Categories

7 au hasard 18 septembre 2013 : Un mois lunaire en 25 secondes - 14 février 2016 : Big in India - 11 avril 2016 : Le dernier voyage de « Koung Koung » - 29 juin 2014 : Tamo Daleko (là-bas au loin) - 19 juillet 2014 : Plaidoyer auprès du Président de la République pour la sauvegarde de l’agriculture réunionnaise - 27 novembre 2016 : La reine Ranavalona III liée par un pacte de sang (4) - 26 juillet 2013 : Samuel Mouen, ou la dictature de la compassion - 27 mars 2016 : Pâques, un chemin de libération - 3 juillet 2016 : Olivier Bancoult : « Chagos, terre des Chagossiens » - 3 janvier 2016 : Réunionnais de la Creuse : un passé… qui passe -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Pôle santé mentale : Maloya la pa « 4 épices »

Tribune Libre bilingue : Kréol/Français

Pôle santé mentale : Maloya la pa « 4 épices »

3 octobre 2015
Koléktif Tinn pa nout mémwar
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

L’hôpital de Saint-Pierre a eu la main bien malheureuse en choisissant le mot « Maloya » pour désigner son unité de soins psychiatriques. Interpellés par le Koléktif Tinn pa nout mémwar, les chefs de service et « supérieurs concernés » admettent ne pas avoir pris « la mesure de toute la dimension du nom Maloya »... Zot i koné pa byin (ou i konsidér pa konmkifo) nout kiltir. Viv an kréol... dan lo respé nout lidantité !

Pour lire ce texte en français, cliquer ici : [1]

Vandredi 4 sektanm navé in rankont ansanm lo direksyon « pôle santé mentale CHU » Sin Pir.

Lo rankont té bazé su in ronkozé parapor lo non linité sikatrik : « L’unité maloya ».
Nout lantouraz, 7 moun i té reprézant. Par andéor, dovan lantré lopital navé in bon groupaz domoun pou défann liditantité kiltirel réyoné.

Nou la koz 85 minit ansanm bann kad lopital (2 sikiat, lo direkter CHU, 2 responsab linité sikatrik-la, ansanm in lasistant direksyon). Nou la exprim nout mékontantman dési non-la (« l’unité maloya »). Nou la mét anlér bann zarguman nou trouv inportan pou nou, pou lo pèp réyoné.

Bann direktér-la, la di anou néna in vot la été fé ansanm riyink domoun i travay anndan linité-la. Non maloya-la té shwazi anparmi inn lis. Dési 50 moun la antouré pou lo vot, in tièr lété pa dakor. Zot dézièm shwa lété : « L’unité 4 épices ». Vot-la, ala lo soubasman zot kozman.

Dapré zot, konm « la base » [2], bann domoun la pwin bann pos responsab, la désid donn lo non-la, i gagn pu sanzé.

Bann désidér-la, i admèt zot té i koné pa intiok tout bann dimansyon « maloya » i reprézant pou domoun Laréinion. Zot i koné pa byin (ou i konsidér pa konmkifo) nout kiltir, ansanm bann domoun lé dann zasosiasyon sosiokiltirel.

Nou rogrèt navé pwin in moun té i roprézant lo bann travayèr « la base », anndan ronkozé-la.

Konm nou la donn a zot bonpé zargiman pertinan pou defann nout kiltir (la donn a zot pou alé), konm nou la byin asiz ansanm, lo bann désidèr-la, i sava (swadizan) koz ansanm zot lekip pou di azot kosa larivé vandrodi swar-la. Zot i sava di poukoué nou lé pa dakor ansanm non-la.

Nou va vwar bann désizyon banna i sava pran. Kel kalandriyé i sava propoz anou, kosa zot i vé fé.

Nou va désid ant militan ansanm kosa nou sava fé pou tir bann plak « l’unité maloya ».

La di nou va arkoz desi pou war koman nou fé. Konèt si nou arsava war tout bann personel pou refleshi konmkifo. An atandan nou fé in not laksyion, nou invit tout sak i ve soubat pou défann séga-maloya, kontak a nou, nou va donn a zot le bann tralé détay su zarguman lo dé koté.

Koléktif Tinn pa nout mémwar

« Viv an kréol [...] lapa viv soman èk nostalzi lo pasé, nonva ! Viv ék son tan, kol èk lo bon koté lo modernité dan nout manir kréol, dan lo respé nout lidantité ». Dédé Lansor

Notes

[1Vendredi 4 septembre, s’est déroulée une rencontre avec la direction du pôle de santé mentale du CHU de Saint-Pierre. Cette rencontre s’est articulée autour d’un débat portant sur la nomination de l’unité de soin psychiatrique : unité Maloya.

Une délégation de 7 personnes a été reçue. D’autres défenseurs de l’identité culturelle réunionnaise étaient présents dans le hall de l’hôpital.

Il a été procédé à un échange de 85min avec les cadres de l’hôpital (2 psychiatres, le directeur du CHU, 2 responsables de pôle et une assistante de direction). Ce moment a été l’occasion pour nous d’exprimer notre désapprobation quant à cette nomination, moyennant des arguments qui nous paraissent essentiels, à nous Réunionnais.

Pour rappel, la direction nous informe qu’elle avait procédé à un vote restreint, qui était uniquement accessible au personnel de cette unité. Le nom Maloya fut choisi parmi une liste de noms, bien qu’un tiers des 50 personnes votantes se soient prononcées contre ce choix. Le deuxième nom de cette liste était « 4 épices ».

Les cadres ont justifié leur choix par ce vote réalisé dans leur unité fermée, émanant de « la base* » (*citation du comité directeur en présence) c’est à dire les non-cadres, et que celle-ci était « légitimement » à l’origine de cette appellation.

Ces « supérieurs » admettent ne pas avoir pris la mesure de toute la dimension du nom Maloya, faute de connaissance de notre culture et des acteurs associatifs, socio-culturels. Nous regrettons toutefois l’absence d’un membre représentant « la base » au sein du débat.

Au regard des éléments apportés et de notre insistance, la direction du CHU entend engager dans les plus brefs délais, un entretien avec l’équipe de cette unité et nous informer de la suite qui sera réservée à nos attentes.

Dès lors, suivant la décision de l’hôpital (transmission d’un calendrier d’actions, mise à jour de leurs intentions), nous déciderons de la suite à donner à notre action ayant pour finalité le retrait de la plaque « UNITÉ MALOYA » du pôle santé mentale.

Il a été évoqué un vote remettant en cause ou non, le nom Maloya, ou encore une nouvelle rencontre avec le personnel au complet, dans le cadre d’échanges constructifs.

Dans l’attente de ce calendrier, nous continuons la préparation d’actions futures, et nous invitons tous ceux qui veulent défendre les valeurs du Maloya et du séga à se joindre à cette cause. Ils en sauront davantage sur l’argumentaire qui a été développé par les deux parties durant cette rencontre.

« Pour nous, le choix est fait. Nous sommes de ceux qui refusent d’oublier. Nous sommes de ceux qui refusent l’amnésie même comme méthode. Il ne s’agit ni d’intégrisme, ni de fondamentalisme, encore moins de puéril nombrilisme ». Aimé Césaire

[2Kozman bann désidér-la

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter