Categories

7 au hasard 13 février : Cyclone Clotilda : vendredi 13 et salaire de la peur - 27 mai 2014 : Présence sur Internet : Université de La Réunion en pâle position ! - 21 octobre 2017 : Une regrettable impasse sur les Chagos - 18 novembre 2013 : Au nom de la Reine, du Roi et du Guetteur... - 25 août 2018 : Le Barachois comme vous ne l’avez jamais vu - 2 juin 2014 : RévEAUlution ? De la pluie... à volonté ! - 22 novembre 2016 : La « Petite fille du Bon Dieu » au cimetière de Saint-Denis (2) - 25 février 2014 : Des lieux mal dits - 4 juin 2015 : Le cœur de l’action politique doit évoluer ! - 8 septembre 2018 : Le nectar plus ultra des cafés arabica est réunionnais -

Accueil > La Réunion > Politique réunionnaise > Objectif Réunion : le charabia en confiance

Campagne électorale

Objectif Réunion : le charabia en confiance

17 août 2015
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

On se demande si les encarts partagés par les militants d’Objectif Réunion sur les réseaux sociaux sont destinés à « soutenir » ou à « moucater ».

C’est Jean-Paul Virapoullé qui doit être « bandé ». Et il aurait quelque raison de l’être.

Dialecticien ferré, aussi habile dans le maniement de la langue tribunicienne que dans celui des rudes patois institutionnels, le patron de Saint-André se voit imputer des propos sans rime ni raison ni syntaxe par l’un des encarts que font circuler sur internet les militants virtuels de l’UMP-Objectif Réunion, partis chasser le « like » sur un réseau social bien connu.


Des « visuels », dit-on en jargon, voués à l’apologie du grand « leader » (sic) Didier Robert dans un style très « culte de la personnalité » — mais un culte de la personnalité dont les thuriféraires ne sauraient, au fond, pas trop quoi raconter lorsqu’il s’agit de louanger le Guide suprême.

« Avec Didier Robert, le dynamisme de La Réunion qui bouge » fait-on dire à Patrick Malet, maire de Saint-Louis.

Le slogan n’aurait pas vendu un ticket de car Semmitel il y a trente ans, mais, foutor ! On a dû glisser au creux de l’oreille d’un-e communicant-e que « bouger » (cf. le « manger bouger » des cornets de frites Mc Do), c’était bien, alors que « l’immobilisme » (gratter sa fesse), c’est mal.


Donc, Didier Robert bouge, parce qu’il est dynamique et s’il est dynamique, c’est parce qu’il bouge et que La Réunion bouge avec lui. Bougé, bougé, ambiancé ! Fait bouge mabélé, comme on dit dans les bons dancings ; « Didier », que tout bon adepte (ou employé) se doit de « liker » par le macaron approprié, veut mettre le « faya ». Sauf que le rectangle bicolore à tête d’élu et à queue de slogan estampillé « Objectif Réunion » est à la communication politique ce qu’un slow de l’éternel Georges-Marie Soucramanien est à la kizomba.


Au tableau des boug’ qui bougent, on citera Olivier Rivière, maire de Saint-Philippe qui assure Didier Robert de son soutien « sans failles » — sans doute s’agit-il de faire oublier les discrètes avances faites à Thierry Robert, challenger du grand leader, pendant les départementales — et glorifie, en style plus nord-coréen que Saint-Philippois : « que nous soyons des villes ou des champs, chacun de nous a pu se rendre compte de l’immense travail accompli par cet homme de convictions ».


Scoop (ou pas) : le leader aurait donc plusieurs convictions. Outre les mises en situation pas crédibles pour un CFA — Fouassin en Guevara se déclarant « prêt à aller au combat » de son « foco » d’Hell-Bourg, on ne compte pas les gaffes communicationnelles : design indigent, couleurs pas terribles, et propos hasardeux : ainsi Jean-Louis Lagourgue, qui assure, tout sourire sur fond couleur vert mare aux canards : « nous (qui, d’ailleurs ?) avons un leader, qui a est le meilleur d’entre nous, et qui a montré qu’il était capable », etc. etc.


Aïe ! Un brin bouche-cabri, le Jean-Louis : « le meilleur d’entre nous », à droite, ça porte la poisse depuis que le compliment a été décerné par Jacques Chirac à Alain Juppé, alors Premier ministre, qui devait peu après inaugurer une longue série d’enquiquinements telle qu’un polémiste bien connu a pu parler de « malédiction Juppé ». Depuis, à droite, on évite le malheureux vocable, qui a finalement surtout servi à brocarder son infortuné bénéficiaire.

À tout seigneur tout honneur, c’est Didier Robert lui-même qui emporte la palme de ce foirage communicationnel, grâce à un encart pour le coup totalement incompréhensible : « notre identité, notre culture, notre appropriation collective au service de la liberté d’action ».


Tournez le z’affaire dans tous les sens que vous voudrez : cela ne veut rien dire du tout, et c’est au Président de la Région Réunion qu’est attribué ce prétentieux galimatias — finement reproduit sur fond bleu marine : puisqu’on vous dit qu’il y a des communicants derrière...

On serait tout de même curieux de savoir qui donne le B.A.T. à ces machins, que ne relisent visiblement même pas ceux dont les discours sont censés être reproduits.

« On se demande si c’est fait pour soutenir ou pour moucater », s’interroge un internaute.

Un autre, communicant de son état, suggère à Objectif Réunion de se payer un générateur automatique de slogans, qui produirait un discours tout aussi profond en nous épargnant les fautes de grammaire...

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste, Co-fondateur - 7 Lames la Mer.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter