Categories

7 au hasard 6 janvier 2014 : Porteurs d’eau, arroseurs et arrosés - 28 septembre 2013 : Qahera, super-héroïne voilée - 7 avril 2013 : Perle, emprisonnée depuis 27 jours - 5 août 2014 : Psychose : menace sur la maison de la peur - 13 janvier 2014 : Océan Indien : un oeuf mis à prix à 35.000€ ! - 4 novembre 2013 : Surrémunération : le feu aux poudres ? - 4 août 2015 : Film : La Réunion qu’on a oubliée... il y a 37 ans - 7 décembre 2014 : Mexique : un paysan de 21 ans s’immole par le feu - 28 octobre 2015 : « Jeunes, instruites, libres… et diabolisées » - 13 mai 2013 : Le péi qui danse -

Accueil > 7 au menu > 7 en photos > Photo : l’ombre du château du Gol

Péï oublié

Photo : l’ombre du château du Gol

8 août 2017
Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Portes et fenêtres closes. Terrain en friche. Murs décrépis. Cette rare photo du château du Gol (Saint-Louis) inspire un sentiment de désolation et d’abandon. Les hommes ont déserté les lieux et la nature a repris ses droits. Un arbre pousse collé contre la façade, obstruant une fenêtre, comme un défi à celui qui, à l’image d’un château de cartes, va bientôt s’écrouler... et dont il ne reste aujourd’hui plus aucune trace.

Le château du Gol, à Saint-Louis. Sources : Anom.

Comme dans le roman d’Émily Brontë...


La photo du château du Gol semble tout droit sortie du film de William Wyler, « Les Hauts de Hurlevent », adapté en 1939 du roman d’Émily Brontë. Mais en 1939, le château du Gol avait disparu depuis de nombreuses années. Abandon, solitude, décrépitude, ruines... Un processus fatal que subissent de nombreux édifices réunionnais aujourd’hui encore.

A travers ses lithographies, Antoine Roussin a légué aux Réunionnais de nombreux témoignages sur les paysages et mœurs de notre île au 19ème siècle. Il n’en demeure pas moins que la photographie nous réserve parfois aussi de belles émotions, comme avec cette très rare photo du château du Gol.

Cette image extraite du film "Les Hauts de Hurlevent" (ina) présente quelques similitudes avec la photo du château du Gol.

Autrefois, un domaine florissant avec des dromadaires


Sur le terrain, au Gol, il n’existe plus aucune trace du fameux château qui se dressait là, fièrement, « édifice d’un caractère unique à Bourbon » selon Jacob de Cordemoy. Le domaine était florissant et l’on y voyait même des dromadaires s’y promener « de leur pas lourd et cadencé ».

Seules témoignaient de l’existence de ce château deux lithographies de Roussin et quelques descriptions dans d’anciens récits, avec des appréciations très contrastées, les uns louant l’édifice, les autres le dénigrant. Cependant, dans le fonds des Archives nationales d’outre-mer, cette photo est là, elle aussi, pour attester de l’existence de cet improbable château...

L’atmosphère générale qui se dégage de cette photo nous indique que l’on est loin de la « belle époque » du château qui fut construit au milieu du 18ème siècle (1747) par le fils de Desforges-Boucher. Au cours d’un voyage à l’île Bourbon en 1794, le chirurgien Philippe Petit-Radel séjournera quelques jours dans le fameux château.

La château du Gol et ses cabris, faute de dromadaires... Illustration Antoine Roussin.

Un château somptueusement décoré


« Cet édifice, bâti en pierres avec toute la magnificence que les grands seigneurs européens déploient dans leurs constructions, s’élève sur le rivage qui, en cet endroit, est ombragé par des palmiers verdoyants, et rafraîchi par le voisinage d’un étang où se rendent toutes les eaux des collines voisines, écrit Philippe Petit-Radel. Ce château a été somptueusement décoré par un ancien gouverneur de Bourbon, M. Desforges ».

L’architecture du château fait cependant débat et certains trouvent même que le terme de « château » est mal approprié comme F. Cazamian qui le qualifie de « vaste maison d’habitation sans aucun caractère architectural ».

Autre vue du château du Gol, toujours par Antoine Roussin, avec quelques variations : les personnages se sont déplacés. Les cabris aussi ont bougé...

Les hommes ont déserté les lieux de longue date...


Toujours est-il que son déclin puis sa disparition au cours du 19ème siècle suite à des revers de fortune ont privé les Réunionnais d’un fleuron de l’histoire de l’île, d’un élément singulier du patrimoine créole.

Cette photo témoigne de l’état de décrépitude avancé de l’édifice et du domaine sur lequel il se dressait. Sur la façade, on distingue les miasmes du temps qui passe et les traces laissées par la destruction d’une aile qui prolongeait la bâtisse sur sa droite comme on peut le voir sur les lithographies de Roussin.

La désolation de la végétation alentour indique bien que les hommes ont déserté les lieux de longue date et l’arbre qui se dresse contre la façade obstruant une fenêtre annonce que la nature est en train de reprendre ses droits sur le château. Et aura bientôt gagné la bataille.

Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros

La sucrerie et le château du Gol. Fin du 19ème siècle. Source Anom.

Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros

Chroniques réunionnaises à quatre mains, avec Geoffroy Géraud Legros et Nathalie Valentine Legros.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter