Categories

7 au hasard 25 décembre 2015 : Noël : « et si l’impossible devenait possible »... - 17 novembre 2016 : Les Chagossiens iront-ils au paradis ? - 20 février 2014 : Ne mourez pas pour des patrons - 21 juillet 2015 : Boursiers : « quelqu’un a pris une décision inconséquente » - 25 décembre 2014 : « Sa pa nout monde sa, allons artourne dans nout ghetto ! » - 4 février 2015 : 4 février 1794 : une première abolition... avortée - 1er décembre 2015 : 21 signatures... ça fait cher le clic - 15 janvier 2014 : Kim-Jong-Un assassiné… sur Twitter ! - 12 mars 2016 : Histoire du jardin créole : c’est un jardin extraordinaire - 26 octobre 2013 : Séga-maloya : la « symphonie sauvage » -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > NRL : les baleines iront-elles se faire voir ailleurs ?

Tribune Libre de l’Alliance

NRL : les baleines iront-elles se faire voir ailleurs ?

17 mars 2015
L’Alliance
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

L’inscription d’une route des baleines auprès de l’UNESCO au cœur de l’océan Indien, dossier sur lequel la Région Réunion s’est positionnée comme porteur de projet, est plombée par le viaduc en mer de la Nouvelle route du Littoral. Cherchez l’erreur... Une Tribune Libre des conseillers régionaux de L’Alliance.

By Derk Hansen

La Commission permanente du Conseil régional réunie ce 17 mars 2015, a examiné un dossier visant à l’inscription d’une route des baleines au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La Réunion est directement concernée par la zone géographique identifiée dans la région du sud-ouest de l’océan Indien.

Le Conseil régional de La Réunion s’est positionné comme porteur de ce projet ambitieux.

Or, dans le même temps, pour construire la nouvelle route du littoral, la Région Réunion a demandé et obtenu de l’État des dérogations pour être autorisée à détruire, altérer, dégrader des sites de reproduction ou d’aires de repos d’espèces animales protégées dont précisément des baleines : baleine à bec de Blainville, baleine à bec de Cuvier, baleine à bec de Longman, baleine à bosse, baleine franche.

Retape pour les baleines sur le site de la Région.

En demandant et obtenant ces dérogations, la Région est donc parfaitement consciente que la construction de la route en mer va porter atteinte à la vie d’espèces protégées, et notamment des baleines. En accordant à la Région ces dérogations, l’État autorise la Région à porter atteinte aux règles de protection de ces espèces.

Comment peut-on sérieusement et sincèrement plaider pour une démarche exemplaire de protection des baleines auprès de l’Unesco et dans le même temps demander à pouvoir les détruire, les altérer ou les dégrader pour construire une route en mer ?

Cette flagrante contradiction n’échappe à personne… Nous avons là une illustration du décalage entre la proclamation d’une démarche et la réalité.

By MostWeasel

Il est évident que le préalable au succès de la démarche engagée auprès de l’UNESCO est de renoncer à la route en mer.

Par ailleurs, lors de cette même commission permanente, la Région a voté les crédits annuels pour la « réserve naturelle marine ». La subvention de la Région accuse une baisse très importante, de l’ordre de 30%, ce qui a pour effet de placer la « réserve naturelle marine » dans une situation délicate. Là encore, la décision de la Région n’apparaît pas cohérente avec l’enjeu de préservation des espaces marins et de la biodiversité.

Manifestement, les décisions de la Région ne sont pas au niveau de l’ambition proclamée d’exemplarité en matière de préservation de l’environnement.

Les conseillers régionaux de L’Alliance

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter