Categories

7 au hasard 24 février 2013 : Chroniques d’une détresse ordinaire - 19 octobre 2015 : Olivier Bancoult : Vivre libres sur la terre de notre naissance ! - 27 juillet 2016 : Maldives : un troisième homme dans le couloir de la mort - 15 mai 2015 : La statue de Mahé n’est pas une relique religieuse ! - 2 avril 2013 : Deux arts pour l’île perdue... et retrouvée - 21 novembre 2016 : Paula M-Becker savait qu’elle ne vivrait pas longtemps - 20 janvier : Charly Lesquelin sollicite tous nos sens - 16 juillet 2014 : Cachez ce vagin que je ne saurais voir - 13 avril 2013 : Assange à la reconquête du passé - 9 juin 2016 : Béjart : le sacre du moringue -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Domin lé dan nout dé min > Oze : « Mon Foutan, sé 7an masérasyon »

POCPOC & HIP-HOP

Oze : « Mon Foutan, sé 7an masérasyon »

17 juillet 2014
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le rappeur réunionnais Oze a rejoint le site de financement participatif Pocpoc pour mener à bien son projet : la production de son deuxième album solo intitulé « Mon Foutan ». “L’amour de ma langue maternelle et de la culture réunionnaise sont les piliers de cet album, explique Oze... Tantôt militant , « foutan », tantôt « founkèr ».” A vos claviers. Interview bilingue !

Geoffroy Géraud Legros : Oze, voici un bon moment que la sortie de « Mon Foutan » est annoncée. Pourquoi avoir aujourd’hui recours au financement participatif (crowdfunding) ?

Oze : Poukwé ? Bin parské na lontan i dwa sorti. Domoun té i réklam. Sak fwa mwin néna le ti moné pou fé sorti, na in linprévi i tonm, larzan i sava... Aprésa, néna bann « fan », bann dalon la di amwin « akoz ou fé pa sa » ? Forstan, mwin la di : anon war !
Pourquoi ? Parce que cela fait un moment que les fans le réclament. Mais les finances ne suivent pas, c’est ça l’auto-production. Puis on m’a parlé de ce système de financement et j’ai dis « pourquoi pas » ?

GGL : Avez vous hésité à recourir à ce mode de financement ?

Oze : Wi, parské, parèy pou mwin, minm si mwin néna bann « fan » fidèl, m’i oubli pa in nafèr : lo rap sé lo mizik lo pli piraté. Na bonpé domoun i ékout mé na pwin bonpé i asté. Aprésa mwin la maziné mon mizik lé ékouté par in piblik larz, an plis kan mwin la ariv si Pocpoc.re té ékri : « Pa kapab lé mor san éséyé »... frlg ... Bin m’i ésèy astèr !
Oui, parce que le rap est la musique la plus piratée tout en étant la plus écoutée. Après coup, je me suis rappelé que mes fans, c’est plus les darons darones que les gamins même si il y en a. Et sur le site Pocpoc.re, il y a le slogan : « Pa kapab lé mor san éséyé ». J’ai pris ça pour un signe ! mdr

GGL : Vos travaux ont depuis longtemps un degré de notoriété qui va au-delà de l’underground réunionnais. D’où viennent vos difficultés à terminer « Mon Foutan » ?

Oze : Lo pli gro problinm sé lo finansman ! Fé tout par ou minm, na son limit. Aprésa néna osi lo problinm bann prestasyon : kan ou fé pa dolo sikré, byinsa si ou koné pa intèl, bann gro podiom, gro festival i pran pa ou. Sinon i di aou vyin gratuit, dann lèr domoun la pokor arivé. Sad i pas apré, souvandéfwa, la pa fé lo kar sad ou la fé, i rap pa térib, mé zot i koné mésyé ou madam intèl... La touzour été konma. Dan bann kondisyon-la, difisil trouv in nouvo piblik. Riyink lo bann zabityé, lo bann konésèr i suiv. Mé an rézon, na pwin bonpé ...
Le gros frein, c’est le financement ! L’auto-production a ses limites. Il y a aussi le manque d’exposition : quand on touche aux sujets que je traite, on est très peu sollicité, du moins pas par les « gros » ; ou on te dit : on te programme si tu veux mais gratuitement, au moment où il y a personne... juste parce que monsieur ou madame untel ne fait pas partie de ton cercle d’amis. Dans ces conditions, difficile de trouver un nouveau public, de nouvelles dates, etc.

GGL : Vous ne disposez pas de subventions, est-ce par choix ?

Oze : Wi parské mwin la touzour fonksyone konma. Ou giny in sibvansyon, lé byin gayar, ou sort out lalbom, mé si i rès dann réyon magazin pou la pousyèr mont dési, kosa i sèrv ? Anplis, mwin la fini travay èk santèr sibvansyoné, néna i di aou : « di pa sa, n’i giny sibvansyon èk banna nou ». Si « subvention = muselière », non mèrsi m’i vé pa. Bonpé i sansir azot zot minm ! Sa in mantalité kréol sa... Lé malizé di ali mé lé konmsa : i fo pa ravaz lo mèt ! Mé la, pou « Mon Foutan », le « financement participatif » i pèrmèt amwin osi war si lèr zordi in lalbom konm lamyinn na son plas isi, na son piblik. M’i di pa m’i fra zamé in domann sibvansyon, mé pou linstan lé pa dan mon lozik artistik.
Oui, ce n’est pas dans ma démarche, une subvention ne suffit pas, si c’est pour que l’album reste sous la poussière dan un rayon du magasin ! De plus, j’ai rencontré des artistes qui m’ont fait comprendre malgré eux que « Subvention = Muselière »... Donc très peu pour moi. Avec le financement participatif, je peux aussi voir si en 2014 mon style de rap a encore une place, a encore un public. Je ferai peut être une demande de subvention dans le futur, mais pas pour l’instant.

GGL : Certains de vos textes ont fait polémique. Ceci explique-t-il cela, pour partie au moins ?

Oze : Si akoz sa mwin la pa fé domann ? Wi inpé. Mwin la déza pik lo bann politisyin anti-kréol, sad san di lo non, nout tout i koné kisa i lé... Apré èské banna té i sar done amwin ou pa si mwin té fé in domann ? M’i pé pa di aou, minm si mwin néna mon lidé dosi lo zafèr.
J’ai déjà piqué au vif des politiciens dans mes textes. Certains, de simple maire d’autres au sommet de la pyramide... Donc, oui de mon côté cela a dû jouer. Après, est-ce que si j’avais fais une demande, elle aurait été accordée ? Bonne question...

GGL : Y aura-t-il des titres polémiques sur « Mon Foutan » ? Des titres politiques ?

Oze : Wi byinsir, mé nora pa riyink saminm. Konm m’i di dan lintro lalbom : « Néna foutan, néna fonnkèr /nora kontan, nora grokèr »... I sra « du OZE » konm i di : san dolo sikré, in « Kréol explicit » èk 7an masérasyon. Nora bann morso konm « Sistinm kolon », « Pou la pé », « Madagaskar »... Malgré lo swa final la pokor fé, mwin néna apépré 20 morso pou in 12,13 tit si la fin... In lalbom la pa in konpil, i fo fé in nafèr i mars ansanm !
Oui bien sûr, mais pas seulement, j’aurais plus l’appeler « kréol explicit 2 » avec 7 ans de gestation. Il y aura des morceaux qui s’appellent « Sistinm kolon », « Pou la pé », « Madagaskar »... Chacun se fera sa propre idée du contenu. Pour l’instant j’ai 20 titres, avec une base solide de 6 titres et entre 6 et 8 titres de plus à ajouter sur lesquels je ne me suis pas encore décidé.

GGL : Combien de morceaux originaux sur l’album ? Combien de morceaux issus des mixtapes ?

Oze : Tout morso si lalbom i sra riyink pou lalbom, détrwa la déza été si internèt pou fé ékouté ou zot la di war lo klip mé m’i rékipèr pa bann morso sorti si mon bann « net tape » par ègzanp. Pétèt si néna domann ma mèt bann morso déza sorti an « bonus tracks », mé saminm... Riyink sad la fini suiv mon bann dernyé konsèr néna in lidé kosa nora dési... Na morso m’i fé riyink an « live », m’i mèt pa si intèrnèt.
La plupart des titres sont inédits, d’autres sont disponibles en version clip ou en écoute sur internet, mais je ne mettrai pas de titres que j’ai sorti sur une de mes net-tapes.

GGL : Vous êtes une figure de la scène hip-hop locale, voire même un « ancien »... Que dites-vous à la génération qui lève ? Et d’abord, y a-t-il une génération qui lève ?

Oze : Wi néna, anndan na sad lé byin parti, épi na sad i suiv kouran... Lé parèy kan mwin la komansé, sof koméla, konm ninport kisa i giny mont in stidyo son kaz, malgré lanrozistroman lé pa térib, nadfwa ou tonm si bann bon sirpriz, souvan si bann mové... Koméla na plis santèr/rapèr, mé an poursantaz, sad lé bon, na mwins ké na 20an déryèr... I fo di osi koméla lo bann référans lé pi lo minm. Avan in bon rapèr té sad navé tèks té i débwat. Koméla sé sad i tourn lo plis si radyo èk dann télé, sad i fé le « buzz ». Mé sa nou koné la zamé été in kritèr-d talan. Mon dèrnyé mo pou sad i lèv sé : arèt krwar pars ou lé né kréol ou giny manyé out lang natirèlman. Sak pèp i aprann son lang, anou akoz non ? Lo « bouche à oreille » na son limit. Lékol i ral ankor lo trin, i asim pa vréman nout koté biling. Anon fé « par nou minm, pou nou minm ».
Oui il y a une nouvelle génération, ceux qui se démarquent et ceux qui suivent la vague... Il y a beaucoup plus de chanteurs-rappeurs de nos jours que lorsque j’ai commencé. Mais au final, les très talentueux sont aussi peu nombreux qu’avant. On n’a pas les mêmes références, nous on a connu « Time bomb », « Arsenik », la « Brigade », la « Cliqua »... Avant, le bon « mc » était celui qui mettait tout le monde d’accord, l’art du texte, maintenant c’est celui qui fait le plus de buzz. Mon dernier mot (jean pierre mdr) sera pour les jeunes justement : il faut arrêter de croire que le Créole est inné chez nous. On le parle, on se comprend, mais 99% d’entre nous ne maitrisent pas la langue... Le « bouche à oreille » a ses limites. Si aujourd’hui on me dit que j’ai une belle plume en créole (encore mieux qu’avant mdr...) c’est parce que, à un moment donné, je me suis posé la question suivante : « chaque pays, chaque peuple apprend sa langue maternelle. Pourquoi pas nous » ? En attendant que l’école coloniale assume pleinement notre bilinguisme, faisons-le nous-mêmes : « Par nou minm, pou nou minm ».

Propos recueillis par Geoffroy Géraud Legros

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter