Categories

7 au hasard 24 janvier 2014 : A désespérer les exclus et les salariés ! - 22 juin : Rabearivelo, quand un poète quitte délibérément la vie - 23 septembre 2013 : Guerre en Syrie... un jeu vidéo ? - 30 mars 2015 : Paul Vergès : « La droite peut toujours rêver » - 4 juin : Café... pour Issambe, ancien esclave, qui pleure à petit bruit - 30 mars 2013 : Bientôt la nuit - 2 avril 2013 : Deux arts pour l’île perdue... et retrouvée - 15 juillet 2016 : Les amants maudits traqués dans la ravine - 12 juin 2014 : « Fridom, c’est un mètre de Nouvelle Route du Littoral » - 20 août 2014 : L’Australie pourrait bien espionner votre ordinateur... -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Perceval Gaillard : « Un assassinat social dans l’ombre de l’affaire Benalla (...)

Cap 2022

Perceval Gaillard : « Un assassinat social dans l’ombre de l’affaire Benalla »

25 juillet 2018
Perceval Gaillard
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Dans l’ombre de l’affaire Benalla, un rapport dévoile la feuille de route du Gouvernement : la disparition annoncée du service public républicain, avec, entre autre, des professeurs « recrutés sur la base du volontariat », l’accueil des administrés par des « robots physiques » et des consultations médicales par Internet.

Perceval Gaillard à propos du programme "Cap 2022" : "Ce plan de destruction massive se déroule à l’ombre des affaires et des polémiques".

« Cap 2022 » dynamite le pacte républicain


Rendu dans la plus grande discrétion et dissimulé à la population, le rapport « Cap 2022 » dynamite le pacte républicain et condamne toutes les fonctions publiques.

L’affaire Benalla occupe les esprits. On pourrait faire croire que la machine infernale qui appauvrit les pauvres, enrichit les riches et s’attaque à ceux qui servent l’Etat, est en panne. Il n’en est rien.

En juin dernier, Anicet Le Pors, ministre de la fonction publique entre 1981 et 1983 sous la présidence de François Mitterrand, tirait la sonnette d’alarme dans une interview accordée à la « Gazette des communes ».


« Cap 2022 », énième « machin » et prétendus « experts »


Selon l’ancien ministre, Emmanuel Macron, animé « d’une hostilité totale envers tout ce qui apparaît comme réglementation statutaire des salariés », mène une « croisade intelligente, progressive, insidieuse », contre la fonction publique en général et la fonction publique territoriale en particulier. Celle-ci est « la cible privilégiée des adversaires du statut de la fonction publique ».

Pour mener cette lutte contre 20% de la population active française, le Gouvernement s’est doté d’un outil : le groupe « Cap 2022 », énième « machin » composé de prétendus « experts », qui vient de rendre des « conclusions ». Conclusions consignées dans un rapport et évidemment conformes aux vœux du Gouvernement. Un rapport si explosif que le Gouvernement a voulu le dissimuler : c’est un syndicat qui l’a finalement fait passer à la presse.

A la lecture, on comprend vite les mots d’ordre de ce rapport, formulés dans la langue de bois habituelle [« supprimer les doublons », « améliorer », « mutualiser », « activer les forces vives »]. Le vrai cap du Gouvernement, c’est : plus de contractuels, moins de titulaires. Plus de missions de service public, moins de moyens.

Cap 2022 , un vrai manger-cochon !

Les robots, ça ne revendique pas...


Dématérialisation des services à la personne : en clair, fini les salles d’attente, consultez le docteur sur Internet. Le rapport [p. 44] nous parle même des futurs agents « robots physiques » qui prendront en charge les administrés. Bonne idée ! Les robots, ça ne revendique pas.

Un vrai manger-cochon, donc. On y trouve des équations impossibles : réduire les décès en fermant des lits d’hôpitaux et en coupant 5 milliards dans les dépenses de santé [p.52]. De la science-fiction [les robots]. Des catastrophes annoncées : transfert des écoles maternelles et élémentaires aux intercommunalités [p.65]. Et au détour d’une phrase, la mise à mort de l’école républicaine : « créer un nouveau corps d’enseignants qui pourrait se substituer progressivement à celui de professeur certifié » [p. 65], recruté, cerise sur le gâteau, « sur la base du volontariat ».


Un système fondé sur l’inégalité, pire que le système américain


En moins de 100 pages, les « experts » — proches du patronat, précise la « Gazette des communes » — dynamitent le pacte républicain à tous les niveaux : social, territorial et éducatif. Et dessinent un système fondé sur l’inégalité, pire encore que le système américain.

A La Réunion, l’application de ces « réformes » serait encore plus catastrophique au vu des forts taux de chômage, d’illettrisme et de pauvreté qui règnent dans l’île. La démolition de la fonction publique territoriale est la première de ces catastrophes annoncées : la réduction des moyens, des effectifs et des concours met en danger l’une des rares filières administratives qui permet aux Réunionnais de vivre et de travailler au pays.

Un logo... déprimant.

Se mobiliser de toutes nos forces contre « Cap 2022 »


Elle dynamite l’un des derniers amortisseurs sociaux, déjà bien endommagé par la suppression brutale des contrats aidés et de l’APL accession propriété.

Ce plan de destruction massive se déroule à l’ombre des affaires et des polémiques. Il faut empêcher sa mise en place et se mobiliser de toutes nos forces contre ce Gouvernement.

La première étape, c’est un soutien sans faille aux fonctionnaires hospitaliers, aux enseignants, aux fonctionnaires territoriaux et aux syndicats qui, en défendant leurs droits, défendent les droits de tous les citoyens.

Perceval Gaillard

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter