Categories

7 au hasard 27 mai 2014 : Rio : ceci n’est pas une cathédrale - 5 septembre 2014 : Vers « les pires sécheresses depuis 2000 ans » - 28 janvier 2016 : Maloya pour « briser l’indifférence des murs » ? - 2 janvier : Des Corsaires-fantômes nazis hantaient l’océan Indien - 4 avril 2015 : Attention aux rêves : ils sont trompeurs - 5 mai 2014 : Vollard, Fridom et les experts - 23 octobre 2013 : Zot sel tristès té la mor... - 15 juin 2015 : Peut-on être contre la carrière de Bois-Blanc et pour la NRL ? - 17 août 2014 : Une sirène dans le port de Saint-Pierre au 19ème siècle ? - 20 juillet 2014 : L’État hébreu est en train de sombrer dans le fascisme -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > NRL : « manque d’anticipation flagrant de la Région et de l’État (...)

Communiqué du Sénateur Paul Vergès

NRL : « manque d’anticipation flagrant de la Région et de l’État »

21 octobre 2015
Paul Vergès
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le Groupe Communiste Républicain et Citoyen (CRC) a interpellé le Gouvernement sur la question de la route en mer à La Réunion. La fameuse Nouvelle Route du Littoral... La réponse du Gouvernement, par la voix d’Alain Vidalies, Secrétaire d’État chargé des Transports, confirme ce que le Sénateur Paul Vergès dénonce depuis 2010.

JPEG - 42.8 ko
Nouvelle Route du Littoral : le Ministre confirme que, en cas de dépassement des coûts prévisionnels (1,6 milliard d’euros), ces surcoûts seraient uniquement à la charge de la Région Réunion.

Le Ministre n’a en effet pas caché qu’il n’y a jamais eu de mission d’expertise économique, financière et environnementale sur ce projet, alors que tous les chantiers de grande ampleur ont comporté cette MEEF.

En outre, le Ministre n’a pas non plus démenti que les avis négatifs émis par les instances nationales (Conseil National de Protection de la Nature) ou régionales (Conseil Scientifique Régional du Patrimoine de La Réunion) n’ont pas été pris en compte et, au contraire, ont fait l’objet d’arrêtés dérogatoires (tant de la part
du Ministère de l’Ecologie que de la Préfecture de La Réunion). Même confirmation du Gouvernement sur la question des procédures judiciaires en cours.

En affirmant que le projet de la route en mer de La Réunion n’était pas un projet national, mais un projet régional, le Ministre confirme que, en cas de dépassement des coûts prévisionnels (1,6 milliard d’euros), ces surcoûts seraient uniquement à la charge de la Région Réunion.

Mais le plus significatif, c’est le soutien inconditionnel que le Gouvernement apporte au projet de route en mer.

L’importation de « 200.000 tonnes » de roches est, pour le Gouvernement une difficulté à laquelle il ne s’attendait pas. Mais il entend faire en sorte que cette question de l’importation des roches (depuis Madagascar) ne soit plus un obstacle en allégeant les procédures et en rabaissant les conditions sanitaires. Le gouvernement va-t-il donc une nouvelle fois bafouer l’avis du Conseil National de Protection de la Nature qui avait clairement énoncé que l’importation de matériaux devait « en tous les cas être prohibé du fait du risque majeur d’introduction massive d’espèces exotiques envahissantes » ?

Du fait d’un manque d’anticipation flagrant, La Région et l’Etat se trouvent face à une situation inextricable :

  • sans importation de matériaux, la sécurité du chantier est en effet menacée du fait de l’arrivée de la saison cyclonique, avec des risques de pollution considérables ;
  • s’il y a importation, ce sont des risques environnementaux et sanitaires qu’il serait irresponsable de négliger.

En tout cas, les propos du Ministre n’ont fait que souligner l’amateurisme de ceux qui sont à l’initiative de ce projet. Le Ministre semble découvrir la question urgente de l’approvisionnement du chantier en roches massive.

Comment les autorités responsables ont-elles pu croire un instant que l’on pouvait éventrer La Réunion en ouvrant des carrières pour disposer des matériaux nécessaires ou trouver des solutions à la hauteur des besoins avec les andains ?

Autrement dit : le gouvernement a donné son aval à ce projet, sans avoir les toutes les garanties de sa faisabilité tant sur le plan technique que financier.

Il est donc clair pour tout le monde aujourd’hui, que le Gouvernement et la Région portent conjointement la responsabilité des catastrophes prévisibles et de l’impasse dans laquelle se trouve ce chantier aberrant de la route en mer.

La question de la route en mer est désormais devant la représentation nationale.

Communiqué du Sénateur Paul Vergès


Intervention de la Sénatrice CRC Évelyne Didier
— Cette question de M. Vergès concerne la route controversée du littoral à La Réunion, de 12 kilomètres, dont le coût est exorbitant : 1,6 milliard d’euros, soit 133 millions d’euros par kilomètre. Ce projet cumule les anomalies et n’a pas fait l’objet des expertises économiques requises : les financements sont­-ils garantis par l’État ?

En outre, ce projet porte atteinte à l’environnement. Malgré l’avis défavorable du Conseil national de la protection de la nature, un arrêté ministériel du 19 décembre 2013 autorise le conseil régional de La Réunion à déroger aux interdictions protégeant la faune et la flore.

D’où proviendront les 18 millions de tonnes de roches nécessaires ? Des problèmes dans l’attribution des marchés publics ont été soulevés et font l’objet d’une enquête préliminaire du Parquet national financier. Les expertises financières nécessaires seront­-elles diligentées ?

Réponse du Secrétaire d’État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, auprès de la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, Alain Vidalies
— Il s’agit d’un dossier important, représentant 1,6 milliard de dépenses, mais indispensable. La route de la falaise est empruntée par 50.000 véhicules par jour et est sujette à de nombreux effondrements, représentant 10.000 tonnes par an.

La nouvelle route du littoral est utile, mais sa construction rencontre des difficultés. Ce n’est pas l’État mais la Région qui assume la maîtrise d’ouvrage. S’agissant du financement, l’État respecte le protocole signé en 2010. Le problème est d’importer depuis Madagascar les 200.000 tonnes de roches nécessaires par mois. Le Gouvernement a été informé fin août par le préfet. Il est nécessaire de faire les travaux avant la période des cyclones, faute de quoi des effondrements massifs préjudiciables à l’économie et à l’environnement, car sources d’une pollution massive de l’océan, sont à craindre.

Quant à l’enquête que vous avez mentionnée, elle n’en est qu’au stade préliminaire.
Nous sommes très attentifs à l’évolution de ce projet, au plan de l’environnement comme au plan financier.

Évelyne Didier – C’est un projet pharaonique. M. Vergès avait proposé d’autres solutions, plus performantes du point de vue de l’environnement, et sans doute plus économiques, comme un projet de tram­train, qui n’ont pas été étudiées comme il eût fallu. La solution retenue n’est pas la bonne.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter