Categories

7 au hasard 26 février 2016 : Caroupaye a peut-être plus raison qu’il ne pense... - 28 octobre 2016 : Langue créole : Célimène devant - 5 juin 2015 : Du tangage à Stella Matutina - 2 août 2013 : « Zones mortes » dans l’océan Indien - 21 juillet 2015 : Azuima Issa, Miss Réunion 2015 : Réunionnaise, point barre ! - 12 mars 2014 : Grands projets : danger, élections ! - 27 septembre 2014 : Mickaël Dejean : prix du jury pour son bureau sans vis cachées - 11 août 2016 : Russie : la poutre dans l’œil d’Hillary - 15 juin 2014 : Coupe du monde : ce que la télé vous a (encore) caché - 18 juin 2014 : Une bibliothèque est un acte de foi -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Où est l’intérêt supérieur des élèves ?

François Fasquel : rentrée scolaire

Où est l’intérêt supérieur des élèves ?

21 janvier 2014
François Fasquel
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Nous sommes la seule académie avec un tel calendrier et une longue période de coupure pendant l’année scolaire. De l’aveu des enseignants, chaque rentrée des vacances de l’été austral pose les mêmes problèmes : élèves fatigués et agités par la chaleur, enseignants agacés de devoir rappeler les règles de vie de classe et de revoir les acquis oubliés de la première moitié de l’année scolaire.

PNG - 1.9 Mo
Photo Gabriel Blanc

Un déni de démocratie et un non-sens éducatif

Ce lundi 20 janvier, 206 630 élèves de la maternelle au lycée ont effectué leur seconde rentrée scolaire après quatre semaines et demie de congé au beau milieu de la saison des pluies. Nous sommes la seule académie avec un tel calendrier et une longue période de coupure pendant l’année scolaire. De l’aveu des enseignants, chaque rentrée des vacances de l’été austral pose les mêmes problèmes : élèves fatigués et agités par la chaleur, enseignants agacés de devoir rappeler les règles de vie de classe et de revoir les acquis oubliés de la première moitié de l’année scolaire. Alors, ces enseignants ralentissent encore un rythme qui était déjà faible une semaine avant la sortie en décembre et reviennent en arrière pour ne pas perdre les élèves. Quelle perte de temps !

A l’heure où une vaste réforme a été engagée par le ministre de l’Education Nationale pour améliorer les fameux rythmes des enfants dans le premier degré, il est urgent de repenser notre calendrier dans son intégralité. Est-il normal que nos enfants passent plus de temps à l’école pendant la saison chaude ?

PNG - 1013.5 ko
Photo Gabriel Blanc

Tous les spécialistes de l’enfance le concèdent : notre calendrier actuel est une absurdité et ne répond en rien aux attentes des élèves. Par ailleurs, en choisissant de raccourcir d’une semaine les vacances de l’été austral, Monsieur le Recteur désavoue le calendrier mixte en montrant que la coupure est trop longue, qu’elle n’est pas efficace pour les élèves et qu’elle n’a aucun sens au milieu d’une année scolaire. Son souhait de rapprocher notre calendrier aux rythmes métropolitains est légitime. Cependant, régis par un climat tropical dans l’hémisphère sud, nous devons inverser le calendrier dans l’intérêt de l’enfant.

Le Parti de Gauche rappelle que le calendrier retenu par Monsieur Le Recteur jusqu’en 2017 ne respecte pas l’avis partagé par tous les acteurs de l’éducation dans notre académie, dont les élèves sont au centre. Le calendrier actuel n’a même pas reçu l’aval du CAEN (Conseil Académique de l’Education Nationale).

Nous demandons donc à Monsieur le Recteur qu’une table ronde réunissant les représentants des parents d’élèves, des personnels de la santé, des élèves et des enseignants soit mise en place rapidement et fasse l’objet d’un vrai débat. La seule lanterne qui doit nous guider sera l’intérêt supérieur des élèves.

Le calendrier climatique protège nos enfants

En métropole, aucunes vacances n’excèdent deux semaines pendant l’année scolaire. Les grandes vacances de juillet/août sont aussi les deux mois les plus chauds de l’année : rien de plus logique. Faisons la même chose dans notre académie ! Les élèves seront plus concentrés et apprendront mieux ; les enseignants perdront moins de temps. En outre, si la majorité de l’année se déroulait pendant l’hiver austral, nous prendrions moins de risque pour nos enfants au moment d’un épisode cyclonique et/ou pluvieux.

Enfin, pour ceux qui pensent que le calendrier climatique handicaperait les élèves partant poursuivre leur scolarité ou leurs études en métropole, rien n’est plus faux. En effet, moins de 4% des élèves quittent La Réunion. Pour cette minorité, il s’agit avant tout d’élèves qui ont terminé un cursus comme les bacheliers. Si un lauréat du baccalauréat termine son année en février après deux mois de vacances et s’inscrit dans une école en métropole à la rentrée de septembre, il pourrait mettre à profit ses six mois pour trouver sa voie et mieux se préparer à la difficile et sélective première année. Des écoles partenaires en métropole faciliteraient les démarches et le choix de l’étudiant.

Respecter les rythmes de nos enfants, nous on peut !

Contre l’inertie des partis au pouvoir et certains acteurs privés complaisants, le Parti de Gauche propose le calendrier suivant à partir de la rentrée 2016 :

Rentrée scolaire le lundi 15 février 2016.
  • Vacances 1ère période : du 2 avril au 17 avril 2016.
  • Vacances 2ème période : du 4 juin au 19 juin 2016.
  • Vacances 3ème période : du 6 août au 21 août 2016.
  • Vacances 4ème période : du 8 octobre au 23 octobre 2016.
  • Vacances de l’été austral : du 19 décembre au 13 février 2017.

Notre souhait est que le calendrier climatique fasse l’objet d’un vrai débat citoyen. Notre ambition est de convaincre toute la population du bien-fondé de nos propositions.

Osons le meilleur calendrier pour nos enfants !

François Fasquel,
Parti de Gauche.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter