Categories

7 au hasard 26 juillet 2013 : L’autonomie... 1, 2 & 3 - 30 avril 2016 : Ravine des Lataniers : « j’ai déjà donné ! » - 9 septembre 2016 : Existe-t-il une vie après l’École ? - 1er mai 2013 : Amazonie, à qui est ton nom ? - 1er mars : Carnaval, mardi gras : chacun’ son bande ! - 22 juillet : Les sources réunionnaises du « Bateau ivre » (2) - 26 janvier 2013 : Vincent Peillon écrit aux maires inquiets - 12 octobre : Ségamaloya à la Sacem : fait ! - 26 mai 2013 : Mamido - 19 août 2014 : Menace sur les sirènes de l’océan Indien -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Prison J. Dodu : « nous dénonçons un crime culturel »

Tribune Libre de Sudel Fuma

Prison J. Dodu : « nous dénonçons un crime culturel »

4 juin 2014
Sudel Fuma
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

La destruction programmée de la Prison Juliette Dodu : un crime culturel que nous dénonçons !

Photo Wikipedia (Thierry Caro)

J’ai appris avec stupeur la décision d’attribution à la SHLMR du terrain de la prison Rue Juliette-Dodu qui sera détruite très prochainement pour un projet immobilier… Une véritable catastrophe culturelle quand on connaît la valeur patrimoniale de ces bâtiments où ont été exécutés des esclaves marrons, où ont été emprisonnés des engagés indiens et d’autres pauvres créoles du XIXe siècle !

Vestiges archéologiques découverts dans l’enceinte de la prison. Photo IPR.

Comment peut-on commettre un tel crime avec la complicité de l’Etat et de la commune de Saint-Denis ! Pourquoi cette destruction, Monsieur Le Maire ?

On nous dira qu’on protègera quelques murs pour faire passer la pilule de la résignation, mais l’essentiel des bâtiments sera rasé ; l’âme de cette prison — une des rares prisons coloniales à avoir fait l’objet d’une brillante thèse d’Etat, celle de Bruno Maillard, dont j’ai été le président de Jury — ne sera présente que dans nos livres d’histoire…

La prison vue d’un mirador. Photo : patrimoinecarceral.blogspot.com

Aux assassins du patrimoine, je leur dis publiquement ma colère et celle de mes ancêtres bafoués par vos projets immobiliers… Je les accuse de crime culturel, eux qui prétendent défendre le patrimoine et qui pour des raisons obscures, inavouées (nous imaginons les affairistes qui se frottent les mains…) saccagent, détruisent des murs qui ont vu le sang de leur propre ancêtre couler au temps de l’esclavage…

Comment les pauvres Rmistes des futurs logements sociaux pourront vivre tranquillement sur des terres souillées ? et pourquoi eux ? Mon cri de cœur sera vite oublié par vous, vous allez même en rire et ironiser mais l’histoire ne vous oubliera, et les ancêtres ne vous pardonneront pas ce sacrilège…Ils vous attendent au tournant.

Sudel Fuma
Historien, Université de La Réunion

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter