Categories

7 au hasard 2 février 2014 : « Nous avons créé ce médicament pour les Occidentaux... pas pour les Indiens ! » - 20 août 2014 : Route du Littoral : l’urgence d’une solution terrestre et écologique - 4 mai 2014 : Entrez dans la médiathèque Cimendef ! - 18 mai 2013 : « On ne les laissera pas licencier » - 21 janvier 2015 : NRL : rien n’est irréversible - 12 février 2013 : Allô, la Ligue ? Ici Coeur-Saignant. Je vous passe Lepervenche. - 26 février 2015 : « Pas de compétition entre République laïque et liberté de culte » - 20 janvier 2014 : Front national : La Réunion, terre d’élection(s) ? - 21 décembre 2015 : Dodard ou la force du Noir - 7 avril 2014 : L’austérité de plus en plus pressante -

Accueil > Lames de fond > 7 i aime / 7 i aime pas > Pourquoi peut-on manger le requin inoffensif ?

7 i yèm pa/ 7 n’aime pas

Pourquoi peut-on manger le requin inoffensif ?

11 juin 2014
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Pourquoi peut-on manger le pointe-blanche, requin de récif quasi-inoffensif que l’on rencontre de moins en moins, alors que la pêche d’un bouledogue, prédateur de plus en plus actif sur nos cotes provoque des levées de boucliers ?

De moins en moins présent sur nos côtes, selon les pêcheurs, le Pointe-blanche se retrouve pourtant sue les étals des grandes surfaces.

Du requin pointe-blanche au menu ? C’est possible, et bien meilleur marché que la carangue, le thon ou le bourgeois qui parviennent (irrégulièrement) sur nos étals.

Aujourd’hui, c’est dans une grande surface du Sud qu’un consommateur, impliqué dans la « crise requin » a pu prendre un cliché d’un rayon « poissonnerie » bien fourni en squale abordable.

Les amateurs de requin étant légion, on imagine que nombre de marmites ont dû mijoter dans l’après-midi.

On imagine, et on s’interroge : pourquoi est-il considéré comme normal de trucider du pointe-blanche, un requin de récif qui n’est que fort peu dangereux envers l’homme, dont la population décroît sur nos côtes, notamment victimes du requin-bouledogue, alors que la simple idée de pêcher quelques-uns de ces derniers déclenche un tollé qui dépasse les limites de notre île ?

Le bouledogue est pourtant impliqué dans les attaques en pleine recrudescence sur notre île, où il ne semble guère menacé, puisque plus de 37% des attaques perpétrées par ce requin dans le monde ont lieu ici, où il était auparavant fort peu présent. Le pointe-blanche est, lui, de moins en moins présent sur nos côtes, affirment les pêcheurs, qui retrouvent régulièrement des restes de ce type de squale, qui semble donc doublement victime, du bouledogue et de la dégradation des eaux...

7 Lames la Mer

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste, Co-fondateur - 7 Lames la Mer.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter