Categories

7 au hasard 9 mars : Alain Peters : « J’ai entrevu l’infini » - 15 novembre 2015 : « Le monde est une triste boutique, les cœurs purs doivent se mettre ensemble pour l’embellir » - 20 octobre 2014 : « Lait sacré », l’antidote… - 9 décembre 2015 : Requin : la main dans le bocal - 31 mars 2014 : Humour involontaire... post-électoral - 5 octobre 2013 : Le drapeau ou la gratelle - 9 avril 2014 : Le présent de Saint-Paul : l’avenir de La Réunion ? - 19 mai 2015 : Claude Goasguen : « pour les Chrétiens d’Orient, victimes de génocide religieux » - 11 août 2016 : Chagos : un nouveau cri dans le silence - 8 décembre 2015 : La gauche et le centre unis : voici la liste -

Accueil > Perle & Fagnomba : le combat continue ! > Perle manifeste à Londres contre Rio Tinto

Droit des travailleurs et pollution

Perle manifeste à Londres contre Rio Tinto

17 avril 2014
Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Perle Zafinandro-Fourquet avait annoncé la couleur dès sa libération le 30 avril 2013 après 50 jours passés dans la prison de Fort-Dauphin : « la lutte est nécessaire » déclarait-elle. Elle tient parole. Nous la retrouvons en première ligne, dans le quotidien britannique de référence « The Guardian » qui relate une manifestation organisée il y a deux jours à Londres contre Rio Tinto. Retour sur une femme et un parcours hors du commun.

Il y a un an, Perle Zafinandro-Fourquet était emprisonnée à Fort Dauphin. 50 jours derrière les barreaux. 50 jours sans plier. « On était 6 par cellule, pièce de 2m2 avec le trou au milieu, et le plus dur était la nuit où les rats s’en donnaient à cœur joie », racontait-elle à peine libérée...

Flash-back... 2013 : Perle Zafinandro-Fourquet, franco-malgache de 47 ans, et six membres de l’association Fagnomba (Entraide) croupissent derrière les barreaux, à Fort-Dauphin depuis le 12 mars. Il leur est reproché d’avoir, le 27 février 2013, porté atteinte (dégradations et vol de matériel, notamment trois disques durs) à un bureau de la CENIT, Commission électorale nationale indépendante de transition. Fagnomba dément formellement.

Février 2013 : Perle au coeur du combat contre "QMM - Rio Tinto".

Porte-parole de Fagnomba, Perle Zafinandro-Fourquet, qui vit depuis plus de 20 ans à La Réunion, s’est engagée en 2010 auprès des villageois de la région de « Anosy » qui s’estiment spoliés par le trust minier QMM. Faut-il voir dans cet engagement les raisons de l’arrestation et de l’incarcération de Perle et du « noyau dur » de Fagnomba ? QIT Madagascar Minerals (QMM), détenue à 80% par Rio Tinto et à 20% par l’Etat malgache, exploite l’ilménite de Madagascar, espèce minérale prisée pour sa teneur en bioxyde de titane de 60% — utilisée pour la fabrication de peinture —, qui lui confère une qualité supérieure à celle de la plupart des autres gisements dans le monde. Perle passera 50 jours en prison et sera libérée le 30 avril 2013.

Un an plus tard, nous retrouvons Perle à Londres dans une manifestation « anti Rio Tinto ». Manifestation relayée par la presse internationale dont « The Guardian » qui illustre son article d’une photo où Perle apparaît en première ligne, pancarte à la main. Le géant mondial de l’industrie minière, Rio Tinto qui tenait son assemblée générale annuelle à Londres ce 15 avril, cristallise un mécontentement croissant au niveau international. Ce mouvement de protestation structuré par de puissants syndicats (notamment « IndustriAll Global Union »...) réunit aussi des représentants des populations spoliées.

A l’occasion de l’assemblée générale annuelle de Rio Tinto, les manifestants ont donc choisi de globaliser leurs revendications, dénonçant notamment de « très larges violations des droits fondamentaux » des travailleurs, plus particulièrement en ce qui concerne leur sécurité mais aussi de nombreux abus en matière environnementale aux quatre coins de la planète : Indonésie, Madagascar, Namibie, Australie, Etats-Unis, etc.

Kemal Özkan, secrétaire général adjoint de IndustriAll — qui représente 50 millions de travailleurs à travers le monde —, a rappelé la tragédie des 33 mineurs morts écrasés par l’effondrement d’un tunnel dans une mine d’or en Indonésie au mois de mai dernier.

Pour sa part, Perle Zafandro-Fourquet a une fois de plus dénoncé l’accaparement des terres à Fort-Dauphin par Rio Tinto-QMM ainsi que le désastre écologique engendré par l’exploitation de l’ilménite.

En ce qui concerne Madagascar, Sam Walsh, PDG de Rio Tinto a « présenté ses excuses pour le manque de communication et a promis un meilleur engagement auprès de la population locale », rapporte « The Guardian ». Il a par ailleurs évoqué la possibilité de travailler à la réhabilitation des sites impactés, notamment en menant une campagne de reboisement... « Comment allez-vous faire pousser des arbres sur des sols désormais morts », a lancé Perle Zafinandro-Fourquet.

Richard Solly, coordinateur de « Londres Mining Network » (alliance des droits de l’homme, du développement, de l’environnement et de groupes de solidarité) a insisté pour sa part sur « les attaques contre les droits des travailleurs, et la destruction de l’environnement qui ont un impact particulièrement dommageable dans le monde entier ».

Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros

Retrouvez Perle et les Fagnomba

Le café citoyen l’Arcadie de La Réunion vous invite à son prochain ciné-débat :
Mercredi 23 avril 2014 à 20H
au café culturel La Cerise, à Saint-Paul (1, rue Eugène Dayot)
« JE VEUX MA PART DE TERRE »
de Jean-Marie Pernelle et Frédéric Lambolez, produit par En Quête Prod (2013)

Projection suivie d’un débat :
QUEL EST L’IMPACT DE LA MONDIALISATION DANS LA ZONE OCÉAN INDIEN ?
L’exploitation des ressources minières à Madagascar et dans la ZOI attire de nombreux investisseurs étrangers. Quelles sont les conséquences sur la population locale ? Quel est l’impact sur le tourisme, sur l’écologie ?
Débat en présence des réalisateurs du film, Jean-Marie Pernelle et Frédéric Lambolez.

Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros

Chroniques réunionnaises à quatre mains, avec Geoffroy Géraud Legros et Nathalie Valentine Legros.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter