Categories

7 au hasard 14 juillet 2013 : « Je ne me comportais pas comme une prisonnière » - 16 décembre 2014 : Jardin de l’État : une place à côté de la plaque ! - 26 octobre 2014 : Danyèl, nou lé pa fatigué ! - 29 septembre 2013 : Hécatombe de dauphins... à cause d’un sonar ? - 13 mars : Quand les Chagos étaient présentées comme une destination touristique - 13 août 2013 : L’ancêtre endormie dans la montagne... - 5 juin 2014 : Maïs créole contre maïs OGM - 5 février 2014 : La politique du chien crevé - 4 juillet 2012 : AAMAR réagit : « chemin de fer, la seule alternative ! » - 1er juin 2013 : Le désir d’être exempt de désirs... -

Accueil > La Réunion > Economie et société > « Paul Vergès, son maloya, son trans, son gayarsité »

Tribune Libre d’Eric Alendroit

« Paul Vergès, son maloya, son trans, son gayarsité »

15 novembre 2016
Eric Alendroit
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Paul Vergès a inspiré, animé et influencé la vie politique réunionnaise de bout en bout durant plus de 70 ans. Mes premières pensées vont à la famille, aux amis-es et camarades de Paul Vergès. Je leur présente ici mes condoléances et les assure de mon soutien moral.


Paul Vergès, une histoire d’amour avec La Réunion


Il n’est pas nécessaire de partager ses convictions politiques pour en prendre conscience et rendre hommage à la longévité de son engagement et à la qualité de ses combats. Cette obstination à résister et à lutter contre les inégalités et les injustices ont été nourries d’amour. L’amour pour La Réunion. Un amour qui a irrigué chacune de ses analyses, propositions et actions.

Il a côtoyé — voire été ami avec — les dirigeants de plusieurs pays et aurait pu faire une carrière politique à un niveau international, et pourtant c’est bien ici qu’il a mené son action avec les échecs et les réussites que l’on connaît.

JPEG - 67.6 ko
Scène de maloya. Lithographie d’Antoine Roussin.

La diversité des cultures


Jamais il n’a lâché — trouvant parfois que cela n’allait pas assez vite, changeant parfois de chemin, posant un regard critique sur ce que faisaient ses pairs — et dans son soubik toujours le lien indéfectible d’amour pour La Réunion.

Un homme brillant et simple, en relation continue, aux côtés et agissant avec tous et toutes, maîtrisant ses dossiers, et surtout connecté sur les valeurs essentielles de La Réunion : la diversité des cultures.

Il n’est réductible à rien tant l’ampleur de son action est conséquente. L’enseignement que je partage ici c’est qu’il connaissait La Réunion, l’aimait et avait compris que faire politique dans l’intérêt commun ne pouvait que s’appuyer sur les dimensions culturelles du peuple réunionnais.

JPEG - 50.7 ko
1979 : « Maloya pour la liberté », documentaire réalisé par Jacqueline Meppiel à l’occasion de la visite de Georges Marchais à La Réunion.

Son Maloya a li, son trans, son gayarsité


Il a contribué à l’émergence de la conscience que nous avons de nos cultures. Il a encouragé à être en contestation pour défendre et valoriser notre rénionité. Que nous pouvons être Réunionnais sans rien renier des différentes origines de nos ancêtres.

Son Maloya a li, son trans, son gayarsité, étaient ceux de la vision, du verbe et de l’action et toujours ancrés dans la terre réunionnaise.

Lutter contre le système colonial est une tâche extrêmement complexe et bon nombre de grands dirigeants du XXème siècle, d’Afrique, d’Asie, d’Amérique du sud, ont pu le mesurer. Paul Vergès n’y a pas échappé. Mais l’avoir fait avec la création du Parti Communiste Réunionnais en affirmant très clairement la volonté autonomiste est déjà un acte de courage.

JPEG - 95.1 ko
1976 : deux disques de maloya enregistrés à l’occasion IVème congrès du Parti communiste réunionnais. © 7 Lames la Mer.

Les premières pierres d’un pouvoir politique réunionnais


Il laisse en héritage les premières pierres d’un pouvoir politique réunionnais, les premiers chantiers de la construction identitaire, les premières tentatives d’autonomie énergétique, les premières approches de co-développement, les premières stratégies de rassemblement et d’alliance, l’envie d’exercer nos responsabilités…

Les hommes et les femmes de cette envergure ont forcément des parts d’ombre et de lumière. Je retiens les lumières et prends son passage comme une invitation à entreprendre la suite en Réunionnais, en s’appuyant sur son courage, ses meilleurs actes et sur son amour pour La Réunion.

Eric Alendroit
Nyabou-mouvman politik

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter