucidité nouvelle dans un processus de la Relation. Et si nous voulons partager la beauté du monde, si nous voulons être solidaires de ses souffrances, nous devons apprendre à nous souvenir ensemble ». C’est de cette responsabilité du souvenir commun que nous appelons à votre soutien aujourd’hui.

Dans les pages du dossier que nous vous remettons avec cette lettre, vous trouverez les détails de ce projet, ses raisons d’être, sa méthodologie, mais surtout ses ambitions, que ce soit en termes de projet de recherche, de création d’un lieu culturel vivant, de lieu touristique, ou encore de source d’emplois. Il s’inscrit dans le cadre d’un mouvement plus large de sauvegarde du patrimoine matériel et immatériel des prisons, comme celle de Kilmainham en Irlande, d’Ulucanlar en Turquie, de Serkadji en Algérie ou encore de la célèbre prison d’Alcatraz dans la baie de San Francisco.

PNG - 1.1 Mo
Source : patrimoinecarceral.blogspot.com

Madame la Ministre, vous avez prouvé pendant votre mandat de député que vous aviez une conscience aiguë de l’importance de la mémoire. Et vous nous prouvez tous les jours, à travers votre action, que la justice n’est noble que si elle est défendue avec ardeur et passion. Alors comme Jaurès qui disait de la justice qu’elle est « cette étincelle divine qui suffirait à rallumer tous les soleils », nous vous demandons aujourd’hui votre soutien pour que les ombres oubliées du passé se transforment en lumières de notre avenir, éclairant notre présent à tous.

Nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de notre haute considération.

Collectif pour la Mémoire de la Prison Juliette Dodu

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter