Categories

7 au hasard 25 juillet 2016 : La ballerine était en noir - 29 juin 2013 : Surabaya : le zoo de la mort - 15 octobre 2015 : Chagos : compte à rebours en « zone de guerre » - 5 septembre 2015 : Musique ! Avec le « Kombi Sound System » - 21 avril : Hôtel de ville de Saint-Denis : des Étuves à la rue Royale - 22 juillet 2013 : Sauvons l’opéra Fridom - 17 février 2013 : Commère papangue - 27 avril 2012 : AAMAR : la charte - 5 novembre 2011 : Oze et Socko... La brèz dann karo koton ! - 17 septembre 2015 : Alain Peters... pou réchof lo ker -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > « Pas de compétition entre République laïque et liberté de culte (...)

Tribune Libre de Thierry Robert

« Pas de compétition entre République laïque et liberté de culte »

26 février 2015
Thierry Robert
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

« Notre désir d’une République laïque ne peut en aucun cas être mis en compétition avec la liberté de culte inscrite dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen », déclare Thierry Robert, rappelant la « légitimité de cette revendication » de jours fériés de la part des « pratiquants des religions autres que la religion chrétienne ». Le député-maire de Saint-Leu propose une réunion de « l’ensemble des responsables religieux, des élus, des exécutifs des chambres consulaires et des syndicats patronaux et de salariés afin d’aboutir à une solution acceptée par tous ».

Montage réalisé à partir des illustrations extraites de : "La Réunion de A à Z, 100 mot sur La Réunion". Textes : Vignol & Vignol avec l’aimable participation de Patrice Treuthardt. Graphisme : Elsa Lauret. Les Éditions du Boucan. 2007

L’amendement Bareigts enflamme les conversations et provoque une polémique attendue à l’échelle de l’Hexagone. Son effet, qui est de donner la possibilité au préfet de remplacer des jours fériés chrétiens par des « jours fériés locaux » en fonction des réalités confessionnelles des Outre-mer, est un souhait ancien des communautés religieuses.

Lorsque l’on vit à La Réunion, c’est une demande qui est comprise par tous. Vue de l’Hexagone, la récupération politique était inévitable autour de la question communautaire suite aux événements meurtriers survenus à Paris en début d’année.

Pour autant, notre désir d’une République laïque ne peut en aucun cas être mis en compétition avec la liberté de culte inscrite dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Ce n’est jamais le « bon moment » pour parler de cette revendication pourtant légitime des pratiquants des religions autres que la religion chrétienne.

Cependant, il faut savoir faire preuve de discernement sur des questions aussi sensibles dans le contexte que nous connaissons. Sur une question censée nous rassembler, nous divisons encore un peu plus l’opinion publique.

Je l’affirme, c’est avant tout une question locale ! Ce que je veux dire c’est que nous aurions dû nous entendre localement. En partant de l’existant, chacun devrait être capable de trouver un consensus pour sauvegarder notre modèle de vivre ensemble.

Nous pourrions réunir l’ensemble des responsables religieux, des élus, des exécutifs des chambres consulaires et des syndicats patronaux et de salariés afin d’aboutir à une solution acceptée par tous.

La solidarité est une valeur essentielle de notre société réunionnaise et à travers cela, la notion de partage doit guider un accord. C’est notre responsabilité d’élus réunionnais.

Il ne faut surtout pas que la polémique qui enfle au niveau national ressurgisse sur notre île. Il y a un proverbe malgache qui dit : « Quand l’eau déborde, les digues sont rompues ; quand le cœur déborde, l’entente est rompue ».

Tâchons de ne pas prendre ce débat trop à cœur si nous voulons conserver notre belle entente entre toutes les communautés.

Thierry Robert
Député-maire de Saint-Leu

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter